Le phénomène Carlos Alcaraz: « Il deviendra le meilleur joueur de tous les temps »

Carlos Alcaraz, nouveau roi d'Espagne du tennis. (Photo by Tim Clayton/Corbis via Getty Images)
Steve Van Herpe
Steve Van Herpe Steve Van Herpe est rédacteur de Sport/Voetbalmagazine.

À dix-neuf ans, Carlos Alcaraz est le nouveau numéro 1 mondial de la planète tennis, le plus jeune de tous les temps. Mais qui est cet Espagnol qui a mis New-York à ses pieds ? « C’est le genre de joueur de tennis qu’on ne rencontre qu’une fois dans sa vie.« 

Celui qui prononce le nom de Rafael Nadal pense GOAT, le « Greatest of all time ». L’Espagnol n’est peut-être pas le plus grand joueur de tous les temps (il y aura toujours débat avec Novak Djokovic et Roger Federer), mais il est certainement le plus grand combattant de tous les temps. Vous n’en venez jamais à bout avant d’avoir remporté le dernier point. Sa combativité implacable jaillit de ses muscles et transforme chaque point en une question de vie ou de mort. Et ce, malgré ses 36 ans.

Alors qu’il est au crépuscule de sa carrière, l’homme aux 22 Grands Chelems ne tardera pas à avoir un successeur tout désigné. L’énergie que Carlos Alcaraz dégage lorsqu’il se présente sur un court de tennis fait assurément penser à celle de son aîné. C’est pourquoi, il a rapidement été comparé à Nadal.

Une comparaison qui pourrait gêner le joueur de 36 ans, mais que du contraire. « Tout ce qui est nouveau est plus intéressant que ce qui existe déjà. Si vous voyez une nouvelle voiture ou un nouveau téléphone, c’est toujours mieux que le précédent. C’est normal, je ne peux pas m’en plaindre. Je suis heureux que quelqu’un de mon pays réussisse dans tout ce qu’il entreprend », confie Rafa.

Mais Carlos Alcaraz est sans doute bien plus plus qu’un « nouveau Nadal ». C’est un joueur de tennis très complet capable de tout faire. Il a beaucoup évolué l’année dernière, tant sur le plan athlétique que technique. Il joue avec une énorme confiance en ses capacités et peut donc sortir des coups venus d’ailleurs dans les moments les plus difficiles des matches. Ajoutez à cela sa résistance mentale, la puissance de ses coups, sa condition physique de fer et vous comprendrez pourquoi il est déjà, à seulement dix-neuf ans, l’un des meilleurs joueurs de tennis du monde et qu’il a même remporté l’US Open en plus de s’emparer de la tête du classement ATP.

Le 3 avril 2022, à Miami, il avait déjà battu Casper Ruud en finale de ce Masters 1000. (Photo by Eva Marie Uzcategui Trinkl/Anadolu Agency via Getty Images)


Un gain de 114 places au classement

Avec ce premier succès en Grand Chelem à New York, Alcaraz compte déjà cinq tournois à son tableau de chasse en 2022. Il est devenu le plus jeune joueur de l’histoire à inscrire le tournoi ATP de Miami à son palmarès. En finale, il avait d’ailleurs battu un certain Casper Ruud. Le précédent détenteur du record était Novak Djokovic, qui avait remporté le tournoi floridien à 19 ans et 314 jours.

Sur terre battue, au tournoi de Madrid, Carlos Alcaraz s’est montré encore plus intraitable en s’offrant les scalps de Rafael Nadal (quarts de finale), Novak Djokovic (demi-finales) et Alexander Zverev (finale). Trois joueurs du top en l’espace de quelques jours. Une performance bluffante pour un joueur aussi jeune.

Alcaraz a pris d’assaut le sommet du tennis mondial à la vitesse d’une fusée. Le jeune Espagnol a ainsi gravi 114 ( !) places en seulement une année.

Au tournoi de Madrid, Carlos Alcaraz l’a emporté en s’offrant les scalps de Zverev, Djokovic et Nadal. (Photo by Jose Manuel Alvarez/Quality Sport Images/Getty Images)

Les trois C

L’entourage de Carlos Alcaraz se compose principalement de son entraîneur Juan Carlos Ferrero, lui-même un joueur de tennis doué à son époque. Surnommé le « moustique » en raison de son jeu de jambes et de sa rapidité, il a été pendant un court laps de temps numéro un mondial. Il s’est aussi adjugé l’édition 2003 de Roland-Garros, sa seule victoire finale dans un grand chelem.

Son agent Albert Molina, son père et plusieurs de ses oncles sont également toujours proches du prodige murcien. La famille est très importante pour Alcaraz. Il affirme d’ailleurs jouer au tennis en suivant la règle des trois C de sa grand-mère : « cabeza, corazón y cojones » (tête, cœur et c…lles en Français).

Un profil complet et unique

Rick Macci, l’entraîneur américain de 67 ans qui a lancé les carrières des sœurs Williams, de Jennifer Capriati et d’Andy Roddick pour ne citer qu’eux, ne tarit pas d’éloges sur Carlos Alcaraz : « J’ai vu beaucoup de joueurs aller et venir dans le milieu et beaucoup avec de grands potentiels. Federer, Nadal et Djokovic, quand ils étaient jeunes… Mais au cours des 30 dernières années, je n’ai vu personne comme lui. Il possède vraiment tout », estime-t-il.

« S’il ne souffre pas d’une blessure grave, il sera le meilleur de tous les temps », a poursuivi Macci. « Je sais que cela peut paraître exagéré, car il n’a encore gagné qu’un seul grand chelem, mais c’est le genre de joueur de tennis que l’on ne rencontre qu’une fois dans sa vie », conclut l’entraîneur américain.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici