Harry Kane, la machine à buts qui excelle à la dernière passe

Harry Kane, le vrai faux numéro 9 ? (Photo by Dan Mullan/Getty Images)

Nous le connaissons tous comme l’un des meilleurs attaquants du monde, mais celui qui était autrefois un véritable numéro 9 devient de plus en plus un 10. Analyse.

Billy Wright, Bobby Moore et David Beckham sont les seuls autres joueurs ayant disputé plus de matches de Coupe du Monde avec le brassard de capitaine de l’Angleterre que Harry Kane. Il n’est jamais arrivé que l’Angleterre atteigne les demi-finales d’un tournoi majeur trois fois de suite avec le même capitaine. Après avoir obtenu une quatrième place en Russie et la médaille d’argent lors de l’Euro, les Three Lions tenteront de se hisser une nouvelle fois dans le dernier carré ce samedi. Sans parler de la production de buts de l’attaquant de Tottenham. Kane compte déjà 52 buts à son compteur en 79 matches internationaux. Il ne doit plus faire trembler les filets qu’à deux reprises pour détrôner le meilleur buteur de l’histoire de la sélection masculine anglaise, Wayne Rooney (53 réalisations).

Harry Kane est déjà une icône du football anglais et un élément crucial et déterminant de l’équipe nationale actuelle. « Notre capitaine est un joueur de haut niveau et ses statistiques sont phénoménales », réaffirmait encore Gareth Southgate avant le tournoi. Mais les statistiques du Londonien sont-elles encore celles d’un vrai numéro 9, un attaquant qui reste essentiellement dans la surface adverse pour expédier un maximum de ballons possibles au fond des filets ? Pas du tout, au fil des années, Kane s’est pratiquement mué en numéro 10 à force de décrocher de plus en plus régulièrement.

Il suffit de regarder la heatmap de ses touches de balle contre l’Iran. Les Anglais se sont largement imposés contre la Team Melli, mais Kane n’a pas fait trembler les filets. L’équipe n’est donc plus si dépendante de sa facilité à inscrire des buts, mais de la qualité de sa passe. Le joueur de Tottenham n’avait touché le ballon que 19 fois avant son remplacement à la 76e minute, soit moins que chacun des remplaçants qui vont se succéder sur la pelouse. Mais neuf de ses passes ont abouti à une belle possibilité offensive pour les Three Lions. Cette nouvelle version d’Harry Kane sert donc aussi les desseins de l’équipe nationale anglaise.

Harry Kane ne reste plus forcément planté dans les 16 mètres adverses. (Photo by Markus Gilliar – GES Sportfoto/Getty Images)

L’homme qui bonifie l’équipe

C’est une tendance qui n’a pas commencé depuis longtemps en sélection, mais qui était déjà nettement plus marquée à Tottenham. Avant l’exercice 2020-21, par exemple, le record de passes décisives par saison de Kane n’était que de 7. Depuis, le Londonien n’a cessé de d’augmenter ses livraisons de caviar. Il ainsi délivré 17 assists lors de la saison 2020-21 et encore 10 lors de l’exercice écoulé. Il en a donc donné plus sur ces deux seules années footballistiques que sur les six précédentes.

Cependant, cette évolution ne transforme pas pour autant Kane en un moins bon attaquant. Disons qu’il est devenu plus complet. Au cours des deux dernières saisons, il a encore fait trembler les filets à 60 reprises, toutes compétitions confondues. Un rendement qui reste phénoménal.

En équipe nationale, Southgate n’emploie Kane en numéro 10 que depuis ces derniers mois. Il compte 3 passes décisives et seulement 4 buts à son compteur cette année. Il a dû patienter jusqu’au 1/8e de finale contre le Sénégal pour planter sa première rose lors de ce Mondial. Ses trois passes décisives sont toutes tombées pendant ce tournoi mondial, où seul Bruno Fernandes peut rivaliser dans ce domaine. Aujourd’hui, Kane n’est plus seulement l’homme des buts, mais celui qui bonifie la qualité du jeu de l’Angleterre. Et cet apport sera précieux, en quart de finale, contre une équipe de France qui fait office de grand favori à sa succession

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici