Yann Sommer: le nouveau gardien du Bayern Munich n’est pas comme les autres

Yann Sommer sous le maillot du Bayern Munich, une image à laquelle il faudra s'habituer. (Photo by Stuart Franklin/Getty Images)
/ /

Vendredi dernier, le portier de la sélection suisse effectuait ses débuts avec les gants du Bayern Munich lors du déplacement à Leipzig. Ce mardi soir, celui qui remplace Manuel Neuer, blessé, disputera son premier match à domicile avec la réception du FC Cologne. Dans le monde du football, Sommer est une personnalité à part. Portrait.  

Par Daniel Theweleit

C’est le genre d’événements qui n’arrive pas tous les jours. Yann Sommer a 34 ans et alors qu’il arrive tout doucement au crépuscule de sa carrière, le gardien suisse s’offre un transfert au sein d’une superpuissance européenne comme le Bayern Munich. Comme titulaire de surcroît puisqu’il doit pallier la blessure de Manuel Neuer, qui s’est cassé la jambe lors d’un accident de ski. Pendant des semaines, le Rekordmeister a négocier avec le Borussia Mönchengladbach, alors que l’Inter et Manchester United avaient aussi des vues sur lui. Au final, le Bayern a dépensé huit millions d’euros pour s’attacher les services d’un homme qui évoluait depuis plus de 8 ans en Bundesliga.

Yann Sommer évolue à un très haut niveau depuis de nombreuses années. Il a échangé les gants du FC Bâle contre ceux du Borussia Mönchengladbach en juillet 2014, l’été où la Mannschaft remportait la Coupe du monde et où il il était l’un des deux doublures de Diego Benaglio au sein de la sélection suisse. Chez les Folhen, Daniel Farke, son dernier coach, le qualifiait de meilleur gardien d’Europe. Sommer a énormément progressé en Bundesliga et est devenu l’un des acteurs majeurs de la période la plus faste de l’équipe nationale suisse. Le dernier rempart s’est d’ailleurs toujours illustré contre le Bayern Munich. En août dernier, lors de la victoire du Borussia Mönchengladbach 1-2 à Munich, il avait effectué dix-neuf parades, ce qui constitue un record absolu en Bundesliga.

Malgré certains de ces exploits, certains observateurs se montrent aussi critiques à son égards. Du haut de son mètre 83, l’Helvète n’est pas aussi grand que la plupart de ses collègues, ce qui peut parfois poser des problèmes sur les balles hautes. Mais, il compense ce déficit de taille par une très grande agilité. Il est aussi doté d’un jeu au pied très sûr. Dans ce domaine en revanche, peu de ses concurrents sont aussi habiles que lui.

Au Borussia Monchengladbach, Sommer a souvent donné du fil à retordre à Thomas Müller et au Bayern Munich. (Photo by Alexander Hassenstein/Getty Images)

Cours de chant et de piano

Si le Bayern Munich a jeté son dévolu sur Yann Sommer, c’est aussi pour sa forte personnalité. Au Borussia Mönchengladbach, il était l’un des leaders absolus du vestiaire qui élevait la voix lorsque le club se trouvait dans une situation difficile sportivement. Il veillait aussi à ce que l’esprit collectif demeure au sein de ses troupes. Sommer parle aussi couramment trois langues, l’allemand, l’anglais et le français. Ce sens des responsabilités est un atout précieux pour s’imposer dans un club comme le Bayern Munich, où les égos, parfois surdimensionnés, sont nombreux.

Yann Sommer est un gardien de but atypique à bien des égards. Il vient d’une famille un peu particulière puisque sa mère est une thérapeute de shiatsu qui masse des chevaux et que son père a été lui aussi gardien de but dans une équipe suisse de troisième division dans les années 70, le FC Küssnacht. Il a ensuite longtemps travaillé comme éditeur du Basler Zeitung, un quotidien de Bâle. En parallèle de ces activités professionnelles, il est aussi un peintre qui a transmis sa passion à son fils. Quand les mains du nouveau gardien du Bayern ne repoussent pas des ballons, elles s’expriment avec un pinceau.

D’ailleurs, depuis toujours, la vie de Yann Sommer ne se résume pas qu’au football. Jusqu’à récemment, ce cuisinier amateur tenait un blog sur les repas sportifs et prenait aussi des cours de chant et de piano. Il joue de la guitare et est très cultivé. Sommer collabore également avec un coach mental qui a beaucoup d’expérience dans le sport et les affaires. Le gardien de but pense déjà à sa carrière quand il rangera ses gants. C’est sans doute aussi pour cette raison qu’il a décidé d’accepter l’offre du Bayern Munich. Les contacts qu’il pourrait y nouer lui seront peut-être utiles plus loin dans sa vie. Au départ, il se voyait pourtant clore le chapitre football de son existence du côté de Mönchengladbach. Sommer a construit une maison dans la région, à Düsseldorf. Il y vivait avec sa femme, une avocate, et ses deux filles.

Yann Sommer est désormais incontournable entre les perches de la Nati, la sélection suisse. (Photo by Harry Langer/DeFodi Images via Getty Images)

Aujourd’hui, Yann Sommer veut faire ses preuves au plus haut niveau entre les cages d’un des ténors du football européen. Il a signé jusqu’en 2025 au Bayern et découvrira l’Allianz Arena et ses nouveaux supporters, ce mardi soir, pour la venue de Cologne. Samedi, c’est dans cette même antre, qu’il défiera l’Eintracht Francfort, le désormais nouveau dauphin de la formation bavaroise en Bundesliga. S’il est assuré de défendre le temple munichois pendant les six prochains mois, que se passera-t-il pour Sommer quand Manuel Neuer, 37 ans, sera de nouveau opérationnel ? On en est pas encore là. Pendant ce temps, le Borussia Mönchengladbach, son ancienne maison, n’a pas perdu sa foi dans les gardiens de but suisses puisqu’il a attiré un compatriote de Sommer pour lui succéder. Jonas Omlin, débarque du championnnat français et de Montpellier. Comme son prédécesseur, il a aussi défendu les cages du FC Bâle. Un signe du destin ?