Astana met fin avec effet immédiat au contrat de Miguel Angel Lopez, quatrième de la dernière Vuelta

Miguel Angel Lopez devant Remco Evenepoel lors de la dernière Vuelta. (Photo by Tim de Waele/Getty Images)

Please write your introduction text here

Astana Qazaqstan Team a annoncé lundi soir mettre un terme au contrat, avec effet immédiat, de Miguel Angel Lopez. Le coureur colombien de la formation cycliste kazakhe avait été mis à pied après avoir été arrêté le jeudi 21 juillet à l’aéroport de Madrid, soupçonné de trafic de produits médicaux. Sa suspension avait été levée quelques jours plus tard, faute d’éléments.

Lundi, l’affaire autour de « Superman » a pris une nouvelle tournure, à en croire le communiqué laconique de l’équipe. « Astana a découvert de nouveaux éléments démontrant la probable connexion entre M.A. Lopez et le docteur Marcos Maynar. En conséquence, l’équipe n’avait pas d’autre alternative que de mettre un terme au contrat du coureur, et ce avec effet immédiat, en raison de violations du contrat et du code de conduite de l’équipe. »

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Miguel Angel Lopez, 28 ans, a chuté et abandonné lors de la 4e étape du Giro et n’a pas couru pendant près de trois mois, entre mai et août. Il a ensuite terminé 3e du Tour de Burgos et 4e du Tour d’Espagne, à 5:56 de Remco Evenepoel. Lopez compte 22 succès chez les professionnels, dont trois étapes de la Vuelta, une du Tour de France ou encore le Tour de Suisse et le Tour de Catalogne.

Le nom du Colombien a été lié au docteur Marcos Maynar, professeur à l’université d’Estrémadure, qui a été cité dans plusieurs affaires de dopage aux produits anabolisants et EPO dans le sport sans jamais avoir été condamné. Le médecin a été arrêté le 11 mai, soupçonné de trafic de produits interdits et de blanchiment. Il a depuis été libéré sous caution.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Le coureur a réagi à ce licenciement via ses réseaux sociaux. Il estime cette décision « absolument injustifiée car il n’existe pas de faits nouveaux qui n’étaient pas connu par l’équipe Astana en novembre 2022 ». Il « nie toute allégation pouvant salir son nom et son honneur de coureur professionnel » et « rappelle qu’il n’a jamais été testé positif à aucune drogue ou produit dopant et n’a jamais été sous le coup d’une enquête par aucune autorité« .