Martinez veut se servir de l’expérience contre le Panama pour défier un Canada qui « n’aura rien à perdre »

Roberto Martinez a confirmé la titularisation de Jan Vertonghen contre le Canada. (Photo by Mike Hewitt - FIFA/FIFA via Getty Images)

Les sélectionneurs belge et canadien se présentaient devant la presse à la veille de leur entrée dans le tournoi. Le sélectionneur belge a d’ores et déjà annoncé les titularisations d’Eden Hazard et de Jan Vertonghen. Du côté du Canada, John Herdman a déclaré que la star du Bayern Munich, Alphonso Davies, serait bien présent contre les Diables rouges.

Pour Roberto Martinez, ses Diables Rouges sont « prêts » pour affronter le Canada mercredi (20h00, heure belge) en ouverture de la Coupe du monde au Qatar dans un match qu’il juge « très dangereux » face à des Canadiens qui « n’auront rien à perdre ».

Le sélectionneur espagnol des Diables Rouges a confirmé aussi qu’Eden Hazard, avec le brassard de capitaine, entamera bien la rencontre. Face à un Canada qui participera pour la seconde fois à une phase finale de Coupe du monde (après 1986) alors que ce sera le baptême de feu pour la génération, les Diables Rouges seront attentifs à ne pas tomber dans un piège. « Cela me rappelle vraiment notre match contre le Panama », a expliqué Roberto Martinez mardi en conférence de presse évoquant le premier match de la Coupe du monde 2018 remporté 3-0 par ses Diables. « Le Canada n’aura rien à perdre, tout l’aspect émotionnel sera pour eux avec les espoirs et l’enthousiasme d’un premier match et, ça, en football, c’est très dangereux. »

Roberto Martinez pense que le Canada n’aura rien à perdre. (Photo by Mohamed Farag/Getty Images)

Hazard et Vertonghen titulaires, Lukaku absent

Qualifié comme premier de son groupe devant les États-Unis et le Mexique, le Canada « n’est pas là par accident et présente un véritable esprit d’équipe avec une bonne défense et des gars rapides en attaque. Ils savent créer beaucoup d’espaces. J’ai beaucoup de respect pour cette équipe qui montre beaucoup d’enthousiasme et où il y a une véritable dynamique ». Roberto Martinez a qualifié aussi de très important le match de préparation perdu contre l’Égypte au Koweit vendredi dernier. « Cela nous a fait gagner du temps parce que cela a mis le doigt sur ce que nous devions travailler, améliorer, corriger. D’habitude, on a quatre à cinq semaines pour préparer un gros évènement, ici on n’a eu que cinq-six jours. Et ce match a sonné le réveil et nous a permis d’accélérer le processus. Je suis confiant, nous sommes prêts », a assuré encore le technicien espagnol bottant en touche l’absence d’Eden Hazard au dernier point presse avant le match. « Les sollicitations médiatiques sont énormes pour un joueur du Real Madrid, je ne sais pas si un joueur de Barcelone est autant demandés, mais il sera bien au coup d’envoi et commencera la rencontre. L’environnement avec les Diables est différent pour Eden par rapport au Real. Et on est meilleur si Eden est dans le vestiaire ici. Il a le talent et l’expérience, et ça il ne l’a jamais perdu. »

« Médicalement, j’ai 25 joueurs prêts, seul Romelu (Lukaku) n’est pas disponible, mais il progresse très bien. On suivra les avis médicaux pour décider de son entrée au jeu pour le deuxième ou le troisième match, on verra », a ajouté Martinez qui souligne aussi l’importance de pouvoir effectuer jusqu’à 5 changements dans une partie. « Cela modifie l’approche et implique plus de joueurs qui peuvent alors avoir un rôle à jouer. Je n’ai pas besoin de motiver mes joueurs. Si vous n’êtes pas motivés pour un premier match de Coupe du monde, c’est que nous avons choisi les mauvais joueurs, mais ce n’est pas le cas. Cela fait six ans que nous sommes ensemble et nous voulons écrire quelque chose de magnifique et transmettre un héritage. »

John Herdman a affirmé qu’Alphonso Davies serait bien présent contre la Belgique. (Photo by Mohamed Farag/Getty Images)

Herdman, sélectionneur du Canada: « Notre naïveté peut constituer un inconvénient mais aussi un avantage »

Le Canada, avec une équipe jeune et relativement peu expérimentée au plus haut niveau, va faire son retour en Coupe du monde mercredi à l’occasion d’un match contre la Belgique. « C’est un rêve qui devient réalité pour tout un pays, mes joueurs et moi », a lancé le sélectionneur canadien John Herdman mardi lors de la traditionnelle conférence de presse à la veille de match.

« Pour la première fois en 36 ans, nous pouvons ressentir toute cette ambiance autour du Mondial et nous devons en profiter. C’est un sentiment incroyable. Nous n’avons pas encore vu grand-chose du Qatar mais j’ai une vue de ma chambre d’hôtel sur le stade Lusail, où se jouera la finale. Cela donne envie. » Outre les joueurs, c’est aussi l’ensemble du staff technique qui est à la veille d’effectuer ses débuts en Coupe du monde. La délégation canadienne est d’ailleurs arrivée avec 30 minutes de retard en conférence de presse, la faute au trafic automobile qatari. « Il vaut mieux éviter ça mercredi pour notre retour en Coupe du monde. Ce match contre la Belgique sera un bon test pour nous. Nous n’avons pas grand-chose à perdre contre la Belgique, qui dispose d’énormes qualités, surtout offensivement. C’est un groupe qui est doté de beaucoup d’expérience et qui joue depuis longtemps ensemble. Nous savons qu’ils prendront parfois le contrôle du match et qu’ils s’adapteront plus rapidement aux situations de match. Mais nous n’avons rien à craindre. Notre naïveté peut constituer un inconvénient mais aussi un avantage. Notre attaque va tester leur défense, et inversement. » Vedette du football canadien, le latéral du Bayern Munich est remis d’une blessure aux ischio-jambiers et devrait débuter mercredi soir contre la Belgique. « Il est prêt à jouer. Il a eu quelques problèmes ces derniers temps mais tout va bien désormais. Nos joueurs sont tous aptes. »