La paix des braves entre Wout van Aert et Remco Evenepoel ? « On a retenu les leçons de l’an dernier, et ce sera notre plus gros avantage »

Wout van Aert et Remco Evenepoel porteront les espoirs d'arc-en-ciel de la Belgique à Wollongong. (Photo by Tim de Waele/Getty Images)
/ /

Les deux grands fers de lance du cyclisme belge ne veulent pas reproduire les erreurs du championnat du monde de Louvain en 2021. L’union devra plus que jamais faire la force.

Wout Van Aert et Remco Evenepoel ont assuré jeudi en conférence de presse qu’ils allaient rouler ensemble dimanche pour aller décrocher « pour la Belgique » le maillot arc-en-ciel lors de la course sur route en ligne des Mondiaux en Australie, dix ans après le sacre de Philippe Gilbert à Valkenburg.

Les deux co-leaders de l’équipe belge sont grandissimes favoris, comme l’an dernier à Louvain où c’est pourtant le Français Julian Alaphilippe qui a gardé son maillot de champion du monde. « On a retenu les leçons de l’an dernier, et ce sera notre plus gros avantage », a même assuré Wout Van Aert.

Vainqueur de la Vuelta et 9e de l’épreuve chronométrée il y a quatre jours, Remco Evenepoel est du même avis estimant en outre avoir complètement récupéré. « Je sens plus d’énergie dans mon corps et c’est bon signe et deux semaines après la Vuelta, mon corps est remis à neuf », a rassuré Evenepoel qui assure aussi qu’il roulera avec Wout van Aert. « On va rester le plus longtemps possible ensemble avec Wout et ne pas gaspiller inutilement de l’énergie durant la journée. Un championnat du monde est une course très ouverte où tout le monde va rouler plus fort que durant l’année. En reconnaissance, j’ai vu que la côte (Mont Pleasant, 1,1 km, 8,6% à grimper 12 fois, ndlr) n’est pas suffisante que pour faire une différence, mais il ne faut pas oublier qu’après 6 heures de course, la situation peut être différente. On doit rester calme quoiqu’il arrive durant la journée, et éviter la situation de l’an dernier. Les six autres gars savent ce qu’ils ont à faire chez nous et notre objectif est que la Belgique gagne. »

S’aimer, c’est regarder dans la même direction. (Photo by Tim de Waele/Getty Images)

Très en forme aussi, Wout van Aert, 28 ans, rêve de décrocher le maillot de champion du monde sur la route cette fois, mais il sait qu’il faudra rouler intelligemment. « Je me suis bien préparé pour ce qui est mon objectif principal de fin de saison », a expliqué le triple champion du monde de cyclo-cross (2016, 2017, 2018) et 2e en 2020 derrière Alaphilippe sur la route à Imola. « On a une forte équipe, deux co-leaders, ce que peu de pays peuvent avoir. On veut gagner, mais il faut être réaliste, il y a aussi d’autres prétendants. Il faudra être fort tactiquement et ne pas faire un choix trop vite. Normalement je suis plus rapide au sprint que Remco, et on peut faire une différence en attaquant. Il faut garder les deux options le plus longtemps possible. On a beaucoup appris de l’an dernier, ce sera notre plus gros avantage. On sait que nos chances seront plus grandes encore si on roule ensemble, ce serait bête de ne pas le faire », a ajouté l’Anversois, qui pointe l’Australien Michael Matthews parmi les favoris. « C’est un grand favori à mes yeux aussi », a enchaîné Remco Evenepoel, 22 ans.

« La France est forte, l’Australie aussi. Individuellement, il y a van der Poel, Pogacar et d’autres, je ne vais pas tous les citer, mais ça veut dire qu’il y a beaucoup de candidats. L’important c’est de combiner une forte équipe avec un bon leader. » Et la Belgique en à deux, pour une course très longue, de 266,9 km entre Helensburgh et Wollongong.

Le dernier champion du monde belge remonte en 2012 avec Philippe Gilbert à Valkenburg.

La paix des braves entre Remco et Wout

Evidemment,le différend qui a opposé nos deux champions après les Mondiaux de Louvain l’an dernier est revenu sur la table lors de cette conférence de presse. « Cela a un peu été exagéré », a déclaré Remco Evenepoel jeudi. « Je pense qu’il vaut mieux oublier cela et penser à ces Mondiaux ».
Le différend entre van Aert et Evenepoel a été aplani « avant les Mondiaux », selon Wout van Aert. « Remco est moi sommes plus forts ensemble que l’un contre l’autre », avance le maillot vert du dernier Tour de France.
« Il y a une bonne entente entre nous », poursuit Wout van Aert. « Nous savons que nous pouvons avoir besoin l’un de l’autre pour devenir champion du monde. Il est dès lors préfèrable d’être sur la même longueur d’ondes. Je pense que c’est une bonne chose que nous partagions le leadership. C’est un atout d’avoir plusieurs fers au feu ».
Il ny avait aucun signe de tension entre les deux coureurs lors du point-presse de jeudi à Wollongong, où il leur a été demandé s’ils pourraient rouler ensemble aux Mondiaux. « Bien sûr que nous allons collaborer. Nous en avons parlé ces derniers jours. Pas seulement cette semaine, mais déjà auparavant ».
« Le plus important, c’est de devenir champions du monde avec la Belgique », ajoute Evenepoel. « Je connais les capacités de Wout, il connaît les miennes. Nous pouvons parfaitement collaborer dans le final d’une course difficile »
« Si nous roulons ensemble, nous aurons tout simplement plus de chances de gagner », selon van Aert. « C’est donc ce que nous allons faire ».