Kylian Mbappé, la star mondiale qui (r)assure en ce début de tournoi

Kylian Mbappé épate en ce début de tournoi. (Photo by Lionel Hahn/Getty Images)

Un peu plus d’un an après son tir au but raté contre la Suisse en 1/8e de finale de l’Euro, Kylian Mbappé a donné rendez-vous à ses détracteurs à la Coupe du monde. En l’absence d’un Karim Benzema, artisan majeur du sacre en Ligue des Nations, KM7 peut endosser le rôle d’acteur principal pour porter les Bleus vers une troisième étoile, sa deuxième personnelle. Et en ce début de tournoi, le Parisien répond totalement aux attentes, stats à l’appui.

« Pour Mbappé, faut-il ménager son physique ou son ego ? » La question d’un journaliste du quotidien français L’Equipe adressée à Didier Deschamps ce mardi est plutôt directe. Elle démontre que l’image du numéro 10 de l’équipe de France a été légèrement écornée ces derniers mois par des divers polémiques, nées du feuilleton de sa prolongation de contrat au PSG, de ses embrouilles supposées avec Neymar ou de son rire déplacé lors de la polémique du char à voile sur les déplacements jugés peu écologiques du club champion de France.

Sous le maillot bleu, les critiques sur l’égo supposé démesuré du natif de Bondy ne sont pas neuves non plus. Il y a tout d’abord eu cet Euro, qu’il a traversé comme un fantôme sans un but à la clé et ce cinquième tir au but fatidique contre la Suisse. Si cet échec aux onze mètres s’explique aussi en grande partie par les qualités dans l’exercice de Yann Sommer, la star de l’EDF en a forcément pris pour son grade. « Mbappé a voulu jouer les héros comme Cristiano Ronaldo« , a-t-on parfois entendu outre-Quiévrain. «Je suis désolé pour ce penalty. J’ai voulu aider l’équipe mais j’ai échoué. Trouver le sommeil sera difficile mais c’est malheureusement les aléas de ce sport que j’aime tant», avait écrit l’attaquant français sur son compte Instagram, quelques heures après ce douloureux retour précoce au pays.

En mars dernier, c’était une autre polémique qui défrayait encore les chroniques extra-sportives quand Mbappé souhaitait réviser « la convention inhérente aux droits à l’image qui la lie à ses joueurs en sélection. » Il avait aussi refusé un rendez-vous avec certains partenaires de la Fédération. Et puis, il y a les autres controverses sur le terrain. Kylian Mbappé se plaint de son rôle de pivot en club qui lui laisse moins de liberté qu’en sélection où il évolue sur l’aile. Au sein de cette dernière, Olivier Giroud lui reproche lors d’une joute amicale avant l’Euro de ne pas lui donner assez de ballons. Depuis lors, les deux hommes semblent s’être rabibochés, même si cette discorde avait quelque peu refroidi l’ambiance dans le vestiaire.

Toutes ces controverses ont fini par ternir l’image d’un Mbappé érigé en quasi gendre idéal après son éclosion précoce à Monaco, son transfert retentissant au PSG et son premier titre mondial, à seulement 20 ans. On vantait son côté posé, sa faculté à bien communiquer avant que la célébrité et la surexposition ne révèlent d’autres aspects de sa personnalité.

Plus présent offensivement que la Belgique

Au Qatar, Kylian Mbappé veut faire table rase de tout cela. Il ambitionne surtout que sa deuxième étoile personnelle sous le maillot bleu soit plus associée à son nom dans les prochaines années. En Russie, l’homme de Bondy avait réalisé quelques prouesses, notamment contre l’Argentine en 1/8e de finale, mais le couronnement mondial était avant tout l’oeuvre d’un collectif bien huilé dans lequel les prestations des Raphael Varane, Ngolo Kanté, Paul Pogba et Antoine Griezmann avaient plus marqué les esprits.

Ce dernier semble d’ailleurs avoir retrouvé toute sa justesse et sa grinta défensive, bien loin du joueur souvent emprunté dans un Atlético Madrid qui semble de plus en plus à bout de souffle. C’est d’ailleurs lui qui adresse ce centre parfait pour la cuisse d’Mbappé et le but victorieux de Français contre le Danemark. Mais si Griezou brille de nouveau, il prend certainement moins la lumière qu’il y a quatre ans. Pour le plus grand bonheur de Kylian Mbappé.

Kylian Mbappé a touché plus de ballons dans la surface adverse que les Diables rouges dans leur ensemble. (Photo by Berengui/DeFodi Images via Getty Images)

Le foot n’est pas qu’une question d’égo et Deschamps l’a d’ailleurs rappelé au journaliste qui l’interrogeait à ce sujet concernant son numéro 10. « Alors le problème serait son ego ? Qu’est-ce que vous en savez ? Est-ce qu’il veut jouer ? Kylian n’a pas d’ego. Enfin, il est important, décisif et prend la lumière avec ses performances. Mais il s’est toujours inscrit dans un cadre collectif », affirmait le sélectionneur tricolore.

Autant de buts en Coupe du monde que Messi

Au terme de la seconde journée de la phase de groupe, Mbappé prenait en effet plus de lumière que 9 sélections présentes à cette Coupe du monde dont la Belgique. Ainsi, le statisticien rapportait qu’outre nos Diables rouges, le Costa Rica, le Qatar, le Maroc, l’Australie, les Pays-Bas, le Mexique, le Ghana et la Suisse avaient touché moins de ballons dans la surface adverse que le seul Kylian Mbappé à la Coupe du Monde 2022, soit 28 pour être précis. Un chiffre qui illustre le côté glouton d’un KM7 toujours à la recherche de la meilleure zone la plus proche du but pour enclencher le turbo ou s’offrir une vraie possibilité de but.

Le Français est d’ailleurs le joueur du tournoi le plus impliqué sur des séquences dans le jeu amenant à un tir. Opta en recense 23. Il a aussi un pied dans cinq des six buts tricolores au Qatar et son total d’Expected Goals est le meilleur pour un joueur (4.3). Notons aussi que l’homme de Bondy a distillé six passes clé, qui amènent donc directement à un tir. Ce n’est cependant pas le meilleur dans ce domaine, ni même le meilleur bleu. Dans un classement dominé par l’Iranien Mehdi Taremi (9), Theo Hernandez fait jeu égal avec le même nombre de « key passes ». Antoine Griezmann complète le podium avec 8.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Ces données montrent surtout que l’équipe de France possède dans ses rangs une arme fatale pour s’offir le Graal le 18 décembre. Sur le papier, ce n’est pas une nouveauté, sur le rectangle vert un peu plus, même si le Parisien avait déjà livré quelques récitals sous le maillot tricolore.

Contre le Danemark, il a fait trembler les filets au niveau international pour la 31e fois de sa carrière, soit autant que Zinédine Zidane. Et tout ça alors qu’il ne soufflera ses 24 bougies que deux jours après l’épilogue du tournoi. Même si évidemment, les postes des deux stars françaises sont bien différents, que le football est peut-être moins fermé que dans la fin des nineties et début des années 2000 et qu’avec la Nations League, le calendrier international offre plus de possibilités aux joueurs d’empiler les buts et les sélections.

Parmi les buteurs en Coupe du monde encore en activité au Qatar, Mbappé est aussi le troisième avec ce 7e but contre les Danish Dynamites. Seuls des trentenaires effectuant leur dernière danse mondiale font aussi bien, là où le Français pourrait en vivre au minimum deux s’il est épargné par les blessures. Luis Suarez et Lionel Messi, tous deux 35 ans, comptent sept réalisations à leur compteur. Cristiano Ronaldo (37 ans) les devance avec 8 et le leader, Thomas Müller, a planté 10 roses mondiales, alors qu’il a l’âge du Christ. Sept c’est aussi le nombre de buts d’Mbappé en 2022, auxquels il faut rajouter deux passes décisives. Avec cinq goals et un assist, Olivier Giroud suit à distance respectable.

Malgré les critiques et les polémiques, Kylian Mbappé pourrait démontrer au Qatar qu’il est bien en mesure d’être la Next Big thing annoncée depuis que les carrières de Messi et de Ronaldo sont à leur crépuscule. Certains en doutaient logiquement étant donné les aspects pas toujours reluisants du personnage. Mais la réponse doit toujours être donnée sur le rectangle vert. Et comme il le disait dans une interview devenue virale et un meme sur internet : « Vous êtes pas contents ? Triplé »