La supersaison de Remco Evenepoel: seul Tadej Pogacar a fait encore mieux au cours de ce siècle

La saison exceptionnelle de Remco Evenepoel a été couronnée par un arc-en-ciel à Wollongong. (Photo by Con Chronis/Getty Images)

« Je ne ferai plus jamais une meilleure saison », a déclaré Remco Evenepoel après son titre mondial à Wollongong. Nous avons donc fait l’exercice à sa place en essayant de placer sa super année 2022 dans l’histoire du cyclisme ? Et elle se situe plutôt en haut du classement de Sport/Foot Magazine dont nous vous expliquons le calcul des points.

Remco Evenepoel est seulement le quatrième (et le plus jeune) coureur à réaliser la trilogie monument + grand tour + championnat du monde au cours de la même saison depuis Bernard Hinault en 1980, soit 42 ans. Eddy Merckx avait aussi réalisé ce triplé en 1971 et Alfredo Binda en 1927.

C’est le premier coureur à remporter à la fois la Vuelta et le championnat du monde depuis que le Tour d’Espagne a été déplacé à la période entre les mois d’août et de septembre.

Le natif de Schepdaal est aussi le quatrième coureur à remporter à la fois une médaille lors du contre-la-montre des Mondiaux et la course en ligne de ces derniers. Avant lui, il y a eu son coéquipier dimanche Wout van Aert en 2020 et les Espagnols Abraham Olano et Miguel Indurain lors des fameux championnats du monde de Duitama (1995).

À 22 ans et 234 jours, Evenepoel est le plus jeune champion du monde depuis Lance Armstrong, qui avait 21 ans, en 1993, lors de son sacre sous la pluie d’Oslo. Il est le septième plus jeune dans l’histoire du cyclisme.

Le prodige belge est également devenu le sixième coureur à réaliser le doublé Liège-Bastogne-Liège/Championnat du monde sur route après Moreno Argentin (1986), Bernard Hinault (1980), Eddy Merckx (1971), Rik Van Looy (1961) et Stan Ockers (1955). C’est en revanche le seul qui a ajouté en prime la Clásica San Sebastián à son palmarès de l’année.

Nous pourrions encore vous submerger de plus de statistiques marquantes sur la saison 2022 de Remco Evenepoel. Mais comment évaluer cette année folle par rapport aux meilleurs exercices de coureurs du passé récent et un peu plus lointain ?

Afin d’estimer cela, Sport/Foot Magazine a mis en place un système de points, dès 2011, pour analyser la super saison de Philippe Gilbert à l’époque. (explication voir ci-dessous)

Nous n’avons cessé depuis lors d’actualiser et de perfectionner ce classement depuis lors. Celui-ci reste évidemment toujours un peu subjectif. Après tout, le calendrier cycliste est différent chaque année, tout comme la compétition, même par course.

Combien de points attribuez-vous pour une victoire sur le Tour et une victoire sur le Tour des Flandres ? Pour un titre mondial et une victoire d’étape à la Vuelta ? Ou pour une première place à Gand-Wevelgem et une place sur le podium du Tour de Lombardie ?

L’Evenepoel de 2022 a fait encore mieux que le Gilbert de 2011. (Photo by DAVID STOCKMAN/BELGA MAG/AFP via Getty Images)

Encore mieux que Gilbert

L’exercice reste cependant intéressant à réaliser. D’autant plus que le résultat confirme la qualité exceptionnelle de la saison 2022 d’Evenepoel.

Ses 15 victoires (parmi lesquelles des victoires d’étape ou au classement général sur les tours de Valence, d’Algarve, de Norvège et de Suisse, plus le titre de champion de Belgique du contre-la-montre) lui ont rapporté 795 points dans notre classement.

C’est le deuxième meilleur score au cours de ce siècle depuis… l’année dernière. Tadej Pogacar, 22 ans aussi à l’époque, avait remporté le Tour, Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Lombardie, des courses par étapes du WorldTour comme l’UAE Tour et Tirreno-Adriatico et la médaille de bronze des Jeux olympiques. Ces performances lui avaient rapporté un total de 985 points, soit 115 de plus que le nouveau champion du monde.

Jusque et y compris dans les années 1990, les meilleurs coureurs gagnaient à la fois des classiques et des grands tours – ou le Giro ET le Tour comme Hinault, Indurain ou Marco Pantani . Depuis l’ère de Lance Armstrong, qui se concentrait uniquement sur le Tour de France, cette envie de se spécialiser semblait définitivement révolue. Même Alberto Contador et Chris Froome, les deux meilleurs coureurs du Tour après le règne contesté de l’Américain, n’ont excellé que dans les courses par étapes.

Cependant, Tadej Pogacar et Remco Evenepoel ont mis fin à cette mode de la spécialisation au cours des deux dernières années.

Enfin, comparons le nouveau champion du monde avec le plus grand de tous les temps, Eddy Merckx. Ses deux meilleures saisons absolues, 1971 et 1972, lui ont permis de totaliser 1455 et 1425 points. Pogacar (985) et Evenepoel (770) doivent donc faire encore mieux s’ils veulent vraiment égaler le Cannibale.

Même si leurs deux campagnes respectives ont été accomplies avec un plateau beaucoup plus international et costaud qu’il y a 50 ans. Elles restent donc à ce titre totalement exceptionnelles.

À la troisième place de notre classement, l’on retrouve la saison de la carrière de Philippe Gilbert en 2011. Le Remoucastrien avait  accumulé 770 points avec cinq victoires au printemps (Strade Bianche, Flèche Brabançonne, Amstel Gold Race, Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège), entre autres. 565 unités de ce total avaient été glanés lors des courses d’un jour et personne n’a fait mieux que lui si l’on remonte à l’année 2000.

En quatrième position, avec 750 points, c’est Peter Sagan qui pointe le bout de son nez grâce à une saison 2016 qui l’a vu devenir champion d’Europe et du monde. Le Slovaque s’est aussi adjugé le Tour des Flandres, Gand-Wevelgem, le GP Québec, trois étapes du Tour et le maillot vert, entre autres.

Les suivants sont Bradley Wiggins (2012), Primoz Roglic (2019), Tom Boonen (2005), Alejandro Valverde (2008) et Chris Froome (2013).

Spécialisation

Nous avons aussi remarqué ceci : depuis l’introduction du classement FICP en 1984 (qui est devenu ensuite le classement UCI et WorldTour) et sur base de notre système de points, seuls quatre coureurs ont réalisé une saison encore plus incroyable qu’Evenepoel. Il y a bien sûr Pogacar comme on l’expliquait plus haut, mais aussi Sean Kelly (en 1984 et 1986), Laurent Jalabert (en 1995) et Stephen Roche (en 1987).

Le fait que depuis Jalabert en 1995 jusqu’à Pogacar en 2021 et Evenepoel en 2022, personne n’ait fait mieux est une conséquence claire de la spécialisation accrue au sein du peloton international (même dans les courses d’un jour) ainsi que des contrôles antidopage de plus en plus stricts, même si ces années ont connu bien des dérives.

Les 10 meilleures saisons depuis 1984

1) 1984 Sean Kelly 1110 points

2) 1995 Laurent Jalabert 1000 points

3) 2021 Tadej Pogacar 985 points

4) 1986 Sean Kelly 965 points

5) 1987 Stephen Roche 890 points

6) 2022 Remco Evenepoel 795 points

7) Philippe Gilbert 2011 770 points

8) 1995 Miguel Indurain 760 points

8) 1993 Maurizio Fondriest 760 points

10) 2016 Peter Sagan 750 points

Le système de points

Les coureurs gagnent des points en fonction de l’importance de la course dans laquelle ils ont obtenu leur victoire ou leur place d’honneur. Une victoire au Tour rapporte 250 points, un coureur ayant remporté le Giro ou la Vuelta hérite de 175 points.

Une victoire dans les manches du WorldTour comme Paris-Nice ou Tirreno-Adriatico rapporte 80 points alors que 40 points sont attribués pour les petites courses à étapes comme le Tour de Belgique. Le titre mondial ou la médaille d’or aux JO sur les courses en ligne rapportent 175 unités. Un des cinq monuments d’un jour vaut 125 points. Des semi-classiques comme la Flèche Wallonne offrent 75 points à son lauréat.

Des points supplémentaires sont accordés pour les étapes remportées sur les grands tours ainsi que pour les places dans le top 10 du classement général de ce dernier. Les podiums obtenus lors des grandes classiques et des championnats, ainsi que pour les classements annexes du Tour sont aussi attribués.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici