Hansi Flick, sélectionneur de l’Allemagne: « On doit au minimum se qualifier pour les quarts de finale »

Hans-Dieter Flick. (Photo by Alexander Hassenstein/Getty Images)
/ /

Divers sélectionneurs ont été interrogés par nos confrères de WorldSoccer. Aujourd’hui, c’est le sélectionneur de l’Allemagne, Hans-Dieter Flick dit Hansi, qui répond à leurs questions. Morceaux choisis.

Interview réalisée par Nick Bidwell

Quand l’Allemagne considérera-t-elle qu’elle aura réussi sa coupe du monde ?

HANSI FLICK: L’Allemagne ne peut pas se contenter de franchir le premier tour. Elle doit au minimum se qualifier pour les quarts de finale ou, mieux encore, pour les demi-finales. C’est l’objectif de chacun d’entre nous.

Une victoire est-elle un objectif réaliste ou un vœu pieux ?

FLICK: En novembre 2019 [lorsque Flick a pris les rênes du Bayern Munich, ndlr), personne n’aurait pu prédire que le Bayern remporterait la Ligue des champions cette saison-là. Notre équipe nationale compte de nombreux footballeurs qui ont remporté les plus grands prix. Ils savent ce qu’il faut faire pour réussir et ce que l’on ressent alors. Tous ceux qui ont connu cette sensation veulent la retrouver.

Le 11e rang mondial de l’Allemagne reflète-t-il bien le niveau de performance récent de votre équipe ?

FLICK: Ce classement ne m’intéresse pas vraiment. Notre objectif est clair. Nous voulons revenir où nous étions autrefois – parmi les meilleurs du monde. Mais nous savons que la route est encore longue.

Considérez-vous ce tournoi comme une tête de pont vers le championnat d’Europe de 2024, que l’Allemagne accueillera ?

FLICK: Non. Nous voulons aller le plus loin possible dans la Coupe du monde, pas seulement y participer. Notre objectif est que tout le monde s’identifie à la Mannschaft. Ce n’est pas seulement une question de succès sportif, mais de mentalité, d’intensité, d’engagement et de faim. C’est ce que les supporters d’une équipe veulent voir et j’exige aussi ces caractéristiques. Si nous avons une avance de deux buts, je ne veux pas que nous nous en contentions. Nous devons nous battre pour marquer un troisième puis un quatrième but. C’est une question d’enthousiasme, de conviction et de dévouement.

Êtes-vous plus intéressé par le pressing et les transitions offensives rapides que par la domination et la possession du ballon ?

FLICK: Je suis un adepte du football de possession, mais pas pour le plaisir de pousser le ballon. Il faut avoir une idée positive. Offensive.  À chaque contact de balle, nous devons penser aux conséquences offensives. Il y a une différence entre se passer le ballon à l’arrière et aller directement au but après une passe.

Qu’est-ce qui vous rend confiant pour le tournoi à venir, en particulier ?

FLICK: Nous avons plusieurs alternatives à chaque poste. Du gardien de but au numéro 10, de l’arrière central à l’arrière latéral. De plus, nous avons beaucoup de joueurs très flexibles, qui peuvent assumer plusieurs rôles, comme Kai Havertz, Thomas Muller et Jamal Musiala.