Benidorm, là où Wout van Aert et Mathieu van der Poel n’auront pas de maillot distinctif pour la première fois depuis longtemps

30 décembre 2014 : Wout van Aert en vainqueur sur le podium de l'Azencross de Loenhout. Mathieu van der Poel y était deuxième, Tom Meeusen troisième. AFP PHOTO / BELGA / DAVID STOCKMAN **Belgium Out** (Photo credit should read DAVID STOCKMAN/AFP via Getty Images)

Le Néerlandais, alors multiple vainqueur, triomphe dans le maillot de l’équipe cycliste Isorex de Flandre orientale. Le Belge, encore tout petit à l’époque, termine sixième, portant le maillot de l’équipe DCM-GB Vorselaar.

Remontons un peu plus de 13 ans en arrière, à savoir le 6 septembre 2009. C’est à Essen-Horendonk, dans un cross réservé aux débutants, que Wout van Aert et Mathieu van der Poel vont s’affronter pour la toute première fois de leur carrière dans les labourés.

Le Néerlandais est déjà une machine à gagner à cette époque. Dans le maillot de l’équipe Isorex, il triomphe de celui qui deviendra son éternel rival. L’Anversois est pour sa part encore un peu maigrichon et doit alors se contenter de la sixième place dans le maillot de sa formation de l’époque, DCM-GB Vorselaar.

Cette saison-là (2009/10), les deux futurs cadors de la discipline se livreront encore bataille à cinq reprises, chaque fois avec le maillot de leur équipe. Ils ne les échangeront pas non plus contre un maillot de champion national, dans leurs pays respectifs, au début du mois de janvier 2010. Van Aert est absent pour cause de fièvre glandulaire depuis Noël. Van der Poel doit subir la loi d’Erik Kramer à Heerlen.

Aucun duel entre les deux adolescents n’aura lieu la saison suivante (2010/11). Le natif de Lille court avec les juniors pour la première année, alors que le Batave effectue sa deuxième saison avec les débutants. Ce dernier domine sa catégorie comme jamais avec 28 succès en autant de courses, dont le titre national néerlandais à Sint-Michielsgestel. Le troisième déjà de la carrière de Matje, qui avait déjà enfilé le maillot tricolore des Pays-Bas dans la catégorie des aspirants.

C’est aussi le début d’une longue série ininterrompue de titres de champion des Pays-Bas : deux chez les juniors, un chez les espoirs etsix chez les pros, depuis 2015.

Le premier duel entre WvA et MvdP chez les pros

Van Aert a connu moins de succès sur les championnats de Belgique. Il ne s’est jamais imposé chez les juniors, alors qu’il est devenu champion du monde chez les espoirs en février 2014. C’était d’ailleurs à Hoogerheide, là où la course à l’arc-en-ciel se tiendra cette année. En novembre 2014, c’est avec cette prestigieuse liquette sur les épaules qu’il s’offre le titre européen, à Lorsch.

En 2014, à Hoogerheide, se tenait un championnat du monde de la catégorie U23. van Aert avait devancé Vanthourenhout et van der Poel à l’époque. L’histoire peut-elle se répeter chez les élites en 2022 ? (Photo by Tim de Waele/Corbis via Getty Images)

van der Poel s’était paré de ce dernier maillot chez les juniors en 2012 et 2013. Il devra donc le céder à son rival belge au début du mois de février 2014.

Jusque là, les deux futures ne s’étaient retrouvées qu’une seule fois au départ d’un même cross dans la catégorie élite. En décembre 2013, à Anvers, MvdP avait pris la deuxième place, alors que WvA avait dû se contenter de la septième. Les deux coureurs portaient des maillots de marque à cette occasion, respectivement IKO Enertherm-BKCP pour le Batave et Telenet-Fidea pour le Belge.

Première saison professionnelle

La saison suivante, en 2014/15, van der Poel et van Aert effectuent la majorité de leur programme hivernal chez les élites. Après tout, le duo est passé professionnel au début de l’année 2014.

Une campagne de cross qu’ils combinent encore avec quelques courses dans la catégorie espoir. Ils disputent ces dernières dans leurs maillots respectifs de champion. MvdP porte le tricolore des Pays-Bas, alors que WvA voit encore la vie en arc-en-ciel à l’époque.

Chez les pros, ils courront dans le maillot de leur équipe de marque jusqu’au Nouvel An : van der Poel dans celui de BKCP-Powerplus et van Aert dans celui de Vastgoedservice-Golden Palace. Il a rejoint cette formation depuis septembre après un sacré feuilleton.

Compte tenu de la combinaison avec les épreuves espoirs, les retrouvailles des deux compères chez les pros se limitent à cinq rendez-vous jusqu’à la fin décembre 2014 : Renaix, Coxyde, Hamme-Zogge, Mol et Loenhout. Le vétéran Sven Nys lève les bras à Loenhout, tandis que le jeune Wout van Aert va le faire à quatre reprises, notamment au terme d’un sprint passionnant à Hamme-Zogge). L’Anversois n’est alors âgé que de 20 ans et porte le maillot de Vastgoedservice-Golden Palace lors de ces quatre bouquets glanés.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Fin de série

Un maillot de marque que le Campinois devra également endosser après les championnats de Belgique de 2015. Lors de la course disputée à Erpe-Mere, il est vaincu par la pression et à Tábor, c’est Mathieu van der Poel qui s’offre son premier titre mondial dans la catégorie des élites.

La saison suivante (2015/16), Van Aert prend sa revanche en s’offrant la liquette noire-jaune-rouge dans son fief de Lille avant de devoir le « cacher » quelques semaines plus tard lorsqu’il s’offrira l’arc-en-ciel sur le tracé d’Heusden-Zolder.

Lors des années suivantes, Wout van Aert va s’offrir quatre autres maillots de champion de Belgique et encore deux de champion du monde. De son côté, van der Poel étoffe son palmarès avec trois autres titres mondiaux, complétés par autant de maillots de champion d’Europe. Il remporte aussi six titre de champion des Pays-Bas.

Cette série de titres prendra cependant fin lors de la course nationale néerlandaise de 2022. Blessé au dos, MvdP ne peut s’aligner au départ et cède sa tunique à Lars van der Haar.

Quelques semaines plus tard, à Fayetteville, c’est le maillot arc-en-ciel qu’il est contraint de remettre à Tom Pidcock, alors qu’il n’a pu défendre ses chances lors du Mondial. De son côté, Van Aert a choisi de faire l’impasse sur cette course pour se concentrer pleinement sur la saison sur route, après son titre de champion de Belgique à Middelkerke.

C’est ainsi que pour la première fois depuis 2014, un coureur autre que l’une des deux stars des labourés est montée sur la plus haute marche du podium des championnats du monde de cyclo-cross chez les professionnels.

Vierges de tout maillot disctinctif avant que l’un des deux ne retrouve l’arc-en-ciel ?

Comme van der Poel et van Aert n’avaient pas encore commencé leur campagne de cross au moment du championnat du monde, c’est Michael Vanthourenhout qui a raflé la mise. Jusqu’au week-end dernier, van Aert était le détenteur du maillot noir, jaune et rouge mais n’a pas remis son titre en jeu lors du championnat national de Lokeren, tout comme van der Poel aux Pays-Bas. C’est donc pour cette raison qu’ils courront dans leur maillot de marque à Benidorm, ce dimanche.

Mathieu Van der Poel a eu le temps de s’y habitué puisqu’il a repris la saison à Hulst, le 27 novembre dernier, dans le maillot bleu d’Alpecin. La dernière fois que cela lui était arrivé remontait à 2017 à Sint-Michielsgestel (alors dans le maillot de Beobank-Corendon). C’était avant de s’offrir un troisième titre national de champion des Pays-Bas .

La dernière fois que Wout van Aert a couru dans le maillot de Jumbo-Visma remonte à son titre de 2022, lors du championnat de Belgique de Middelkerke.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Pour trouver trace de sa dernière course de cyclo-cross sans maillot distinctif sur les épaules, il faut remonter au 3 janvier 2021, à Hulst. Même s’il portait alors le maillot de leader de la Coupe du monde, qu’il avait enfilé en décembre 2020 après son autoritaire sucès à Termonde.

Mais pour trouver une course dans les labourés où ni van Aert ni van der Poel ne portaient un tricot de champion, il faut toutefois remonter au 30 décembre… 2014. C’était à Loenhout, à l’occasion du dernier de leurs cinq duels lors de leur première campagne de cyclo-cross presque complète chez les pros.

Une course que le Belge avait remporté de manière convaincante en devançant son éternel rival d’outre-Moerdijk. Ce dimanche, cela fera déjà huit ans, trois semaines et deux jours.

A Benidorm, van Aert et van der Poel vont porter de concert le maillot de leur équipe de marque pour la 13e fois seulement de leur carrière. (après six fois lors de leur première saison chez les jeunes et six fois lors de leurs premiers pas chez les pros).

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Samedi prochain, il y aura normalement une quatorzième fois, à Hamme-Zogge. Peut-être, car on ne sait toujours pas si Van der Poel participera au cross de Besançon dimanche.

Il est plus que probable que les Championnats du monde de Hoogerheide, organisés le 5 février prochain, permettront de rhabiller d’arc-en-ciel l’un des deux grands champions de ce siècle. A moins qu’une surprise ne vienne encore rallonger la série de courses avec maillot de marque du duo Belgo-Néerlandais.

Même eux n’auraient pas osé prédire une telle domination sur leur sport lors de leur tout premier combat à Essen-Horendonk, en 2009.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici