Au coeur du quartier général de Jumbo-Visma, l’équipe qui a dominé le Tour de France de la tête et des épaules

Nous avons visité le saint des saints, le quartier général flambant neuf de l’équipe qui a écrabouillé le Tour de France. En compagnie du meilleur guide possible, le directeur général, Richard Plugge. Exclusif.

Un premier petit film a été posté sur les médias sociaux de l’équipe Jumbo Visma le premier jour de 2022. Tourné par un drone. En deux minutes et demie, on avait un aperçu d’un site mentionné comme the new home. Le nouveau lieu de vie pas seulement de l’équipe cycliste, mais de tout le projet Jumbo Visma avec l’équipe féminine, le team de développement et plusieurs équipes de patineurs de vitesse, avec les championnes Antoinette de Jong et JuttaLeerdam en têtes d’affiche. Une petite entreprise qui emploie près de 200 personnes, dont 85 athlètes et les propriétaires / directeurs Richard Plugge et Jac Orie (pour le département patinage). Le budget total, pour l’exercice 2022, tournerait autour de 35 millions d’euros.

Richard Plugge devant la grande fenêtre qui doit assurer la liaison entre l'administratif et les mécaniciens.
Richard Plugge devant la grande fenêtre qui doit assurer la liaison entre l’administratif et les mécaniciens.© JONAS CRETEUR & JUMBO-VISMA

Nous nous sommes offert une visite guidée de ce QG pas comme les autres, au coeur du Brabant néerlandais. Dès notre arrivée, nous avons compris que c’était bien plus que le centre névralgique de la formation qui a écrasé le Tour de France. Quatre parcours pour cyclistes y passent et tout est prévu: centre de réparation, machine automatique pour la distribution de chambres à air et point d’eau pour le remplissage des bidons. Le fruit d’une collaboration entre Team Jumbo Visma, la commune de ‘s-Hertogenbosch (Bois-le-Duc) et la province. Le but est de permettre la découverte des plus beaux endroits du Brabant, et aussi de faire le lien entre le cyclisme de très haut niveau et le récréatif.

Au coeur du quartier général de Jumbo-Visma, l'équipe qui a dominé le Tour de France de la tête et des épaules
© JONAS CRETEUR & JUMBO-VISMA

Richard Plugge nous accueille et explique que ce lien va encore être développé. Plus tard, les cyclistes récréatifs auront la possibilité de visiter le centre, avant ou après leur randonnée, et d’y prendre leur douche. « On loue déjà des espaces de réunion aux entreprises, dont le personnel a droit à une visite guidée et un lunch préparé sur place dans une cuisine professionnelle. »

Des formules censées gonfler la caisse de la société. « On essaie de faire de l’argent avec tout, on n’est pas Néerlandais pour rien », ironise l’homme. Une agence de marketing sportif et un centre médical pour sportifs ont été aménagés à l’étage supérieur du bâtiment. Ils sont loués. Ce centre médical dépend d’un hôpital tout proche et il a déjà accompagné l’équipe Jumbo Visma. « Ils recherchaient un espace, on en avait un, donc le deal a été vite fait », explique le boss.

Gagner ensemble, une obsession

À la réception de l’immeuble, installée dans un grand hall d’entrée, on découvre notamment l’histoire des sponsors Cervélo (vélos) et AGU (vêtements), des maillots portés lors des plus grandes victoires de l’équipe et une petite tribune pouvant accueillir une cinquantaine de personnes avec écran géant. Et en arrière-plan, un grand poster de Wout van Aert avec son maillot tricolore de champion de Belgique. « Quand on reçoit des visiteurs ou quand on organise une fête, comme on l’a fait avec toute l’équipe le mardi qui a suivi l’arrivée du Tour de France, c’est ici », détaille Plugge.

Il nous emmène ensuite à l’étage. On y découvre son bureau, des postes de travail flexibles pour le personnel administratif, un History Wall retraçant l’histoire du projet Jumbo Visma et différentes salles de réunion de plusieurs tailles. Chaque salle porte un nom éloquent, par exemple Home of Speedskating Room ou Olympic Medal Room avec, comme trophée, le vélo qui a permis à Primoz Roglic de décrocher la médaille d’or aux Jeux Olympiques de Tokyo.

Au coeur du quartier général de Jumbo-Visma, l'équipe qui a dominé le Tour de France de la tête et des épaules
© JONAS CRETEUR & JUMBO-VISMA

Sur la plupart des murs, on trouve une photo sous cadre des victoires les plus marquantes de l’équipe. Dans le bureau de Plugge, il y a par exemple un cliché d’une arrivée du dernier Paris – Nice, quand Van Aert, Roglic et Christophe Laporte ont passé la ligne ensemble et aux trois premières places. « Un commentateur de la VRT avait dit en direct que ce serait une belle photo pour mon bureau et j’ai suivi son conseil. Mais c’est surtout parce que cette photo illustre parfaitement notre état d’esprit: on gagne ensemble. C’est une équipe qui s’impose, pas un coureur seul. Avec toutes ces photos de collectif qu’on a accrochées aux murs, on veut que chaque personne qui vienne ici prenne une piqûre de rappel, soit imprégnée de notre état d’esprit. Même notre personnel administratif. Le but est qu’ils se rappellent en permanence pourquoi ils sont ici, pourquoi ils bossent. Gagner des courses, soulever des trophées, ramener des médailles d’or. Tout le monde doit avoir tout ça en tête en permanence. »

Au coeur du quartier général de Jumbo-Visma, l'équipe qui a dominé le Tour de France de la tête et des épaules
© JONAS CRETEUR & JUMBO-VISMA

Sur une illustration XXL dans la plus grande salle de conférence, ce sont les Champs-Élysées qui sont à l’honneur. Un autre symbole. Notre visite a eu lieu juste avant le Tour de France. Personne, dans le bâtiment, n’imaginait un tel triomphe. « On visera le maillot jaune », continue le patron. « Et donc, on veut que chacun s’implique dans ce qu’on appelle une organisation maillot jaune. Toutes les personnes qui viennent ici doivent avoir le niveau d’un leader. »

Une grande fenêtre de cette salle donne sur l’espace où les mécaniciens travaillent sur les vélos. « C’est volontaire aussi. Comme ça, les gens qui bossent toute la journée sur des chiffres ont la confirmation, du matin au soir, qu’ils sont au service d’une équipe cycliste. Et les mécanos se rendent compte qu’il y a tout un travail administratif qui se fait dans l’ombre. »

« On est tous collègues et on tient à entretenir cette connexion. Dans une équipe cycliste, il y a des gens qui sont toujours partis, qui sont toute l’année sur le terrain pour des stages et des courses. Moi, je ne suis ici que deux ou trois jours par semaine. Je dis souvent que mon téléphone est le bureau où je passe le plus de temps. Il est rare que toutes les places de bureau soient occupées en même temps. Surtout qu’on n’exige pas de notre personnel qu’il vienne tous les jours sur place. Si les employés administratifs savent réserver les avions et les hôtels en travaillant à domicile, ça ne nous pose pas de problème. On leur demande seulement de venir à intervalles réguliers. C’est la même chose pour les coureurs. Ils doivent venir quand il faut renégocier leur contrat, pour des tests physiques, pour tourner des films publicitaires, pour des interviews. Certains viennent plus souvent que d’autres, ça dépend aussi de l’endroit où ils habitent. Par exemple, il arrive que Wout van Aert vienne ici à vélo, depuis Herentals. Puis il fait à nouveau le retour sur sa bécane. »

Le chariot de Wout van Aert, avec tout son équipement personnel.
Le chariot de Wout van Aert, avec tout son équipement personnel.© JONAS CRETEUR & JUMBO-VISMA

Espionnage industriel

Il n’a jamais été question d’installer le site de l’équipe plus près de la Belgique et des courses qui y sont organisées. « L’endroit où on est installés, au sud du pays, est idéal. On a beaucoup d’employés et d’athlètes qui résident plus au nord. » Plugge nous emmène ensuite au sous-sol, dans le grand atelier pour les vélos, où on trouve aussi les places de parking pour les camions et les bus.

« C’est parfait pour le chargement et le déchargement, et ça permet aussi de limiter les risques de vols. C’est une chose qu’on a apprise quand on a réfléchi au projet, quand on a visité des centres d’autres équipes, notamment celui de la formation DSM à Deventer. Avec l’expérience, ils ont détecté certains défauts dans leurs installations et nos visites nous ont permis de les éviter. Et on a repris les idées qui étaient très bonnes ailleurs. Comme les installations sur lesquelles les mécaniciens travaillent sur les vélos ou les charriots où on range les vélos de chaque coureur avec ses effets personnels. »

L’efficacité a été le fil rouge de la réflexion des patrons du centre et des architectes. « Notamment dans la méthode de rangement de tout ce que vous pouvez imaginer. Les roues, les vis, les casques, les vestes de pluie, les gels. Tout est parfaitement ordonné dans des armoires, ça nous permet de gagner un temps précieux. Et tout ce qui entre dans un box ou qui en sort est scanné. Grâce à cela, nos stocks sont constamment à jour et on doit jeter très peu de produits qui seraient périmés ou qui auraient été commandés en trop grandes quantités. On gagne du temps, mais aussi de l’argent. »

Même cet espace de travail plutôt terne au départ est décoré de photos de coureurs de l’équipe. Le Victory Wall est le fleuron du bâtiment. « Chaque fois qu’on engrange une victoire, on met une photo du vainqueur, avec sa dédicace. En fin de saison, on les distribue. Ça peut être pour le coureur lui-même, pour un supporter, un sponsor, une bonne oeuvre. Au début du mois de janvier, on entame la nouvelle saison avec un mur vierge. Et l’ambition de le recouvrir au plus vite, toujours avec la même philosophie: gagner ensemble. »

Un mois après notre visite, cette devise et cette organisation ont permis à l’équipe Jumbo Visma de réaliser son rêve: gagner le Tour de France. Chaque réunion qui se tient dans la salle avec le poster des Champs-Élysées est ainsi encore un peu plus agréable.

Au coeur du quartier général de Jumbo-Visma, l'équipe qui a dominé le Tour de France de la tête et des épaules
© JONAS CRETEUR & JUMBO-VISMA
Au coeur du quartier général de Jumbo-Visma, l'équipe qui a dominé le Tour de France de la tête et des épaules
© JONAS CRETEUR & JUMBO-VISMA
Au coeur du quartier général de Jumbo-Visma, l'équipe qui a dominé le Tour de France de la tête et des épaules
© JONAS CRETEUR & JUMBO-VISMA
Au coeur du quartier général de Jumbo-Visma, l'équipe qui a dominé le Tour de France de la tête et des épaules
© JONAS CRETEUR & JUMBO-VISMA

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici