Mondial-2022 – Syndicats et ONG contre « l’esclavage » sur les chantiers du Mondial qatari

(Belga) Des représentants des syndicats (CSC, FGTB, CGSLB) et ONG, rassemblés dans le mouvement « Coalition belge pour un travail décent », ont échangé quelques ballons lundi devant le stade Roi Baudouin, à Bruxelles, pour protester contre les conditions de travail des ouvriers impliqués dans la préparation au Mondial de football 2022, au Qatar. La Coalition veut par cette action dénoncer « l’esclavage » qui y règne, des travailleurs arrivant en masse depuis le Népal et d’autres pays asiatiques pour participer à la construction des infrastructures en échange de salaires minimaux, selon elle.

Une délégation de la Coalition pour un travail décent s’est également rendue à l’Union Royale Belge des Sociétés de Football-Association (URBSFA) et a offert à son président, François De Keersmaecker, un maillot orné du slogan « Don’t play with workers’ lives » (Ne jouez pas avec la vie des travailleurs). L’Union Belge, par la voix de son président, a promis d’insister auprès de la Fifa pour exiger du Qatar des conditions de travail correctes sur les chantiers de construction. « Environ 1,2 million d’ouvriers-migrants ont été attirés vers le Qatar grâce à de fausses promesses », explique Bogdan Vandenberghe de l’association 11.11.11. « Ils sont entassés dans des camps et reçoivent 140 euros par mois, alors qu’un Qatari gagne en moyenne plus de 5.000 euros. » « Nous appelons l’Union Belge, le gouvernement et les entreprises engagées au Qatar à faire pression sur les autorités qataries », précise Mathieu Verjans (ACV-CSC). Le quotidien britannique The Guardian avait notamment révélé au mois de septembre dernier la mort de quelques dizaines d’ouvriers népalais sur les chantiers du Mondial en l’espace de quelques semaines, information qualifiée d' »exagérée » par les autorités qataries. (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici