Présentation des équipes de la Coupe du monde: le Danemark peut-il tenir la dragée haute à la France dans le groupe D ?

Les Danois ambitionneront de stopper le TGV Kylian Mbappe au Qatar. (Photo by Jean Catuffe/Getty Images)

Chaque jour, nous vous présenterons en résumé les différents groupes de la Coupe du monde de football. Entraîneur, vedette, ambition et statistique à retenir, chaque équipe est passée au crible. Aujourd’hui, cap sur le groupe D avec la France, le Danemark, la Tunisie et l’Australie. Trois de ces quatre équipes figuraient déjà dans le même groupe lors du Mondial russe. Champions du monde en titre, les Français visent la première place avec leur effectif impressionnant malgré les défections de joueurs importants comme Pogba et Kanté. Le Danemark, demi-finaliste à l’Euro entend bien jouer les trouble-fêtes alors que la Tunisie et l’Australie risquent de devoir se contenter des miettes.

La France

L’entraîneur: Didier Deschamps

Si quelqu’un était sous le feu des critiques après le dernier championnat d’Europe, c’était certainement Didier Deschamps. Et tant pis s’il avait porté les Bleus au sacre mondial trois ans auparavant. La France a raté son tournoi et n’a pas produit un football étincelant malgré sa myriade de stars. Elle a plié bagage dès les 1/8e de finale au terme de la séance des tirs au but contre la Suisse. Si les hommes de Deschamps ont retrouvé des couleurs en remportant le Final Four de la Nations League (notamment en effectuant une petite remontada contre la Belgique), l’édition de cette année a ravivé d’autres doutes dans les esprits hexagonaux. La France n’a terminé que troisième de son groupe, derrière la Croatie et le Danemark, une équipe qu’elle retrouvera lors de son premier tour au Qatar. Le sélectionneur tricolore affichait une certaine résignation au terme de cette dernière campagne : « Le mois de juin a été très difficile. Nous n’avions pas assez d’énergie et la fraîcheur manquait ». L’ancien international, lui aussi champion du monde en 1998 sur la pelouse, devra donc trouver des solutions pour décrocher une troisième étoile. Et ce n’est pas la qualité qui manque au sein d’un groupe qui sera pourtant privé de deux des héros de la campagne victorieuse en Russie.

La vedette: Kylian Mbappé

Kylian Mbappé a rendez-vous avec l’histoire. Son tir au but contre la Suisse lors du dernier Championnat d’Europe a été arrêté par Yann Sommer et a conclu de triste manière un tournoi raté, sans le moindre but inscrit. L’attaquant aura donc quelques choses à se faire pardonner au Qatar. Les longues négociations pour sa prolongation de contrat au PSG lui ont causé des maux de tête l’été dernier. Les remous autour de cet engagement pour une somme astronomique ont continué d’agiter le début d’automne. Etait-il lié aussi longtemps qu’annoncé avec Paris ? N’avait-il pas envie de partir à cause de doutes sur la qualité de l’effectif ? Dans les faits et les annonces publiques, KM7 veut s’offrir un doublé Coupe du monde et Ligue des Champions. Cette dernière manque toujours à son palmarès contrairement à la première. Et réaliser ce doublé lui permettrait d’écrire encore plus en lettres d’or son nom dans le grand livre du football français. Mais attention, ce doublé fantastique (en plus du gain du Ballon d’or) pourrait être réalisé bien avant par Karim Benzema. Le revenant en équipe de France depuis l’année dernière a déjà mis la main sur la Coupe aux grandes oreilles en mai dernier.

Après un Euro raté qui s’est terminé sur un tir au but manqué contre la Suisse, Kylian Mbappé ambitionne d’offrir à la France une troisième étoile en étant la star du tournoi, ce qui n’était pas encore totalement le cas en 2018. (Photo by Jean Catuffe/Getty Images)

L’ambition: une troisième étoile

La France nous a évidemment briser le coeur en 2018 et l’on a toujours du mal à être positif avec elle, surtout qu’elle a enfoncé le clou lors du dernier Final Four de la Ligue des Nations. Mais soyons honnêtes, difficile de ne pas ériger au rang de grand favori une équipe pouvant aligner des Mbappé, Benzema et Antoine Griezmann sur la feuille de match. Mais attention, il faudra faire avec un milieu de terrain déforcé de deux pièces majeur. Et surtout les supporters attendent un football plus séduisant au vu de la qualité du vivier national.

Le chiffre: 436 millions

Au 1er novembre de cette année, « Ramenez la coupe à la maison » avait déjà été visionné 436 millions de fois sur YouTube. Le tube du groupe Vegedream a été la chanson de la victoire des Français en 2018 et est depuis l’hymne officieux de l’équipe nationale. Bye-Bye Gloria Gaynor.

Le Danemark

L’entraîneur: Kasper Hjulmand

Kasper Hjulmand a mené le Danemark dans le dernier carré lors du dernier championnat d’Europe. Après le malaise cardiaque de son joueur vedette Christian Eriksen, lors du premier match contre la Finlande, Hjulmand a tout de même réussi à remobiliser son équipe pour le reste du tournoi. Le latéral droit Joakim Mæhle a loué l’action de son entraîneur : « Il a osé montrer ses sentiments après ce qui s’était passé avec Christian. Ce que nous avons vécu nous a rapprochés grâce à la façon dont il a géré la situation. C’est un bon entraîneur et maintenant aussi un ami ». Cet élan positif s’est poursuivi pour les Danois en Ligue des Nations puisqu’ils ont terminé deuxième de leur groupe, derrière la Croatie mais devant la France et l’Autriche. Et dire que Kasper Hjulmand aurait pu terminer sur le banc d’Anderlecht avant que la direction ne jette son dévolu sur Fred Rutten…

La vedette: Christian Eriksen

Le monde du football s’est tu comme un seul homme lorsque le cœur de Christian Eriksen s’est arrêté de battre sur la pelouse du Parken Stadium de Copenhague. D’interminables minutes d’attente avec cette crainte de voir le stratège danois ne pas s’en remettre. Alors que l’on pensait que cet incident allait peut-être écourter sa carrière, Eriksen a depuis lors retrouvé les terrains et un excellent niveau de jeu. Il a fait son retour sur les pelouses à Brentford car il ne pouvait plus jouer à l’Inter avec un défibrilateur. Le milieu de terrain souhaite continuer à jouer au football pendant quelques années encore, ce qu’il fait désormais sous le maillot de Manchester United. Il reste toujours ce footballeur élégant qui semble enchaîner les passes intelligentes sans effort.

Christian Eriksen, le revenant, sera à nouveau le moteur et le coeur du jeu danois. (Photo by Jean Catuffe/Getty Images)

L’ambition: sortir du groupe puis tabler sur des exploits

Le Danemark peut secrètement rêver à une victoire en groupe. Il est en excellente forme et a déjà battu la France récemment en Ligue des Nations. Pourquoi ne pourrait-il pas répéter cet exploit ? La suite du tournoi dépendra de la capacité à forger des exploits. Mais lors de l’Euro, on a pu constater leur force mentale.

Le chiffre: 27

Le Danemark a récolté 27 points en 10 matches de qualification pour la Coupe du monde. Seule l’Allemagne a fait aussi bien. Les Danois n’ont perdu que 2-0 en Écosse lors de la dernière journée, alors que la qualification était acquise depuis longtemps.

La Tunisie

L’entraîneur: Jalel Kadri

Jalel Kadri était encore l’entraîneur assistant de la Tunisie lors de la dernière Coupe d’Afrique, mais après une élimination décevante en quarts de finale, il a pris le relais à la tête de l’équipe après le licenciement de Mondher Kebaier. Depuis qu’il détient les clés du camion, la Tunisie se porte bien. L’équipe de Kadri a remporté la Kirin Cup, un tournoi réunissant quatre pays, dont le Japon, le Ghana et le Chili, pas plus tard qu’en juin.

La vedette: Dylan Bronn

Vedette est sans doute un bien grand mot. Les Tunisiens n’en comptent pas vraiment dans leur noyau, alors nous avons mis en lumière une vieille connaissance de notre Pro League. Dylan Bronn, ex-Buffalo, porte désormais les couleurs de Salernitana en Serie A. Le défenseur de 27 ans est l’un des rares Aigles de Carthage à jouer dans une compétition européenne. Il se distingue en équipe nationale par l’expérience qu’il apporte.

Dylan Bronn n’est pas une vedette absolue de la Tunisie mais il est surtout passé par notre merveilleuse Jupiler Pro League. (Photo by Jean Catuffe/Getty Images)

L’ambition: éviter la dernière place du groupe

La Tunisie n’est pas une nation de haut niveau et est tombée dans un groupe difficile. Elle devra s’imposer et espérer que les autres pays perdront des points. Lors de la Kirin Cup, elle a prouvé ce qu’elle pouvait faire. Mais quelques mois plus tôt, à la fin décembre 2021, les hommes de Kadri ont été battus 5-1 par le Brésil.

Le chiffre: 2004

Cette année-là, la Tunisie a remporté le plus grand triomphe de son histoire. Elle a remporté la Coupe d’Afrique des Nations, qu’elle organisait, en battant le Maroc en finale. En Coupe du monde, les Aigles de Carthage n’ont jamais dépassé la phase de groupe.

L’Australie

L’entraîneur: Graham Arnold

Graham Arnold est le sélectionneur national de l’Australie depuis quatre ans. Il a succédé au Néerlandais Bert van Marwijk après la Coupe du monde en Russie. Lors des qualifications pour le Qatar, Arnold a réalisé un changement marquant. Lors du match de barrage contre le Pérou, il a fait « un truc à la Louis Van Gaal » en changeant son gardien de but juste avant la série des tirs au but. Mathew Ryan, qui a défendu par le passé les perches du FC Bruges et de Genk, ne semblait pas avoir les meilleures références dans l’exercice. L’entraîneur a donc lancé Andrew Redmayne dans la bataille et ce dernier est devenu un héros national après avoir arrêté le penalty décisif.

La vedette: Aaron Mooy

Aaron Mooy est une certitude absolue dans l’équipe australienne depuis de nombreuses années. Avec son expérience en Premier League, il est devenu le métronome au coeur du jeu. L’été dernier, Mooy a rejoint le Celtic Glasgow après une aventure exotique à Shangai Port en Chine, où il a joué sous la direction d’un certain Ivan Leko. Le football chinois étant toujours soumis à des restrictions en matière de covid, le milieu de terrain australien risquait de manquer les derniers matches de qualification de son pays en raison des règles de quarantaine. Il a donc décidé de quitter son club et de s’installer en Écosse.

Aaron Mooy sera sous le feu des projecteurs au Qatar . (Photo by Albert Perez/Getty Images)

L’ambition: éviter la dernière place

Une qualification de l’Australie pour la phase à élimination directe semble être une mission impossible. Les Socceroos manquent clairement de qualité dans leur division offensive. Cependant, ils ont montré, lors de leur campagne de qualification, qu’ils étaient capables de répondre présents quand l’enjeu le demandait. Mais est-ce que ce sera suffisant pour faire vaciller des pays de la qualité de la France et du Danemark ?

Le chiffre: 37

À 37 ans, Danny Vukovic est le joueur le plus âgé de l’équipe australienne. L’ancien gardien du KRC Genk est le troisième dans la hiérarchie et joue surtout un rôle important dans le vestiaire.