Hakim Ziyech, la star du Maroc qui se morfond sur le banc de Chelsea

Hakim Ziyech grimace en club mais retrouve le sourire en sélection. (Photo by Ulrik Pedersen/DeFodi Images via Getty Images)

Le Maroc va disputer un 1/8e de finale historique contre l’Espagne. Et le fils prodigue Hakim Ziyech, de retour chez les Lions de l’Atlas après sa brouille avec le précédent sélectionneur, n’est pas étranger à ce beau parcours.

On peut parler de retour gagnant. Exclu de l’équipe nationale marocaine pour des raisons disciplinaires (notamment des fausses blessures pour ne pas être appelé) sous le régime de l’ancien sélectionneur Vahid Halilhodzic, Hakim Ziyech, a réintégré la meute de Lions de l’Atlas désormais guidée par Walid Regragui. Ce dernier a remplacé le bouillant Halilhodzic, qui a été démis de ses fonctions par le président de la fédération. Notamment parce qu’il refusait d’appeler Ziyech, qui est né aux Pays-Bas, mais est l’une des grandes stars de l’équipe marocaine aux côtés d’Achraf Hakimi.

Lors de cette Coupe du monde, le joueur de Chelsea démontre toute son importance pour son pays. Auteur d’une passe décisive contre la Belgique (et un but sur coup franc annulé en fin de première mi-temps) et d’un but contre le Canada, il est l’un des pions majeurs de Lions de l’Atlas qui ont surpris beaucoup de monde en terminant en tête de leur groupe au nez et à la barbe de la Croatie.

Pendant cette première phrase, Ziyech a retrouvé toutes les qualités qu’on lui connaissait lors de son passage à l’Ajax. Son bilan de 49 buts et 81 passes décisives en 165 matchs au cours de ce passage dans la capitale néerlandais illustre ce qu’il peut apporter à une équipe. Rappelez-vous notamment de sa performance lors de la merveilleuse saison 2018-19 des Ajacides en Ligue des champions. Aux côtés du Serbe Dusan Tadic, il a permis au club le plus titré des Pays-Bas de s’offrir le scalp de formations plus réputées et plus riches comme le Real Madrid et la Juventus.

Un transfert à Chelsea qui n’a pas fonctionné

A l’époque, Hakim Ziyech était âgé de 26 ans et semblait prêt à franchir un palier, mais l’Ajax ne souhaitait pas le perdre en plus de Frenkie de Jong et Matthijs de Ligt qui s’étaient déjà envolés respectivement pour le FC Barcelone et la Juventus pour plus de 80 millions d’euros chacun. L’envol de l’international marocain a donc été postposé d’un an, à un été 2020 où l’Europe était encore partiellement confinée en raison de la pandémie de coronavirus. Roman Abramovich a eu envie de dépenser son trésor de guerre en un coup et a signé un chèque de 40 millions pour la venue d’Hakim Ziyech. Dans le même temps, Ben Chilwell (50 millions), Timo Werner (53) et Kai Havertz (80) ont aussi enfilé la liquette des Blues.

Frank Lampard s’est vu confier la tâche délicate de placer sur son échiquier toutes ces acquisitions coûteuses. S’il est parvenu à utiliser correctement les pions Werner, Havertz et, dans une certaine mesure, Chilwell, il n’a que rarement joué avec Ziyech. Le Néerlandais d’origine marocaine a certes participé à 39 matches, mais n’a terminé les 90 minutes qu’une seule fois. Il a été titularisé à 23 reprises, dont cinq fois lors des matches de moindre importance de la FA Cup.

Hakim Ziyech essaie de ne pas marcher sur Marc-Anthony Kaye. (Photo by Eric Verhoeven/Soccrates/Getty Images)

Lampard a fini par payer les résultats insuffisants de Chelsea et a été remplacé par Thomas Tuchel à la mi-saison. L’arrivée de l’Allemand n’a pas amélioré la situation de Ziyech, tout comme celle de Graham Potter en septembre dernier. En deux saisons et demie, Ziyech n’a disputé que 92 matches, au cours desquels il a marqué 14 fois et donné 10 passes décisives. On est bien loin de l’importance qu’il avait à l’Ajax.

L’arrivée de Potter lui a pourtant redonné un peu d’espoir. « Je veux voir des joueurs qui sont courageux, qui réclament le ballon et qui jouent avec joie », avait confié l’ancien de Brighton lors de sa prise de fonction. Un espoir qui s’est avéré vain comme le confirme le bilan de l’international marocain au bout de quelques mois sous le règne de Potter. Ziyech n’a pas été titularisé une seule fois à Chelsea avant le coup d’envoi de cette Coupe du Monde. Au Qatar, il compte déjà plus de minutes de temps de jeu en trois rencontres que pendant toute la saison avec Chelsea en Premier League et en Ligue des champions.

Homme de confiance de Regragui

En équipe nationale du Maroc, l’ailier reçoit la liberté de faire ce qu’il veut sur le terrain. Dans les organisations strictes de Lampard, Tuchel et maintenant Potter, il ne peut pas recevoir autant de confiance. C’est simplement la vie d’un joueur qui est une superstar dans une formation du subtop et qui doit composer avec d’autres vedettes dans un club du haut niveau. Seuls des joueurs de la classe de Kevin De Bruyne, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo peuvent faire ce qu’ils veulent dans leurs équipes. Chez les Lions de l’Atlas, Ziyech possède ce statut et bénéficie de la confiance de Walid Regragui qui le considère comme la star absolue. « Donnez-lui de l’amour et de la confiance et il est prêt à mourir pour vous », expliquait le sélectionneur marocain.

Alors pourquoi Hakim Ziyech reste-t-il à Chelsea ? Tout simplement parce que les Blues ont demandé trop d’argent aux candidats acquéreurs cet été. A 29 ans, l’ancien magicien de l’Ajax souhaitait se relancer dans un nouvel environnement. L’AC Milan a tenté de s’attacher les services de Ziyech mais n’a pas été en mesure de combler les attentes financières de Chelsea. La Coupe du monde, qui lui permet de se mettre en lumière, pourrait bien l’aider pour le prochain mercato. La magie est toujours présente dans son pied gauche et il faut désormais trouver le bon club pour pouvoir la montrer à nouveau chaque semaine.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici