Made in the Jupiler Pro League | Moisés Caicedo, le milieu de terrain de l’Equateur qui sait tout faire

Moises Caicedo: du Beerschot à la Coupe du monde. (Photo by David Ramos - FIFA/FIFA via Getty Images)

Lors du match d’ouverture entre le Qatar et l’Équateur, Moisés Caicedo avalera les kilomètres au coeur du milieu de terrain d’El Tri. Passé lors des six premiers mois de la saison dernière au sein d’un Beerschot en perdition, l’Equatorien de 21 ans, est devenu en un rien de temps l’un des joueurs qui compte à Brighton. Et il est aussi vital à sa sélection.

Moisés Caicedo est un nom familier pour les suiveurs du football belge. La saison dernière, il a été l’un des éléments les plus brillants au sein d’un Beerschot pourtant en perdition. Malgré les déroutes qui s’enchaînaient à l’ombre du Kiel, le milieu de terrain sortait la tête hors de l’eau grâce à son énorme travail et sa puissance dans les duels. C’est Brighton, qui venait de l’acquérir dans son pays natal à l’Independiente del Valle, qui l’avait loué chez les Rats afin qu’il puisse s’aguerrir au football européen en Jupiler Pro League.

C’est le 21 novembre, lors d’un match à domicile contre Genk, que la Belgique du football a découvert le grand potentiel de ce Moisés Caicedo. Auteur d’un match phénoménal, il a été applaudi par les supporters des deux camps. Il a enchaîné les passes et les dribbles dans le milieu de terrain limbourgeois. Cerise sur le gâteau, il a marqué le but du 2-0 dans les dernières minutes, pour offrir la victoire au Beerschot.

Après à peine une demi-saison, Brighton a jugé que Caicedo était prêt pour l’étape suivante. En janvier, il a été rappelé par son propriétaire et a intégré le noyau de l’équipe première des Seagulls. Le nouvel élément de Graham Potter venait de faire ses adieux au Kiel sur une lourde défaite 0-7 contre d’autres Mauves, ceux d’Anderlecht.

Ce retour à la maison mère semblait un peu trop rapide au premier abord. Un milieu de terrain de la lanterne rouge de la première division belge qui rejoint la Premier League, cela n’arrive pas tous les jours. Les premières semaines de Caicedo furent compliquées puisqu’il était souvent sur le banc et a dû patienter un moment avant de recevoir sa chance.

Du statut d’inconnu à indispensable

Il n’a finalement effectué ses débuts dans le championnat anglais qu’en avril. C’était lors d’un déplacement à Arsenal où il a d’ailleurs signé sa première passe décisive. Brighton a remporté la rencontre et cela a convaincu Graham Potter de maintenir l’Equatorien dans son onze de base. Lors des sept derniers matches de la saison, Caicedo était à chaque fois titulaire. Il avait été capable de prendre le train en route et comptait pas descendre à la prochaine gare.

Lors de son passage au Beerschot, l’Equatorien a souvent dû mettre un ou deux genoux à terre. (Photo by BSR Agency/Getty Images)

Depuis lors, le milieu de terrain joue à peu près tout. L’arrivée de Roberto De Zerbi, qui a succédé à Potter parti à Chelsea, n’a rien changé à sa situation. Le profil de Caicedo ne peut que plaire à n’importe quel entraîneur. Il s’agit d’un bourreau de travail qui court après chaque ballon et tout ses adversaires pendant 90 minutes. Il récupère beaucoup de ballons mais est aussi capable, et ce n’est pas le cas de tout le monde, d’être en mesure de construire le jeu par la suite.

Dans The Athletic, De Zerbi se montrait élogieux envers son golden boy du milieu de terrain : « Caicedo est un joueur de haut niveau avec et sans ballon », déclarait le technicien italien. « Il y a beaucoup de joueurs qui sont très bons avec le ballon, mais qui ne sont pas à la hauteur dans les reconversions défensives sans le ballon. D’autres sont forts défensivement, mais ne savent pas toujours faire bon usage du cuir. Je ne vois rien en lui qui ne soit pas de haut niveau et il n’a que 21 ans. Il n’a pas de limite ».

Incontournable en Équateur

Il joue également un rôle important au sein de son équipe nationale puisqu’il compte déjà 25 sélections, ce qui n’est pas mal pour un jeune homme d’une petite vingtaine d’années. Lors des éliminatoires de la Coupe du monde, il a démontré une fois de plus pourquoi il est le premier nom couché sur la feuille de match par le sélectionneur national Gustavo Alfaro. Avec deux buts et quatre passes décisives, Caicedo a prouvé qu’il sait aussi trouver facilement le chemin du filet.

Les milieux de terrain de Premier League n’aiment pas se frotter à lui, même s’ils évoluent au sein de l’équipe actuellement en tête de la compétition. (Photo by Clive Rose/Getty Images)

Comme à Brighton, il est l’homme fort du milieu de terrain et apporte le bon équilibre. Sa mentalité « box-to-box » lui confère une grande valeur, tant sur le plan offensif que défensif. Lors de la Coupe du monde, il pourrait devenir l’un des joueurs vedettes d’El Tri.

Dans le groupe A, l’Équateur affrontera le Qatar, le Sénégal et les Pays-Bas. Tout sera possible. Caicedo pourrait profiter d’une bonne Coupe du monde pour viser un transfert lucratif. Il figure déjà en bonne place sur les tablettes de recrutement de certains grands clubs anglais comme Chelsea et Manchester United. Sera-t-il encore une mouette dans les prochains mois ? Les prochaines semaines nous fourniront peut-être un élément de réponse.