Le bilan des joueurs de Pro League à la Coupe du monde: des assists mais toujours pas de but

Vincent Janssen et Noa Lang, deux joueurs encore actifs en Jupiler Pro League et toujours engagés dans le tournoi. (Photo by Rene Nijhuis/Orange Pictures/BSR Agency/Getty Images)

Les 1/8e de finale de la Coupe du monde ont livré tous leurs verdicts ce mardi soir. Le Portugal, qui comptait dans son onze de départ un certain William Carvalho passé par le Cercle Bruges au début de sa carrière, est le dernier qualifié. Combien de joueurs évoluant encore en Belgique et qui ont été liés à notre pays sont encore présents dans la compétition ? Dans quelle mesure ont-ils contribué aux succès de leurs nations ? On fait le point ici.

Il ne reste plus que huit pays en lice et autant de rencontres à disputer jusqu’à l’apothéose de cette 22e Coupe du monde. Au coup d’envoi, une enquête de Statsperform, partenaire statistiques de la Pro League, avait établi que 88 joueurs avaient un lien avec la Belgique. Vingt-quatre étaient actifs à l’heure actuelle dans notre compétition et soixante-quatre avaient foulé les pelouses du Royaume au cours de leur carrière. La Belgique était le sixième pays européen le mieux représenté lors de ce Mondial qatari.

Les 1/8e de finale fatals à trois joueurs de Jupiler Pro League

Après le premier tour, ce chiffre a drastiquement baissé. Parmi les 16 pays engagés en 1/8e de finale, on ne comptait plus que 25 joueurs ayant un lien avec la Belgique : 18 qui y étaient passés et 7 qui y évoluent toujours. L’Américain Ethan Horvath et les Australiens Mathew Ryan et Riley McGree, tous passés par le FC Bruges (ce dernier n’a cependant jamais disputé de rencontre officielle) ont vu leur parcours s’arrêter le samedi.

Dimanche, le Polonais Jakub Kiwior (passé par Anderlecht sans y jouer) était balayé par la France avant que les Sénégalais Krépin Diatta (ex-FC Bruges), Cheikhou Kouyaté (ex-Anderlecht), Kalidou Koulibaly (ex-Genk) et Moussa N’Diaye (toujours à Anderlecht) ne connaissent le même sort face à l’Angleterre. Lundi, c’est le Japon et sa colonie teintée de noir-jaune-rouge qui passaient à la trappe. En plus de Daniel Schmidt (Saint-Trond) et Ayase Ueda (Cercle), les Takehiro Tomiyasu, Daichi Kamada et Wataru Endo passés par Saint-Trond, Kaoru Mitoma par l’Union Saint-Gilloise, Junya Ito par Genk ainsi qu’Eiji Kawashima par le Lierse et le Standard, devaient rentrer plus tôt que prévu au pays du Soleil Levant.

Les deux Australiens, le Polonais, deux des Sénégalais (Diatta et Koulibaly) et quatre des sept Samouraïs Bleus (Tomiyasu, Kamada, Ito et Endo) étaient présents dès le coup d’envoi de ces 1/8e de finale. Mitoma est monté peu après l’heure de jeu contre la Croatie mais s’est surtout distingué négativement en ratant l’un des tirs au but japonais.

Perisic est de loin le joueur passé par la Belgique le plus productif à cette Coupe du monde. (Photo by Quality Sport Images/Getty Images)

La journée de mardi fut positive pour les joueurs passés ou évoluant encore dans notre pays. Le Maroc s’est offert l’un des exploits de cette Coupe du monde en se hissant pour la première fois de son histoire en quart de finale au terme d’une séance de tirs au but rondement menée face à l’Espagne. Sofyan Amrabat, passé par le FC Bruges, a été un soldat important dans la résistance des Lions de l’Atlas et le Standarman Selim Amallah a joué 82 minutes. Les Anass Zaroury (ex-Charleroi) et Ilias Chair (ex-Lierse) sont restés cantonnés au banc, tout comme le Genkois Bilal El Khannouss.

La veille Ivan Perisic avait marqué son dixième but dans un tournoi majeur pour la Croatie. C’était aussi le dixième de la délégation, dite « belgicaine », présente au Qatar. L’ancien de Roulers et du FC Bruges avait aussi délivré deux assists contre le Canada et est donc l’élément le plus décisif au Qatar parmi ceux qui ont connu notre compétition. Les membres encore actifs au sein de la Jupiler Pro League n’ont en revanche toujours pas marqué et restent donc bloqués à quatre passes décisives, toutes réalisées lors de la phase de groupe. (Angelo Preciado (Equateur) face au Qatar, Toby Alderweireld (Belgique) contre le Canada, Ali Gholizadeh (Iran) face à l’Angleterre et Tajon Buchanan (Canada) contre la Croatie).

Enfin, dès samedi, les Néerlandais Noa Lang (FC Bruges) et Vincent Janssen (Pays-Bas) avaient assisté depuis le banc à la qualification des Oranje au détriment des Etats-Unis.

Seuls deux joueurs de Pro League sont réellement actifs pour leur pays

Ce vendredi et ce samedi, ils seront donc encore neuf à être passés par la Belgique ou à encore y évoluer. Perisic et le Damier seront les premiers à monter sur scène puisqu’ils défieront l’un des grands favoris, le Brésil. On l’a dit plus haut, c’est le joueur le plus décisif de la colonie belgicaine avec une implication dans trois des cinq buts de son pays (soit 60%) et dans 20 des joueurs liés à notre pays. Le piston de Tottenham a un pied dans 15% de ces derniers. Il compte aussi 95% de temps de jeu avec la Croatie dans ce mondial.

A 20 heures, les Pays-Bas tenteront de mettre un terme au parcours de l’Argentine de Lionel Messi. Probablement avec Lang et Janssen comme spectateurs depuis le banc. Le Blauw en Zwart y est habitué vu qu’il n’est toujours pas entré en action contrairement à l’avant-centre du Great Old qui compte une titularisation et 24% des minutes disputées possibles.

Selim Amallah est le joueur de Pro League le plus impliqué dans le onze de départ des huit derniers pays en lice. (Photo by Alex Livesey – Danehouse/Getty Images)

Samedi, le Maroc tentera de retrouver des jambes après sa performance éreintante contre l’Espagne. Et la tâche s’annonce très difficile face au voisin de cette dernière, le Portugal. La Seleçao das Quinas a marqué les esprits contre la Suisse et pourrait de nouveau aligner William Carvalho en sentinelle. Celui qui est passé par le Cercle Bruges entre janvier 2012 et juin 2013 compte deux titularisations depuis le début du tournoi et a pris part à 59% des minutes possibles pour sa nation. En face, les Lions de l’Atlas compteront sur Amrabat et Amallah. Précieux à défaut d’être décisifs, le premier accomplit un travail énorme à la récupération et compte 100% de temps de jeu. Le second compte 3 titularisations et a disputé 68% du temps de jeu possible. C’est le joueur de Pro League le plus impliqué parmi les huit derniers pays en lice.

Difficile à dire en revanche si les El Khannouss, Zaroury et Chair vivront leurs premières minutes sur la pelouse à l’occasion de ce match historique pour le football marocain et africain.

En conclusion, sur 147 buts marqués au cours des 56 premiers duels de cette 22e édition de la Coupe du monde, les anciens joueurs de notre championnat ou y évoluant encore sont impliqués dans 20 buts. Ils sont parfaitement répartis en terme de réalisations et de passes décisives (10 chacun). Avant les 1/8e de finale, les « Belgicains » avaient un pied dans près de 16% des goals, ce pourcentage est désormais tombé à 13,6%. Il devrait encore diminuer sauf si Ivan Perisic réalisait encore un grand numéro contre le Brésil pour permettre à la Croatie de poursuivre son aventure. Les autres joueurs encore présents sont trop peu présents sur la pelouse ou assurent une tâche trop défensive que pour garantir un apport direct dans les buts. Le pourcentage d’implication dans les goals (uniquement des passes décisives donc) des joueurs défendant encore les couleurs d’un cercle de notre championnat n’est lui que de 2,7%.

JournéesNombre de buts de la journéeButs belgicainsAssists belgicainsJoueurs passés par la BelgiqueJoueurs évoluant en Jupiler Pro League
1411 (Bukari)3 (Preciado, Golizadeh, Alderweireld)6424
2405 (Rezaeian, Castelletto, Mitrovic, Pavlovic, Milinkovic-Savic)4 (Perisic (2), Buchanan, Castelletto)6424
3383 (Caicedo, Koulibaly, Mitrovic)3 (Ito, Mitoma, McGree)6424
1/8281 (Perisic)0187
1/45 (Chair, Zaroury, Amrabat, Carvalho, Perisic)4 (Janssen, Lang, El Khannouss et Amallah)
Total:1471010