Cody Gakpo, le monsieur 60% de la maison oranje

Cody Gakpo a marqué 60% des buts néerlandais au Mondial. (Photo by Matthias Hangst/Getty Images)

Il marque, donne les assists, du gauche, du droit, de près ou à distance. Il ne s’agit ni d’Erling Haaland ni de Kevin De Bruyne ou de Kylian Mbappé. Ce joueur au profil complet nous vient des Pays-Bas et plus précisément du PSV, un club qui a lancé quelques phénomènes dans son histoire, dont un certain Ronaldo Luís Nazário de Lima dont il espère suivre les traces un jour tout comme celles de son entraîneur Ruud Van Nistelrooy. Dragué par Manchester United ces derniers mois, il a entamé une opération séduction au Qatar en portant des Oranje plus cyniques que séduisants.

Le chiffre semblait 9 coller aux crampons de Cody Gakpo en ce début de saison. En jetant un oeil sur les classements du meilleur buteur et du meilleur donneur d’assists de la compétition néerlandaise à la fin octobre, c’est lui que l’on retrouvait tout en haut des deux avec neuf roses plantées et neuf passes décisives adressées. Son année de naissance compte aussi trois 9 et en équipe nationale néerlandaise, il comptait aussi neuf sélections, après son dernier match de l’époque avec les Oranje. C’était lors d’un duel de Ligue des Nations gagné par les siens à Amsterdam contre nos Diables rouges. Une rencontre où à peine monté au jeu, il déposait un ballon sur la tête de son capitaine Virgil van Dijk qui trompait la vigilance de Thibaut Courtois. Après trois rencontres au Qatar, ses statistiques sont dignes d’un numéro 9, alors qu’il n’en est pas un et porte le 8 au dos de sa tunique. Trois titularisations, trois buts, soit 60% de la production offensive de Pays-Bas plus cyniques que séduisants en début de tournoi.

Sur la scène continentale, en club, la contribution de Gakpo pour le PSV était encore plus importante. En neuf rencontres (quatre en préliminaires de la C1 où les Néerlandais ont été éliminés par les Glasgow Rangers et cinq en Europa League), l’enfant d’Eindhoven a fait trembler les filets à 3 reprises et a donné autant d’assists. En lever de rideau de la saison néerlandaise, l’ailier avait aussi été déterminant pour ses couleurs dans le gain du Johan Cruijff Schaal (la Supercoupe) où il avait délivré deux assists et marqué la 3e des 5 réalisations du PSV contre l’Ajax.

A titre de comparaison avec les autres compétitions, Gakpo était le deuxième pourvoyeur de caviar du continent à égalité avec Kevin De Bruyne, lui-même derrière le Genkois Mike Trésor juste avant Halloween. Une statistique dont le club formateur de KDB s’était vanté sur les réseaux sociaux. Le Néerlandais a profité des trois joutes disputées depuis lors dans la compétition néerlandaise pour se rapprocher à une longueur du joueur limbourgeois et reléguer la déception diabolique de la Coupe du monde à deux.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Au niveau des meilleurs artificiers d’Europe, Gakpo est resté bloqué à 9 réalisations, depuis le 9 octobre dernier, alors qu’il figurait encore juste derrière un top 5 dominé par les 18 perles enfilées par Erling Haaland, l’autoritaire meilleur artificier du Vieux Continent.

Les performances (X)XL de Cody Gakpo ont forcément tapé dans l’oeil des grandes cylindrées européennes, surtout que la compétition néerlandaise est toujours réputée pour être un vivier de talents. Manchester United, qui se teinte toujours plus d’orange depuis l’arrivée d’Erik ten Hag à sa tête, envisageait de recruter l’ailier gauche pour qu’il redore l’image du PSV à Old Trafford, après l’échec de Memphis Depay, un autre ailier batave venu de la ville de Philips.

Ce transfert avorté à Manchester United, c’est dommage pour mon développement »

Cody Gakpo

En deux saisons, 53 rencontres et 7 buts, l’actuel joueur du Barça n’avait pas vraiment rentabilisé les 30 millions dépensés pour qu’il enfile le tricot des Red Devils et avait ensuite rejoint l’Olympique Lyonnais. Pas de quoi refroidir les ardeurs mancuniennes, tout comme la prolongation de contrat Gakpo jusqu’en 2026 du côté d’Eindhoven. Un contrat bétonné pour les normes néerlandaise qui on le sait ne sont pas vraiment les mêmes que celles des formations jouant le haut du tableau au sein du championnat le plus riche et compétitif de la planète.

L’attaquant du PSV et des Pays-Bas a d’ailleurs confié au Times qu’il aurait pu traverser la Manche dès l’été dernier. « J’étais sur le point de partir, j’ai parlé à en Hag à quelques reprises à Manchester United« , avait-il confié. « Au final, aucun accord n’a été trouvé, ce qui était dommage, pour moi et mon développement, et parce que Manchester United est l’un des plus grands clubs du monde, mais aussi pour le PSV, car transférer un joueur à Manchester United c’est une bonne chose pour le club« , estimait Gakpo voici encore quelques jours.

Cody Gakpo aura souvent été lié à Steven Bergwijn lors de son début de carrière. (Photo by Photo Prestige/Soccrates/Getty Images)

Un début de carrière lié à Steven Bergwijn

A bientôt 23 ans, Cody Gakpo entame sa cinquième saison dans le club qui l’a vu grandir. Le 10 février 2018, il est repris pour la première fois dans la sélection pour le match du PSV contre le Sparta Rotterdam. Deux rencontres plus tard, c’est contre l’autre club de la ville portuaire, Feyenoord, qu’il dispute sa première minute en Eredivisie sous la direction de Philip Cocu. Il remplace Steven Bergwijn, buteur, avec son numéro 52 dans le dos. S’il est titularisé avec un but et un assist à la clé lors de deux rencontres de Coupe et qu’il monte au jeu pour sept minutes lors d’un déplacement en Ligue des Champions à Tottenham, il lui faudra pourtant attendre la fin décembre de la même année pour goûter à une deuxième minute de jeu en championnat.

C’est Steven Bergwijn, le joueur qu’il avait remplacé pour sa première apparition en Eredivisie, qui offre à Cody Gakpo son premier but en championnat.

Et là encore, c’est Steven Bergwijn, buteur contre un AZ entraîné par un certain John van den Brom, qui sort au profit du jeunot qui, cette fois, arbore le numéro 19 au dos de sa tunique. Son entraîneur a aussi changé puisqu’il s’agit de celui qui guide aujourd’hui l’Antwerp, Mark van Bommel. C’est ce dernier qui va véritablement lancer sa carrière chez les Lampen en le faisant monter au jeu contre le Fortuna Sittard à la mi-temps. Remplaçant l’une des grandes promesses locales parti depuis au Borussia Dortmund, Donyell Malen, Gakpo se distingue en offrant le deuxième but des siens à Luuk de Jong avant de s’offrir sa première réalisation dans le championnat néerlandais 120 secondes plus tard d’un tir du pied droit imparable suite à un service de Bergwijn, l’homme qui lui avait déjà « offert » ses deux premières minutes chez les pros. Un petit clin d’oeil du destin qui allait changer radicalement sa situation à Eindhoven. Le jeune ailier participe aux 14 dernières rencontres de la saison et délivre encore quatre passes décisives, dont une contre Feyenoord, le club contre lequel il avait effectué ses débuts en Eredivisie.

Lors de la saison suivante, il est encore sur le banc lors de la première de la saison contre le FC Twente. van Bommel l’introduit sur la pelouse à l’heure de jeu, le temps pour Gakpo d’offrir l’assist de l’égalisation aux siens. L’ailier fait encore mieux une semaine plus tard en prenant le relais d’un Hirving Lozano, blessé contre ADO, puisqu’il en profite pour marquer et ainsi gagner ainsi ses galons de titulaire. Il est alors de plus en plus présent dans le onze de base et boucle l’exercice avec 7 buts et autant de passes décisives en 25 apparitions d’un championnat qui sera coupé dans son élan par la crise sanitaire. En Europa League, il est moins performant malgré trois titularisations lors de la phase de groupe, mais il donne un assist lors du partage 1-1 à Rosenborg.

Mark van Bommel, le coach de l’Antwerp, avait commencé à titulariser Cody Gakpo quand il entraînait le PSV. (Photo by Photo Prestige/Soccrates/Getty Images)

Pour le retour du football sur les pelouses du Royaume néerlandais, Gakpo est aligné sur le flanc gauche par un Roger Schmidt, qui a désormais bien installé son 4-4-2 au Philips Stadion. L’ailier marque à deux reprises et lance ainsi sa saison de la meilleure des manières, même s’il sera arrêté dans sa progression en janvier, avec une blessure à la maléole qui va l’éloigner plusieurs semaines des terrains. Son apport en Europa League est plus timide, mais il plante néanmoins un but et délivre une passe décisive contre le PAOK. A son retour de blessure, il peine à retrouver ses sensations, ne trouvant la faille qu’à deux reprises, ce qui lui permet d’égaler son total de l’exercice précédent.

L’éclosion définitive grâce à Roger Schmidt

Le temps d’une préparation estivale qui va lui permettre de retrouver toutes ses capacités physiques et Gakpo repart de l’avant. Lors de la Johan Cruijff Schaal, il donne une passe décisive avant d’être déterminant dans la qualification en barrages de Ligue des Champions contre Midtjylland où il marque lors de la victoire 3-0, lors de la manche aller. Contre Benfica, il réduit l’écart à Lisbonne, mais ce but, synonyme d’espoir, ne rimera pas avec qualification puisque le PSV sera contraint au partage sur ses terres lors de la manche retour.

La suite de l’histoire européenne s’écrira en Europa League où le petit génie d’Eindhoven, malgré deux buts en quatre apparitions, ne permettra pas aux Lampen de sortir de leur groupe. Ils continueront leur tour d’Europe des compétitions UEFA en Conference League où leur parcours s’achèvera en quart de finale avec une défaite sur leurs terres contre le Leicester City de Youri Tielemans. Comme en Ligue Europa, Gakpo est capitaine lors de ces rencontres et contribuera à la qualification du PSV parmi les huit dernières formations du tournoi en signant 1 but contre contre le Maccabi Tel Aviv, ainsi qu’en marquant deux fois et en adressant une passe décisive contre le FC Copenhague de Jess Thorup, à l’occasion d’un épique 4-4 au Philips stadion.

Cody Gakpo est impliqué dans 50% des buts du PSV cette saison en championnat des Pays-Bas

En championnat, l’ailier gauche réalise aussi la meilleure saison de sa jeune carrière. Il sera aussi promu capitaine à son retour de blessure en décembre lors de la victoire contre Utrecht. Il avait déjà porté le brassard lors de la déroute subie à domicile contre Feyenoord à la mi-septembre. Avec 12 goals et 13 assists, Gakpo montre toute son importance dans le jeu de l’équipe de Roger Schmidt, tant à l’initiative qu’à la conclusion des actions. Cette saison, il est même parti sur des bases encore plus impressionnantes avec déjà 9 buts et 12 passes décisives en 14 rencontres. Des statistiques qui l’impliquent dans 50% des 42 réalisations du PSV depuis la reprise de l’Erevidisie…

Sur la scène européenne, le jeune capitaine n’a pas été en mesure d’aider sa formation à se hisser en phase de poule de la C1 et a pris sa revanche en Europa League où il a empilé 3 buts et 2 assists à son compteur, en cinq sorties. Il avait offert à Luuk de Jong le deuxième but des Lampen contre Arsenal, un cador de la Premier League, compétition qu’il aspire à rejoindre un jour.

Deuxième de son groupe, le PSV devra d’abord se frotter au FC Séville, troisième de sa poule de Champions League, pour poursuivre sa route dans la deuxième compétition européenne. L’occasion d’encore démontrer son importance et son talent contre un club espagnol qui s’est imposé comme la quatrième force majeure de Liga.

Ruud Van Nistelrooy avait aussi affolé les compteurs au PSV avant d’en faire du même du côté de Manchester United, un club qui fait les yeux doux à Cody Gakpo. (Photo by Photo Prestige/Soccrates/Getty Images)

Des records à battre et un transfert à Manchester United grâce à Van Nistelrooy ?

Ruud Van Nistelrooy, son entraîneur depuis cette saison, avait, au contraire de Memphis Depay, parfaitement digéré la traversée de la Manche en 2001, quand il avait revêtu la tunique rouge des Diables locaux. Celui qui avait marqué 75 fois en 91 apparitions à Eindhoven (0,82 but par rencontre), a trouvé le chemin des filets à 150 reprises en 219 matches (0,68 but par rencontre) pour le compte des pensionnaires d’Old Trafford. Il reste toujours considéré comme l’un des derniers grands numéro 9 de United et saura sûrement conseiller son jeune capitaine comme il se doit afin qu’il franchisse encore un palier contre les grandes équipes européennes, avant de le laisser s’envoler en direction de la Perfide Albion.

Avec son début de saison tonitruant, Cody Gakpo peut-il aussi écrire l’histoire de son club en visant certains records du nombre de buts marqués ou de passes décisives délivrées sur une saison en Eredivisie. Lors de sa saison 1998-1999 précédent son départ à ManU, Van Nistelrooy avait planté 31 roses en 34 rencontres, soit une moyenne (0,91 but par match). Une saison plus tard, il fera moins de ravages (29 réalisations), mais il ne lui faudra que 23 duels pour parvenir à cette impressionnante moyenne de 1,26 but par match ou un but toutes les 68 minutes. Le record est toujours détenu par Mateja Kezman, auteur de 35 réalisations lors de la saison 2002-03 sous la férule de Guus Hiddink. Le Serbe faisait trembler les filets toutes les 82 minutes.

Pour l’heure actuel, Gakpo se trouve bien en-dessous de ce tableau de marche avec une rose plantée toutes les 125 minutes. La meilleure moyenne reste donc pour Van Nistelrooy, à égalité avec Romario, qui carburait au même rythme lorsqu’il fut meilleur artificier du club lors de l’exercice 1989-90.

Ronaldo Luís Nazário de Lima, autre légende brésilienne du club d’Eindhoven, détient la quatrième place du plus grand nombre de buts inscrits par joueur du club en une saison dans le championnat néerlandais. Lors du cru 1994-95, R9 avait signé un chèque de 30 goals, soit un toutes les 97 minutes. Quand Memphis Depay fut le meilleur artificier des Boeren en 2015, il avait 22 buts à son compteur, soit un toutes les 117 minutes. Une moyenne que son successeur tentera donc d’améliorer alors que son score actuel est déjà légèrement supérieur au record belge au PSV. Celui-ci est co-détenu par Dries Mertens et Luc Nilis, qui avaient respectivement marqué à 21 reprises lors des saisons 2011-12 et 1995-96. La moyenne de Lucky Luke était sensiblement meilleure avec 1 pion toutes les 128 minutes pour 134 à celui qui deviendra une icône de Napoli dans la suite de sa carrière.

Devenu plus souvent passeur que buteur lors de ses dernières sorties avec le PSV, Gakpo a retrouvé le chemin des filets au Qatar. (Photo by Sarah Stier – FIFA/FIFA via Getty Images)

Au niveau des passes décisives, Cody Gakpo a aussi des records à aller chercher d’ici son futur départ. Celui du nombre d’assists au cours d’une seule saison, mais aussi une place dans le top 10 de l’histoire du club. Avec 50 assists à son compteur jusqu’à présent, toutes compétitions confondues, il n’est plus qu’à 3 passes dé de la dixième place de Ralf Edström (53), après être revenu à hauteur de Balázs Dzsudzsák. Cinq passes décisives, c’est aussi le retard qu’il accuse sur la 10e place, là aussi détenue par Edström dans le classement établi sur l’histoire du PSV en championnat. A noter que dans l’équipe actuelle, Luuk de Jong fait déjà mieux que Cody Gakpo puisqu’il est déjà le 8e meilleur passeur décisif (48 assists) des Boeren en championnat et même le 7e si l’on prend en compte toutes les compétitions (61 assists).

Seul Erling Haaland dans les grands championnat est impliqué dans autant de buts que Cody Gakpo (21)

Mais la bonne Coupe du monde actuelle de la nouvelle star d’Eindhoven ne risque-t-elle pas de précipiter son départ vers un grand championnat et l’empêcher de lutter pour les records au sein de son club formateur ? Aujourd’hui, en étant impliqué dans 21 buts en championnat, il n’est devancé au niveau européen que par Rayan Philippe. Ce dernier n’évolue qu’au sein du modeste championnat luxembourgeois, à Hespérange, où il a un pied dans 27 réalisations des siens (15 buts et 12 assists). Gakpo arrive donc ensuite avec Haaland. Le Norvégien a pour sa part donné 3 assists en plus de ses 18 goals et trône en tête du classement de l’efficacité offensive si l’on ne prend en compte que les compétitions d’un plus haut niveau. Derrière ce duo, le Néerlandais Quincy Promes, absent au Qatar, a mis son pied dans 20 réalisations du Spartak Moscou cette saison (14 buts, 6 passes décisives en 16 apparitions dans le championnat russe). Le même nombre que Neymar qui a eu besoin de deux rencontres de moins pour planter onze roses dans les parterres de Ligue 1 et offrir 9 buts à ses partenaires.

A l’occasion de cette Coupe du monde, celui qui était devenu plus passeur que buteur lors de ses dernières sorties avec le PSV, avec sept assists en 8 rencontres, a marqué à trois reprises en autant de matches mais n’a pas encore servi de caviar à ses camarades. Cela pourrait commencer à l’occasion de ce 1/8e de finale contre les Etats-Unis. Mais les Pays-Bas de Louis van Gaal se moquent certainement de la manière dont leur jeune pépite sera décisive. L’essentiel est que le résultat final soit présent au bout des 90 minutes.