Comment le nouveau « Bleu » de l’équipe de France a failli être Diable rouge

Adrien Truffert ne sera donc probablement jamais un Diable rouge. © belga
Guillaume Gautier
Guillaume Gautier Journaliste pour Sport/Foot Magazine

Décimé par les forfaits, le poste de latéral gauche de l’équipe de France accueille un petit nouveau dans ses rangs ce mardi: Adrien Truffert. Un nom qui évoquera quelques vagues souvenirs à certains puisque le pensionnaire du Stade Rennais aurait pu porter le même maillot national que son coéquipier en club, Arthur Theate. Retour sur cette période où Roberto Martinez a fait les yeux doux à celui qu’on surnomme la « Truffe ».

Présent de corps dans les tribunes du Lotto Park d’Anderlecht un soir de semaine, en janvier 2021, le sélectionneur national belge a pourtant une partie de son esprit portée vers d’autres cieux. C’est ce que racontent en filigrane les premiers coups de sonde envoyés par l’Union belge en direction du Stade Rennais et d’Adrien Truffert 24 heures plus tôt.

En même temps que les Mauves valident leur ticket pour les demi-finales de la Coupe de Belgique, le Stade Rennais s’enfonce lui un peu plus dans la crise d’un bilan récent de deux points sur 21 en championnat. Éclaircie dans la grisaille d’une équipe qui n’avance plus, le jeune latéral gauche de dix-neuf ans Adrien Truffert est pourtant le petit dernier à avoir alerté les sirènes nationales.

Comme si après avoir si souvent laissé entendre ces derniers mois que dans un pays de onze millions d’habitants seulement, brasser large faisait simplement partie des basiques, Roberto Martinez avait décidé de passer à l’action à l’approche du triptyque de la fin mars. Celui qui mènera les Diables vers le début de leur campagne qualificative pour le Mondial 2022 à travers des affrontements en série contre le pays de Galles (24/03), la République Tchèque (27/03) et la Biélorussie (30/03).

Formé comme ailier, Truffert brille désormais sur le côté gauche de la défense du Stade Rennais.

Comprendre que pour combler les manques d’une sélection défensivement vieillissante, Roberto Martinez est désormais prêt à se creuser les méninges. Après Pascal Struijk, au profil déjà évoqué voici près d’un an par Sport/Voetbal Magazine et officiellement suivi par la Fédération, voici donc le tour de Truffert. « Avec Pascal, il y a encore deux ou trois joueurs que nous essayons d’attirer, mais je ne dirai pas les noms », racontait d’ailleurs Roberto Martinez sur les ondes de la RTBF le week-end dernier. « Ils jouent à des positions où nous avons besoin de développer des jeunes joueurs plus rapidement qu’à d’autres postes. »

Un profil à la Andrew Robertson

Adrien Truffert va découvrir l’équipe de France des grands après avoir été un membre de l’équipe espoir. (Photo by Chris Ricco – UEFA/UEFA via Getty Images)

Dans ce couloir gauche qui donne des maux de tête à toute la nation, le Français a le profil de l’emploi. Ailier de formation, parfois employé à ce poste par Julien Stéphan mais surtout installé sur le côté gauche de la défense bretonne, Truffert brille par ses qualités de percussion balle au pied, sa faculté à multiplier les efforts et son pied gauche très précis pour déposer des centres dans la surface. Une carte de visite qui l’a emmené jusqu’aux pelouses de Ligue des Champions, et fait aujourd’hui de lui le plus jeune joueur des dernières sélections des Bleuets, l’équipe de France espoirs (2 sélections).

Né à Liège, le latéral a été contacté en début de semaine par l’Union belge pour étudier la faisabilité d’un rapatriement sportif.

Récemment prolongé jusqu’en 2025 par l’ambitieux club de l’ouest, présenté par le média français Coparena comme une version encore verte et moins rapide d’Andrew Robertson, le latéral a été contacté une première fois par l’Union belge en ce début de semaine, selon les informations recueillies par Sport/Foot Magazine, pour étudier la faisabilité d’un rapatriement sportif.

Un entretien entre Truffert et Martinez

Né à Liège, il n’y aura pourtant vécu que trois mois avant d’émigrer en France, en région Centre-Val de Loire puis de rejoindre le centre de formation du Stade Rennais en 2015. Loin, très loin de sa patrie de naissance, celui que son entourage dit flatté par l’intérêt de Roberto Martinez, aurait pourtant rapidement décidé de son choix malgré la prise de contact du T1 des Diables.

Martinez confirme d’ailleurs cet entretien : « Oui, j’ai suivi Truffert et j’ai parlé avec lui, mais pas encore de façon concrète. Il s’agissait plus d’une prise d’informations. Ce n’est qu’une première étape. »

Le discours de l’ancien entraîneur d’Everton n’a sans doute pas été assez convaincant, « La Truffe » ayant fait savoir à ses proches qu’il donnerait la priorité aux Bleus s’il devait être appelé, selon des médias belges.

Mais du côté de la Fédération belge, on restait méfiant puisque tant qu’il n’aura pas joué un match officiel chez les Bleus, Adrien Truffert pourrait toujours réenvisager son avenir en noir-jaune-rouge. Les craintes pourraient être définitivement balayés sur le latéral gauche entrait en action contre l’Autriche, en Nations League. Il ne constituera pas un couloir gauche next gen chez les Diables rouges avec son nouveau partenaire en club, Arthur Theate.

Adrien Truffert
Adrien Truffert© iStock

La saison passée, Adrien Truffert faisait partie des meubles au Roazhon Park où il a continué à progresser sous la direction de Bruno Genesio. Il avait pris part à 30 rencontres de Ligue 1 lors desquelles il avait signé 3 buts et 3 assists. Depuis le nouvel exercice, il a déjà délivré deux passes décisives et devrait logiquement battre rapidement son record personnel.

Le natif de Liège possède aussi un peu de planches en Coupe d’Europe. Il était aligné lors des deux derniers matches en Europa League de son équipe et avait découvert la Conference League la saison dernière avec 7 matches disputés et deux de qualifications.

Mais lors de la saison qui l’a révélé (2020-21), Truffert avait surtout découvert la plus belle de toute: la Ligue des Champions. Après une montée au jeu de seulement 9 minutes contre Krasnodar, il foule le pré de Stamford Bridge dès la mi-temps où il remplace James Léa Siliki. Après cela, il sera titulaire à deux reprises, à nouveau contre Chelsea puis contre Krasnodar, avant de se contenter de 11 minutes pour la réception du FC Séville.

Convoqué par Sylvain Ripoll pour la phase finale de l’Euro Espoirs en 2021, il compte 14 sélections avec les aspirants à l’équipe de France, après avoir déjà évolué pour les Bleuets de – 18 et -19 ans. Depuis ce mardi, celui qui fêtera son 21e automne le 20 novembre prochain est entré dans la cour des grands, celle des champions du monde. Reste à voir si le soufflé de bougies d’anniversaire pourra se faire ou non au Qatar.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici