Bilan de la 2e journée de Ligue des Champions: le FC Bruges au sommet, un trio parisien efficace de concert et un « record » anderlechtois menacé par l’OM

Antonio Nusa est entré dans l'histoire de la Ligue des Champions ce mardi soir. BELGA PHOTO BRUNO FAHY (Photo by BRUNO FAHY / BELGA MAG / Belga via AFP) (Photo by BRUNO FAHY/BELGA MAG/AFP via Getty Images)

Les 16 rencontres de la deuxième journée de la phase de groupe de la Ligue des Champions ont livré leurs verdicts. FC Bruges, PSG, Giroud, Haaland, McGregor, pénalties napolitains, défaites de l’OM et Antonio Nusa, voici tout ce qu’il faut retenir.

La prestation collective de la semaine: le récital brugeois à Porto

Loin de nous la volonté d’être chauvins, mais la prestation collective de la semaine est clairement à mettre au crédit des hommes de Carl Hoefkens. C’est tout simplement, le plus gros écart en buts de cette deuxième journée de compétition. Napoli aurait pu faire aussi bien mais a dû s’arrêter à trois buts sur la pelouse d’Ibrox Park (la faute à un pénalty manqué dont nous reparlerons plus tard).

Le FC Bruges a aussi été réaliste dans son duel contre les Lusitaniens puisqu’il a eu 2,96 « expected goals » pour quatre marqués, alors que les Italiens ont créé 3,33 « expected goals » pour 3 finalement inscrits. Lors de la première journée, ces derniers avaient aussi atteint un total de 4,40 « expected Goals » pour secouer les filets de Liverpool à quatre reprises.

Pour le reste, on rappellera des statistiques déjà évoquées dans cet article publié mercredi. Le FC Bruges n’avait plus enchaîné deux victoires consécutives en C1 depuis 2005 et c’est la première fois qu’il le fait en n’encaissant pas de but. La dernière fois qu’il s’était imposé sur un tel score remonte au 6 novembre 2018 et à un déplacement au stade Louis II de Monaco. Hans Vanaken et Brandon Mechele, présents à l’Estadio do Dragao mardi, étaient aussi de la partie à l’ombre du Rocher et le premier avait même signé un doublé.

Le FC Bruges n’est que la deuxième équipe en Coupe d’Europe à s’imposer par quatre buts d’écart dans l’antre de Porto. La première était Liverpool. Dans la compétition portugaise, ce cas de figure est aussi assez rare puisqu’il fallait remonter au 11 mars 2005 pour trouver trace d’une telle déverouillée dans la compétition nationale portugaise. Le CD Nacional l’avait emporté 0-4 contre une équipe qui comptait pourtant dans ses rangs des éléments de la trempe de Vitor Baia, Jorge Costa, Costinha ou Ricardo Quaresma.

Signalons aussi que les Blauw en Zwart viennent donc d’accrocher à leur palmarès une nouvelle victoire d’importance en C1 pour le football belge. En effet, parmi les cinq plus gros succès des nôtres dans la plus prestigieuse des Coupes d’Europe, quatre sont à mettre à l’actif des actuels champions de Belgique. Deux fois 0-4 (contre Porto et Monaco donc), 3-0 contre le Zenit Saint-Pétersbourg, lors de la phase de groupe de la saison 2020-21 et enfin lors de la saison 1992-93 où les Brugeois avaient battu le Maccabi Tel-Aviv sur le même score. Une saison après ce dernier résultat, Anderlecht battra à deux reprises le HJK Helsinki sur le score de 3-0 pour compléter ce top 5 des plus larges succès des clubs du Royaume en C1.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Enfin, signalons que cette victoire permet aussi aux champions de Belgique d’encore gonfler leur compte en banque et de creuser l’écart avec leurs rivaux sur la scène belge. En bénéfice de 8 millions d’euros sur le mercato estival, malgré 26 millions allongés pour les seuls Roman Yaremchuk et Raphael Onyedika, les Brugeois ont récupéré ce dernier montant rien que grâce à leur campagne de Champion’s League. La participation à la phase de groupe et les deux victoires ont permis de récolter 26,9 millions d’euros, soit 22 millions de plus que ceux amassés par les deux poursuivants bruxellois: l’Union Saint-Gilloise et Anderlecht.

On comprend encore mieux pourquoi autant de clubs rêvent absolument de participer à la plus lucrative (et de loin) des épreuves européennes.

Les chiffres de la semaine: le 1, le 39 et le 4

Hier, le PSG n’a pas dû forcer son talent pour venir à bout du Maccabi Haïfa, même si les Israéliens avaient pris l’avance à la 24e grâce à Tjaronn Chery. Les champions de France peuvent s’appuyer sur un trio magique en pointe avec Neymar, Lionel Messi et bien sûr Kylian Mbappé. Les trois compères y sont tous allés de leur petit but pour permettre aux Parisiens de s’imposer sur le score de 1-3.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Aussi étrange que cela puisse paraître, ce n’est que la première fois en deux saisons d’association que les trois hommes marquent ensemble lors du même match européen. La septième rencontre avec le trio aura donc été la bonne. A noter aussi que Messi a marqué contre une 39e formation différente au cours de sa carrière. La dernière en date était justement le FC Bruges.

Longtemps, en Italie, la Juventus a eu la réputation de bénéficier des faveurs arbitrales et de recevoir pas mal de pénalties grâce à cela. Cette saison les Bianconeri ont déjà concédé trois coups de pied de réparation en Serie A et Napoli, une équipe qui s’est souvent plainte de ne pas en recevoir assez par le passé, est plutôt gâté sur la scène européenne.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Les arbitres ont déjà indiqué le point des 11 mètres à quatre reprises en deux matches pour les Partenopei. Ces derniers égalent déjà leur plus grand nombre de pénalties reçus en une saison dans la compétition.

Malheureusement, l’efficacité n’est pas toujours pas au rendez-vous puisqu’ils ont raté 50% de leurs tentatives. Si Victor Osimhen en avait loupé un contre Liverpool, Piotr Zielinski avait converti le sien. Mais à Ibrox Park, contre les Glasgow Rangers, le Polonais s’est loupé devant Allan McGregor alors que Matteo Politano a ouvert le score pour les hommes de Luciano Spaletti grâce à un pénalty bien frappé.

Sans quoi, Napoli compterait déjà neuf buts à son compteur en deux rencontres. Le club italien est pourtant déjà la meilleure attaque de la compétition avec une rose plantée en plus que Manchester City.

L’homme de la semaine : la cadence folle d’Erling Haaland en Ligue des Champions

À Manchester City justement, Erling Haaland continue d’affoler les défenses adverses et a offert le but de la victoires de ses nouvelles couleur, contre ses anciennes du Borussia Dortmund. A 22 ans et 55 jours, le colosse norvégien devient ainsi le plus jeune joueur de l’histoire de la Ligue des champions à marquer pour et contre la même équipe dans la compétition (le Borussia Dortmund). Il fait mieux donc mieux qu’Álvaro Morata qui en avait fait de même pour et contre le Real Madrid, alors qu’il avait 22 ans et 194 jours. Soit 139 jours de plus qu’Haaland.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Haaland a surtout marqué son 26e but en seulement 21 apparitions sur la piste aux étoiles des coupes européennes. On se souvient que son premier but était tombé contre le Racing Genk, entraîné à l’époque par Felice Mazzu, en 2019. Depuis lors, il carbure à une rose plantée toutes les 62 minutes. Jusqu’où s’arrêtera-t-il? Parviendra-t-il un jour à devancer l’actuel leader du classement, Cristiano Ronaldo ?

Le maestro semaine : Jota, le dribbleur fou du Celtic

Prêté la saison passée au Celtic par Benfica, Jota a été acheté à titre définitif cet été par les Ecossais. Une somme de 7,5 millions d’euros aura été nécessaire. Dans la compétition nationale écossaise, le jeune portugais réalise un début de saison tonitruant puisqu’il a déjà trouvé 4 fois le chemin des filets et délivré autant de passes décisives, le tout en seulement six rencontres.

En Ligue des Champions en revanche, il n’a pas encore réussi à être décisif dans ce domaine lors des deux premières sorties des siens, alors qu’il était pourtant titulaire. Hier, lors du match en déplacement contre le Shakhtar Donetsk, le Celtic a arraché le partage.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Jota, pour sa part, s’est contenté de jouer avec la défense hôte puisqu’il a réussi 8 dribbles sur 9 tentés lors de ce duel. Ce nombre constitue le record pour un joueur du Celtic Glasgow en Champion’s League. Seul Aiden McGeady avait réussi autant de dribbles en octobre 2007, contre Benfica. Rappelons que les statistiques Opta n’existent que depuis la saison 2003-04.

Les infatigables de la semaine: l’éternel buteur Olivier Giroud et un quadragénaire écossais dans un top 5

Souvent moqué et critiqué, Olivier Giroud continue pourtant d’envoyer régulièrement des ballons dans les filets adverses. Ce mercredi, à 35 ans et 349 jours, l’ancien joueur de Montpellier est devenu le deuxième joueur français le plus âgé de l’histoire à trouver la faille dans un duel de Ligue des Champions. Le record hexagonal appartient toujours à un défenseur, Laurent Blanc. Ce dernier avait marqué pour Manchester United en 2002 alors qu’il était âgé de 36 ans et 338 jours. C’était en déplacement à l’Olympiacos et celui qu’on surnommait le « Président » avait permis aux Mancuniens de prendre l’avance grâce à un coup de tête victorieux consécutif à un coup de coin de Ryan Giggs. Manchester s’était imposé 2-3 au Pirée ce jour-là. Olivier Giroud continuera-t-il à vieillir comme le bon vin ?

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Le whisky écossais semble aussi bien vieillir du côté des Glasgow Rangers, où Allan McGregor s’est illustré ce mercredi soir en stoppant le pénalty de Piotr Zielinski. Cet exploit n’a pas permis aux Ecossais d’obtenir quelque chose dans ce match contre Napoli puisqu’ils se sont inclinés lourdement sur le score de 0-3 (après une défaite sur le même tarif contre l’Ajax lors de la 1ere journée).

Allan McGregor est devenu, à 40 ans et 226 jours, le cinquième gardien le plus âgé à défendre les cages d’une équipe en Ligue des Champions. Le record est toujours détenu par Marco Ballotta, qui avait défendu les filets de la Lazio à 43 ans et 252 jours. Le deuxième est évidemment Gianluigi Buffon, encore actif entre les perches de la Juventus à 42 ans et 315 jours. Oleksandr Shovkovskiy, troisième, a encore défendu les couleurs du Dynamo Kiev en C1 à 41 ans et 255 jours. Enfin, l’Australien Mark Schwarzer avait joué pour Chelsea à 41 ans et 206 jours. Mc Gregor devra revenir l’année prochaine s’il veut monter dans ce classement particulier.

Le remplaçant de la semaine : Antonio Nusa, plus jeune buteur de l’histoire pour sa première en Ligue des Champions

Si un ancien a brillé hier, un jeune a écrit l’histoire ce mardi. Et il provient d’un club belge en prime. Antonio Nusa a reçu un quart d’heure de jeu contre le FC Porto pour apporter sa vitesse aux Blauw en Zwart. Le jeune Norvégien en a profité pour secouer une quatrième fois les filets lusitaniens.

C’était la première apparition de Nusa en Ligue des Champions. En marquant, il devient ainsi le premier joueur né en 2005 à trouver la faille dans la compétition et surtout le plus jeune joueur de l’histoire à faire trembler les filets pour ses débuts en C1. Il ne pourra cependant jamais posséder le record du plus jeune buteur dans cette Coupe d’Europe puisque ce record restera la propriété de l’ailier du Barça Ansu Fati, qui avait planté sa première rose en Champion’s League à 17 ans et 40 jours.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Les stats cocasses de la semaine : Marseille menace un record d’Anderlecht, une première historique pour la Juventus et un tir groupé des Allemands

Cela ne va toujours pas mieux pour l’OM. L’unique club français à avoir soulevé la Coupe aux grandes oreilles connaît désormais des revers de fortune à la pelle dans la compétition qui lui a permis de marquer l’histoire de son football national.

Mardi, contre l’Eintracht Francfort, les Olympiens ont subi leur 41e revers en 75 rencontres de Ligue des Champions. Leur pourcentage de défaites est désormais de 55% et s’approche dangereusement de celui du Celtic et d’Anderlecht qui pointe à 58%. Si les Ecossais, qui sont encore en lice cette saison peuvent encore « améliorer » ce « score », les Mauves, qui doivent se contenter de la Conference League, pourraient peut-être perdre leur première place. Mais ce n’est franchement pas celle qu’ils regretteraient le plus…

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Pour la première fois de son histoire, la Juventus a perdu ses deux premières rencontres de groupe dans une campagne de Ligue des Champions. Battue au PSG, la Vieille Dame a été surprise dans ses installations par Benfica.

Le bilan n’est pas meilleur pour l’une des autres grandes formations de cette édition: Chelsea. Les Londoniens n’ont obtenu qu’un partage dans leurs installations contre Salzbourg, après avoir subi un revers inattendu au Dinamo Zagreb lors de la première journée. C’est la première fois depuis leur campagne de 1999-2000 que les Blues ne parviennent à s’imposer lors de leurs deux premiers duels de la saison en C1. C’est d’ailleurs seulement la deuxième fois que ce scénario leur arrive.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Il n’y a pas que le football belge qui s’en sort bien sur la scène continental. Cette semaine, nos voisins allemands ont vu trois de leurs clubs l’emporter dans la plus grande des compétitions européennes. Le Bayern Munich a battu le FC Barcelone de Robert Lewandowski, le Bayer Leverkusen a battu l’Atlético Madrid et l’Eintracht Francfort s’est imposé au Vélodrome contre l’OM.

Il fallait remonter 25 ans en arrière, le 17 septembre 1997 pour être précis, pour trouver trace de trois succès allemands au cours de la même semaine de C1. A la seule différence, qu’à l’époque, seulement trois équipes étaient engagées pour quatre cette année. Le Borussia Dortmund n’a pas été en mesure d’apporter un quatrième succès à nos voisins puisqu’il a dû plier contre Manchester City.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu