US Open: Iga Swiatek domine Ons Jabeur et s’offre le 3e Grand Chelem de sa carrière

Iga Swiatek ne voulait plus lâcher sa coupe (Photo by Lev Radin/Anadolu Agency via Getty Images)
/ /

A 21 ans, le palmarès de la Polonaise ne cesse de s’étoffer.

Iga Swiatek a remporté son 3e titre du Grand Chelem en s’offrant la victoire en finale de l’US Open samedi soir à New York. La Polonaise, N.1 mondiale, a dominé sans trembler la Tunisienne Ons Jabeur (WTA 5) 6-2 et 7-6 (7/5). La rencontre disputée dans l’Arthur Ashe Stadium a duré 1h50.

Après un premier set à sens unique en sa faveur et un avantage de 3-0 et balle de 4-0, Swiatek a connu une baisse de régime qui a permis à Jabeur de revenir dans le match et d’arracher le droit de disputer un jeu décisif après avoir sauvé une balle de match à 6-5. La Varsovienne de 21 ans décroche pour l’occasion son 10e titre en carrière et le 7e en 2022 après Doha, Indian Wells, Miami, Stuttgart, Rome et Roland-Garros. Elle avait connu une forme exceptionnelle au printemps alignant 37 matches victorieux consécutifs et ses six premiers titres de l’année.

La 28e numéro 1 mondiale de l’histoire

Au cours de cette période, elle était devenue la 28e numéro 1 mondiale de l’histoire le 4 avril, succédant à l’Australienne Ashley Barty, une place qu’elle occupe sans interruption depuis 23 semaines.  La suite fut moins heureuse après son élimination en huitièmes de finale à Wimbledon, elle n’a plus signé qu’un quart de finale à Varsovie et deux huitièmes à Toronto et Cincinnati.  Swiatek avait remporté son premier titre en carrière, à 19 ans, à Roland-Garros en 2020.

Iga Swiatek pose avec sa coupe devant le court Arthur Ashe. (Photo by Tim Clayton/Corbis via Getty Images)

« Fière de moi car les gens ne s’y attendait pas »

« Je suis super fière de moi parce que ce n’était pas un match facile. Même si j’ai dominé le début de partie, je savais que ce serait serré et que Ons tirerait profit de chacune de mes erreurs. Dans le second set, le match est devenu très physique et je suis contente que mon niveau d’énergie soit encore monté d’un cran pour pouvoir être un peu plus précise dans les moments clés et conclure. Nous avons joué à un très haut niveau. Je suis particulièrement fière de mon niveau mental, je ne craque pas dans les moments difficiles. Je suis également fière d’avoir bien plus de solutions dans mon jeu qu’avant, du point de vue du tennis mais aussi du mental. J’utilise très bien ces possibilités et j’en suis fière parce que je sais ce que c’est que d’être sur le court et de ne pas savoir quoi faire pour changer le cours d’un match. Ca fait longtemps que je ne me suis pas retrouvée à court d’idées, ça prouve que je progresse. En début de saison, j’ai réalisé que je pouvais peut-être avoir de bons résultats sur le circuit. Je suis aussi arrivée en demi-finales à l’Open d’Australie. Mais je n’étais pas sûre d’être au niveau pour gagner un Grand Chelem, surtout sur une surface aussi rapide qu’à l’US Open. Je ne m’y attendais pas, c’est certain », a déclaré Iga Swiatek après sa victoire contre Jabeur.

Ons Jabeur va devenir N.2 mondiale. (Photo by Lev Radin/Anadolu Agency via Getty Images)

Jabeur continuera à viser la place de N.1

La Tunisienne de 28 ans sera numéro 2 mondiale lundi lors de la publication du prochain classement WTA derrière Swiatek qui « a commencé vraiment très fort et m’a mis beaucoup de pression », a expliqué Jabeur en conférence de presse. « Moi, j’essayais d’entrer dans le match. C’était très dur. D’autant qu’à certains moments, elle a vraiment très bien joué. Dans le second set, j’ai eu mes chances. Je revenais au score, je revenais… j’aurais bien aimé, à un moment, être devant et construire. Parfois, elle n’a pas joué aussi bien que dans le premier set et j’aurais peut-être dû tenter plus ma chance. Mais pour être honnête, je ne regrette rien parce que j’ai fait tout ce qui était possible. J’aurais peut-être aimé servir un peu mieux. Ca m’aurait bien aidée. On sait comment Iga joue en finale, elle est très difficile à battre. Alors je vais garder le positif et travailler ce qui m’a manqué aujourd’hui (samedi). » Ons Jabeur se focalise déjà sur le Masters (31 octobre-7 novembre). « C’est important pour moi, je le considère comme un mini-tournoi du Grand Chelem. J’ai toujours rêvé de le jouer. J’espère y accumuler encore de la confiance pour vraiment bien préparer la saison prochaine parce que je compte beaucoup sur la saison qui vient. Du point de vue des points, je n’en ai pas à défendre en Australie, ni à Roland-Garros, ni à Wimbledon, ce qui est bien. Donc je vise la place de numéro 1. »