JO 2018 : Kim Meylemans termine, malgré une décevante 14e place, « la tête haute »

Kim Meylemans © Belga

Kim Meylemans n’a pas été en mesure de répondre aux attentes élevées lors des Jeux d’hiver avec une quatorzième place. « Le résultat est certainement décevant, mais j’ai tellement de raisons d’être fière », a-t-elle affirmé.

Meylemans a terminé cinquième aux Championnats du monde à Königssee l’an dernier et, cette saison, elle a terminé plusieurs fois dans le Top-10 à la Coupe du monde. Aux Jeux, cependant, elle n’a jamais disputé une place pour le top. Après les deux premières courses, elle était quatorzième vendredi. Samedi, elle n’a pas réussi à faire mieux.

« Une quatorzième place n’est absolument pas ce à quoi je m’attendais », a-t-elle déclaré samedi soir (heure de Corée) au Olympic Sliding Centre après son quatrième passage. « Je voulais définitivement finir plus haut. C’est évidemment une déception. »

La Limbourgeoise de 21 ans, selon ses propres mots, aurait hypothéqué ses chances lors de la première manche. « La différence avec les autres était trop grande. Les dernières courses, l’écart avec les trois premières n’était que de seulement trois à quatre dixièmes », a-t-elle expliqué.

Malgré le résultat décevant, Meylemans a tenté de rester positive. « Si vous voyez d’où nous venons et combien j’ai eu du mal cette semaine (à l’entraînement, ndlr), il s’agit bien d’une belle ‘performance’. Je termine avec la tête haute. »

Meylemans peut revendiquer qu’elle a mis le skeleton sur la carte en Belgique. C’était un long chemin pour se rendre à Pyeongchang, souligne-t-elle. « Nous avons seulement quatre ans de travail en Belgique. Lors de ma première saison, je suis parvenue, sans entraîneur ou cadre, à me rendre à la Coupe du monde. Les trois dernières années, je suis arrivée tant de fois dans le top-10, j’ai terminé cinquième à la Coupe du monde et nous sommes ici aux Jeux dans les vingt meilleures du monde. Il y a beaucoup de raisons d’être fière. La quatorzième place n’est pas ce pour quoi je suis venue ici. Mais ‘ce qui ne vous tue pas, vous rend plus fort’. »