Qui est Niclas Füllkrug, le buteur fou de l’Allemagne ?

Niclas Fuellkrug, buteur contre l'Espagne. (Photo by Maddie Meyer - FIFA/FIFA via Getty Images)

Niclas Füllkrug connaît actuellement son heure de gloire. Il a offert un point à l’Allemagne lors du match contre l’Espagne et a vu le sélectionneur Hansi Flick chanter ses louanges. Portrait du supersub de la Mannschaft, qui jouait encore en deuxième division allemande l’année dernière.

« Son dynamisme doit être un exemple pour toute l’équipe », a lâché Hansi Flick après le but égalisateur de Niclas Füllkrug contre l’Espagne. Un signe de reconnaissance pour l’attaquant du Werder Brême. À juste titre, puisqu’il venait de faire en sorte que l’Allemagne ne soit pas encore éliminée. Les Teutons peuvent espérer aller chercher leur qualification contre le Costa Rica.

Le fait que l’entraîneur allemand ait sélectionné Füllkrug était déjà en soi une surprise. L’attaquant de 29 ans n’a disputé ses premières minutes sous la vareuse nationale que quelques jours avant la Coupe du monde. Entré au jeu lors de l’amical contre Oman, il a immédiatement trouvé le chemin des filets. Ça ne relève pas du hasard, car l’attaquant livre une excellente saison. Son club, le Werder Brême, promu, occupe actuellement la neuvième place en Bundesliga et le doit principalement à son buteur. Avec goals en 15 rencontres, il est indispensable aux Werderaner. Füllkrug est comme un poisson dans l’eau dans le football offensif de l’entraîneur Ole Werner.

Sa grande forme et le fait que l’attaquant habituel des Allemands, Timo Werner, ait dû déclarer forfait sur blessure lui ont permis de décrocher son billet pour le Qatar. Ça reste néanmoins atypique : un joueur méconnu de près de trente piges, sans expérience internationale, qui se révèle soudainement décisif. Les étoiles scintillantes de l’équipe allemande doivent faire place à une comète.

Blessures à répétition

Son flair pour le but, Füllkrug le possède depuis un certain temps, mais jusqu’à récemment, il ne l’avait montré qu’en D2 allemande. Formé au Werder Brême, il a transité entre autres par Nuremberg ou Greuther Fürth, où il a étalé ses qualités. Ça lui a valu un retour dans son club actuel en 2019. En 135 matchs de 2. Bundesliga, Füllkrug a inscrit pas moins de 47 buts. Des stats significatives, d’autant qu’il a souvent été lâché par son corps. En effet, l’Allemand a été victime de nombreuses blessures tout au long de sa carrière, notamment aux genoux et aux chevilles, ce qui lui a valu de nombreuses opérations.

Entretemps, l’imposant attaquant (1m98) est de retour en Budesliga, où il fait figure de révélation cette saison. Son surnom ? Der Killer mit der Zahnlücke. Traduction libre : le tueur aux dents écartées. Parce qu’on ne peut pas passer à côté. Écartées ou pas, ses adversaires se cassent souvent les dents sur le robuste attaquant. Parfois même de façon litérale, d’ailleurs. Un jour, il a dû quitter l’entraînement et être emmené à l’hôpital : la dent d’un coéquipier s’était plantée dans son front.

Niclas Fuellkrug, le buteur inattendu. (Photo by Markus Gilliar – GES Sportfoto/Getty Images)

Un coup d’œil à ses buts révèle rapidement ses points positifs : un tir solide et précis combiné à un jeu de position astucieux. Ajoutez à cela son excellent jeu de tête et vous avez la formule du succès. C’est en fait le type d’attaquant qu’on peut comparer à Robert Lewandowksi ou Miroslav Klose. Souvent au bon endroit, fort dans les duels et avec assez de finesse pour éliminer un adversaire. En outre, c’est également un spécialiste des penalties, qu’il frappe à la façon d’Eden Hazard.

Rétrospectivement, il n’est donc pas surprenant que Füllkrug ait été le pion déterminant de l’Allemagne. Sans véritable numéro neuf, ça ne fonctionnait pas contre l’Espagne et Flick a donc décidé d’essayer quelque chose de différent. Avec un buteur dans la forme de sa vie, le vent a finalement tourné. Musiala a pénétré dans la surface de réparation, Füllkrug lui a pris le ballon et l’a catapulté dans le toit du but. Le gardien de but espagnol, Unai Simon, n’a rien pu faire face à ce déchaînement de violence. Un héros était né.

La rencontre s’est donc terminée sur le score de 1-1. De quoi rendre l’Allemagne heureuse, et l’homme du but encore plus. « Mon goal nous permet d’aborder le dernier match de groupe la tête haute. Ça donne un peu l’impression d’avoir gagné. Mais il y a encore beaucoup de choses à améliorer », a-t-il déclaré, les pieds bien sur terre.

Les médias allemands sont donc unanimes. Leur nouveau buteur doit débuter contre le Costa Rica, car il se peut que la qualification se joue à la différence de buts. Et quoi de plus utile qu’un attaquant qui peut faire mouche à tout moment ? Après deux matchs sans succès, et bien que l’Allemagne se soit créé de nombreuses occasions, une tactique différente est peut-être nécessaire. Sera-ce la Coupe du monde du surprenant Allemand ?

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici