Présentation des équipes de la Coupe du monde: le Brésil favori du tournoi et d’un groupe G où la Suisse et la Serbie comptent se montrer

Comme en 2018, Suisses et Brésiliens croiseront le fer dès la phase de groupe. (Photo by Gokhan Balci/Anadolu Agency/Getty Images) © Getty images

Chaque jour, nous vous présenterons en résumé les différents groupes de la Coupe du monde de football. Entraîneur, vedette, ambition et statistique à retenir, chaque équipe est passée au crible. Aujourd’hui, cap sur le groupe G où l’on retrouve un Brésil qui ambitionne clairement une sixième étoile, après quatre tournois où il n’a atteint le dernier carré qu’une seule fois (et avec une énorme déculottée à l’arrivée). Ses adversaires suisses et serbes entendent bien passer ce premier tour pour ensuite surprendre lors de la phase à élimination directe. Enfin, il y aura des Lions pas si indomptables que cela.

Le Brésil

Le sélectionneur: Tite

Adenor Leonardo Bacchi, ou Tite en abrégé, est le coach des Brésiliens depuis un certain temps déjà. Avant son passage en tant que sélectionneur national, il a récolté de nombreux prix avec Corinthians, et depuis 2016, il est donc à la tête des superstars brésiliennes. Il a commencé par sept victoires de rang, mais lors de la Coupe du monde en Russie, la nation a été déçue par l’élimination par les Diables rouges en quart de finale. Néanmoins, il est resté à la tête de la Seleçao et a remporté la Copa América en 2019.  Il a déçu à nouveau lorsque l’Argentine a gagné l’édition suivante de la Copa, mais là encore, la fédération brésilienne lui a maintenu sa confiance. Entre-temps, il a été annoncé que ce Mondial serait le dernier pour le coach de 61 ans.

La vedette: Neymar

À tous les postes, le Brésil compte des joueurs hyper talentueux. Pourtant, un homme reste incontestablement le héros de la Seleçao : Neymar. Il a marqué 74 fois en 119 matches avec le Brésil. À cela, il faut encore ajouter 52 passes décisives. Avec ces chiffres incroyables, il est capable, avec Vinícius Júnior et Gabriel Jesus, de détruire n’importe quelle défense au Qatar. Neymar peut-il ajouter une Coupe du monde à son palmarès et rejoindre le rang des Brésiliens de légende comme Pelé, Ronaldo et Rivaldo ?

Neymar entend bien tirer la langue à tous ses détracteurs lors de cette Coupe du monde. (Photo by Marc Atkins/Getty Images)

L’ambition: la victoire finale

Le Brésil est la nation la plus titrée de tous les temps en Coupe du monde avec cinq victoires. Cette année, elle a de nouveau l’ambition. Il faut dire que ça fait vingt ans que la Seleçao ne l’a plus remporté, ce qui est très long selon les normes brésiliennes. Elle n’a même pas atteint la finale une seule fois depuis 2002. Ce groupe de stars hyper talentueuses doit mettre un terme à  cette attente.

Le chiffre: 21

Le nombre de Coupes du monde disputées jusqu’à présent, mais aussi le nombre de Coupes du monde disputées par le Brésil. La Seleçao est la seule nation à n’avoir pas manqué la moindre édition. Au cours de ces 21 participations, elle a remporté le tournoi à cinq reprises, un autre record. Le Brésil reste le spécialiste de la Coupe du monde par excellence et a déjà fourni quelques équipes légendairesComme les vainqueurs de 1970 menés par Pelé, ou l’impressionnante délégation de 2002. Ces deux équipes sont considérées comme parmi les meilleures équipes nationales de tous les temps.

La Serbie

Le sélectionneur: Dragan Stojkovic

Dragan Stojkovic est une véritable légende du football serbe. Dans les années 1980 et 1990, il a joué pour l’Étoile Rouge de Belgrade et a été capitaine de l’équipe nationale yougoslave. Il a d’ailleurs été l’un des joueurs les plus en vue du Mondial 90. Il est aussi l’un des cinq joueurs à avoir reçu l’unique « étoile de l’Étoile Rouge », une distinction décernée par l’Étoile Rouge de Belgrade aux footballeurs qui ont apporté une valeur ajoutée exceptionnelle au club.

Pendant les huit dernières années de sa carrière, Stojkovic a joué au Japon à Nagoya Grampus. Au cours de cette période, il a notamment évolué pendant plusieurs années sous les ordres d’Arsène Wenger, qui est une grande source d’inspiration pour lui. C’est également à Nagoya qu’il a débuté comme entraîneur en 2008 et qu’il a connu ses premiers succès, avant de passer à Guangzhou, en Chine. Il est devenu le sélectionneur national de la Serbie en mars 2021, après quoi il a traversé les éliminatoires de la Coupe du monde sans la moindre défaite et a condamné le Portugal de Cristiano Ronaldo aux barrages.

La vedette: Dusan Tadic

Le capitaine Dusan Tadic semble être le choix le plus évident. Le meneur de jeu de l’Ajax joue superbement avec le club néerlandais depuis des années et continue sur sa lancée en équipe nationale. Avec son agilité, son sens du but et sa capacité à transformer chaque phase arrêtée en danger, Tadic est un adversaire à craindre par tous.

Pourtant, il serait injuste de ne pas mentionner brièvement Aleksandar Mitrovic. L’attaquant a livré une saison record en Championship à Fulham l’année dernière. Et avec la Serbie, il a marqué 50 fois en 77 matchs.

Le capitaine serbe Dusan Tadic entend bien faire parler la poudre avec sa patte gauche. (Photo by Jurij Kodrun/Getty Images)

L’ambition: passer le premier tour et surprendre

Depuis l’éclatement de la Yougoslavie, la Serbie s’est peu amusée en Coupe du monde : malgré de multiples qualifications, elle n’a jamais survécu à la phase de groupe. Et elle n’a pas pu se qualifier pour l’EURO pendant longtemps. Pourtant, on sent qu’il y a quelque chose dans cette équipe. Contre la Suisse et le Cameroun, la Serbie doit oser être ambitieuse.

Le chiffre: 94

La minute à laquelle Ronaldo a marqué un but refusé lors du match nul 2-2 contre la Serbie. Ce goal aurait pu offrir au Portugal la tête du groupe de qualification pour la Coupe du monde. Le but a été annulé parce que le ballon n’aurait pas franchi la ligne, alors que les images montrent le contraire. Il n’y avait pas de VAR pour corriger l’erreur et les Portugais ont donc dû se contenter d’un point. Un moment crucial, puisque la Serbie a remporté le groupe et s’est qualifiée directement tandis que les Portugais ont dû disputer les barrages.

La Suisse

Le sélectionneur: Murat Yakin

Murat Yakin es tune icône du FC Bâle. Il a connu son heure de gloire au sein du club suisse au début du siècle, remportant trophée après trophée. En tant qu’entraîneur, il y a également remporté deux titres au cours de la dernière décennie et y a connu des campagnes européennes réussies. Après le départ de Vladimir Petkovic, il a pris la tête de l’équipe nationale en août de l’année dernière. Et il l’a habilement qualifiée d’emblée grâce à de bons résultats contre l’Italie, condamnant cette dernière à des matchs de barrage contre la Macédoine du Nord qui l’éliminera.

La star: Granit Xhaka

Granit Xhaka à Arsenal, c’est une histoire de hauts et de bas. Les performances du joueur suisse ont été irrégulières et il a été conspué par les fans avant de revenir dans leurs bonnes grâces à plusieurs reprises. Ceux qui l’ont vu briller contre la France lors de l’EURO l’année dernière n’ont aucun doute sur son talent. Le capitaine peut dicter le jeu comme personne d’autre dans l’équipe suisse et, avec son temps de jeu régulier avec les Gunners cette saison, il n’y a aucune raison pour qu’il ne soit pas le maître à jouer d’une Suisse ambitieuse.

La Suisse sera ambitieuse sous la conduite de son capitaine Granit Xhaka. (Photo by Harry Langer/DeFodi Images via Getty Images)

L’ambition : sortir du groupe et surprendre

Dans un groupe où le Brésil est la seule grande nation, la Suisse aspirera certainement à passer au tour suivant. Les Serbes semblent être leurs adversaires les plus coriaces. Les deux équipes se rencontrent lors de la dernière journée de la phase de groupes dans un match qui s’annonce passionnant. Arriver au-delà des huitièmes de finale semble plus utopique : depuis 1954, la Suisse n’y est plus jamais parvenu en Coupe du monde. Pourtant, il ne faudra pas sous-estimer le talent des Suisses. Demandez à Kylian Mbappé.

Le chiffre: 558

À ce jour, la Suisse détient le record de la plus longue période sans encaisser de buts en Coupe du monde. En 2006, elle a été éliminée aux tirs au but en huitièmes de finale sans avoir encaissé un seul goal du tournoi. Un cas unique. Quatre ans plus tard, elle a encore maintenu ses filets inviolés pendant un match et 75 minutes supplémentaires. Ce qui fait un total de 558 minutes sans but encaissé en Coupe du monde. Fort.

Le Cameroun

Le sélectionneur: Rigobert Song

Rigoberto Song est le joueur le plus capé de l’histoire du Cameroun. Il a fait parler de lui au cours de sa carrière de joueur, principalement avec Galatasaray et West Ham, mais c’est surtout pour ses rencontres avec l’équipe nationale qu’il est resté dans les mémoires. Il partage avec Zinédine Zidane le remarquable « honneur » d’être le seul joueur à avoir reçu un carton rouge lors de deux Coupes du monde différentes. C’était un défenseur central vif qui utilisait sa force, sa vitesse et son bon jeu de tête pour maintenir ses adversaires hors du cou. Song a peu d’expérience en tant qu’entraîneur au plus haut niveau et n’est à la tête de l’équipe que depuis la décevante performance du Cameroun à la CAN début 2022. Il sera intéressant de voir jusqu’où son statut de légende et ses capacités tactiques peuvent le mener.

La star: Karl Toko Ekambi

Karl Toko Ekambi devra fournir l’étincelle créative dans une équipe qui s’appuie principalement sur la force et le combat. L’ailier lyonnais, grand et rapide, est toujours capable d’un coup d’éclat et est depuis plusieurs années une référence en Ligue 1, où il a invariablement marqué plus de dix buts par saison ces dernières années. Avec le Cameroun, il a déjà marqué douze fois en 49 matches, dont cinq fois lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations. Les autres joueurs à surveiller sont Vincent Aboubakar et André-Frank Zambo Anguissa.

Karl Toko Ekambi devra fournir l’étincelle créative dans une équipe qui s’appuie principalement sur la force et le combat. . (Photo by Visionhaus/Getty Images)

Les ambitions: ne pas finir dernier du groupe

Le Cameroun est de retour en Coupe du monde pour la première fois depuis 2014. La dernière fois qu’il a réussi à gagner un match remonte à 2002. En 2010, les Lions Indomptables ont été la première équipe à être mathématiquement éliminée. Le Cameroun a peut-être été l’une des meilleures nations du football africain, mais cette époque semble désormais révolue. Dans un groupe où le Brésil est le grand favori, il devra essayer de prendre des points contre la Serbie et la Suisse. Pas une tâche impossible, mais le Cameroun sera déjà très heureux s’il survit à la phase de groupe.

Le chiffre: 5

Le nombre de fois où le Cameroun a gagné la Coupe d’Afrique des Nations, seule l’Egypte fait mieux. Ça souligne qu’il s’agit bien d’un pays doté d’une grande histoire footballistique. Dans les années 1980, surtout, les Lions Indomptables étaient redoutables. En 1990, le Cameroun est devenu le premier pays africain à se qualifier pour les quarts de finale d’une Coupe du monde. Ce noyau peut-il faire revivre les jours de gloire d’antan ?