Nafi Thiam est l’athlète la plus dominante du monde

© iStock

Comment évaluer le deuxième titre européen à l’heptathlon de Nafi Thiam à la lumière de l’ensemble de sa carrière et en comparaison avec les champion(ne)s qui l’ont précédée ? Voici un aperçu en cinq chiffres marquants.

1

Nafi Thiam est devenue la première athlète belge (hommes et femmes confondus) à remporter, pour la deuxième fois consécutive, un titre européen dans une épreuve individuelle.

Seule Kim Gevaert a remporté l’or à deux reprises, mais sur la même édition des Championnats d’Europe, en 2006. La sprinteuse s’était offert le titre dans le 100 et le 200 mètres.

Nafi Thiam est également devenue la quatrième heptathlète à remporter deux titres européens consécutifs, après Sabine Braun (1990 et 1994), Karolina Kluft (2002 et 2006) et Antoinette Nana Djimou (2012 et 2014).

6

C’est le nombre de titres continentaux et mondiaux à l’heptathlon que détient aujourd’hui Nafi Thiam. Deux médailles d’or aux Jeux olympiques (2016 et 2021), deux aux Championnats du monde (2017 et 2022) et deux aux Championnats d’Europe (2018 et 2022).

Lors des Mondiaux à Eugene en juillet, elle était devenue la deuxième athlète, après la détentrice du record du monde Jacky Joyner-Kersee, à avoir remporter deux titres d’heptathlon aux Jeux olympiques et aux Championnats du monde. Notre compatriote est désormais la seule athlète européenne à avoir ajouté à ce tableau de chasse deux médailles d’or lors du championnat d’Europe.

Pour info, l’heptathlon a été inscrit pour la première fois au programme des Jeux olympiques en 1984, aux Championnats du monde en 1983 et aux Championnats d’Europe en 1982.

1

Depuis que Nafi Thiam a remporté l’or olympique à Rio 2016, elle a gagné (presque) tous les heptathlons et pentathlons (en salle) auxquels elle a participé. En effet, elle a subi un revers lors des championnats du monde de 2019 à Doha, où elle avait terminé derrière Katarina Johnson Thompson. La Britannique avait réussi une performance impressionnante cette année-là en obtenant un total très élevé de 6981 points. La Belge restait sur une préparation perturbée par une déchirure au mollet gauche et une douleur au coude, ce qui l’a empêché de rivaliser totalement avec sa rivale. Pour les autres heptathlons, la victoire était toujours au bout.

Depuis Rio 2016, aucun athlète ne peut se targuer d’avoir décroché six médailles d’or dans les grands championnats internationaux dans la même discipline.

Faith Kipyegon, sur le 1500 mètres, a réussi exactement la même série lors des deux plus grandes compétitions mondiales : deux fois l’or aux Jeux (2016 et 2021), deux fois l’or aux Championnats du monde (2017 et 2022) et une médaille d’argent (2019). Mais la Kenyane n’a pas participé aux deux derniers championnats d’Afrique.

Elaine Thompson-Herah (100 et 200 mètres), Shaunae Miller-Uibo (400 mètres) et Anita Wlodarczyk (lancer du marteau) sont les autres athlètes à avoir remporté deux titres olympiques consécutifs entre l’édition de Rio en 2016 et celle de Tokyo en 2021. La première n’a réussi à décrocher qu’une médaille de bronze à Eugene sur le 100 mètres et n’avait pas eu de médailles lors des deux autres cuvées des Mondiaux. La seconde s’est aussi imposée lors des derniers championnats du monde alors qu’elle avait terminé deuxième en 2019 et quatrième en 2017. La Polonaise, quant à elle, a confirmé son titre mondial en 2017 avant de devoir déclarer forfait lors des deux dernières éditions des championnats du monde.

La sauteuse de haies Yulimar Rojas s’approche également de la série de Thiam puisqu’elle reste sur trois titres mondiaux consécutifs et l’or olympique à Tokyo. Elle a en revanche dû se contenter de l’argent à Rio en 2016.

Il faut aussi nuancer cette incroyable série en avouant, sans dénigrer ses performances, que la concurrence internationale dans l’heptathlon est sans doute moindre que dans les épreuves de course à pied ou les autres épreuves individuelles de lancers ou de sauts.

Nafi Thiam tente de faire taire la foule dans le stade olympique de Munich pour son lancer de poids.
Nafi Thiam tente de faire taire la foule dans le stade olympique de Munich pour son lancer de poids.© iStock

6

Seules Joyner-Kersee (premier et dernier titre mondial entre 1987 et 1993) et Jessica Ennis-Hill (premier et dernier titre mondial entre 2009 et 2015) ont pu, comme Thiam, remporter l’or aux Jeux olympiques ou dans un championnat du monde sur une période de six ans. Avec un deuxième titre européen, la Liégeoise fait désormais même mieux qu’Ennis-Hill, puisque cette dernière n’a été championne d’Europe « qu’une » seule fois (2010).

Sauf blessure grave, les chances sont réelles que Thiam, qui fête son 28e anniversaire aujourd’hui, prolonge cette série en l’emportant aussi aux Championnats du monde de 2023 à Budapest et aux Jeux de Paris en 2024.

Après sa couronne olympique de Tokyo, une grande partie de la pression mentale que ressentait la Wallonne a disparu. Devenue plus sûre de ses capacités, elle apprécie plus que jamais de prendre part à des compétitions.

Parmi ses concurrentes actuelles, seule Anouk Vetter peut s’approcher de son niveau. Ou alors, il faudrait qu’un nouveau talent exceptionnel se révèle dans les deux prochaines années. Mais cela ne semble pas encore le cas.

6628

Participer à deux heptathlons sur le même mois est extrêmement éprouvant, tant physiquement que mentalement. En témoigne par exemple la blessure au tendon d’Achille d’Anouk Vetter, qui avait tenu tête à Thiam en décrochant l’argent lors des derniers mondiaux d’Eugene. La Néerlandaise, pas vraiment dans le coup le premier jour, a été contrainte d’abandonner à Munich.

Le score final de Nafi Thiam (6628 points) est également son plus bas depuis sa médaille de bronze aux Championnats d’Europe de 2014 à Zurich. Elle n’avait obtenu que 6423 points à l’époque, alors qu’elle n’était âgé que 19 ans. Depuis lors, elle n’est restée qu’une seule fois sous la barre des 6800 points : lors des Championnats du monde 2017 où elle avait terminé le concours avec un total de 6784 points. Un score qui ne l’avait pas empêché de décrocher la médaille d’or.

Les 6628 points de Munich ne sont pas une performance de haut niveau selon les normes de l’heptathlon. Sur l’ensemble des Championnats du monde et des Jeux olympiques, seules trois championnes ont été sacrées malgré un score encore plus bas.

Aux championnats d’Europe, ce score est souvent suffisant pour s’offrir le titre puisque sept athlètes ont même remporté l’or avec un nombre de points inférieur à ces 6628 unités.

Thiam semblait pourtant en passe de dépasser à nouveau la barre des 6900 points à l’issue de la première journée, et peut-être même la barre des 7000. La fatigue s’est toutefois ressentie le deuxième jour où elle a obtenu ses plus mauvais résultats (dans des championnats où elle a décroché l’or) sur les épreuves saut en longueur (6m08) et au lancer du javelot (48m89) .

Pourtant, malgré ce coup de mou, son titre européen n’a jamais été remis en cause. Cela témoigne de la constance et de la mentalité de gagnante de la Liégeoise qui continue à tout donner, sans jamais craquer physiquement et mentalement.

Le fait que son corps, souvent en proie à des blessures par le passé, ait tenu le choc lors de ces deux championnats rapprochés est un signe plus que positif dans l’optique des Championnats du monde de 2023 et des Jeux de 2024.

Après ces compétitions, Nafi Thiam pourra définitivement revendiquer le titre de meilleure heptathlète de tous les temps, et celui de femme la plus dominante de toute l’histoire de l’athlétisme.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici