Il est où le Covid, il est où?

Jacques Sys

Il y a deux ans, le Covid a confirmé une nouvelle fois que le football était installé sur des sables mouvants, dans un univers artificiel. Les pires scénarios ont été échafaudés. On a lu et entendu que beaucoup de clubs allaient se casser la figure, que les sommes de transferts et les salaires déraisonnables étaient de l’histoire ancienne. Que la décadence, c’était hier. Il était grand temps de réfléchir, de remettre les choses en perspective. Ce sport allait affronter une nouvelle réalité, bien différente de l’ancienne.

Que reste-t-il aujourd’hui de tous ces beaux discours? Absolument rien! Encore moins au sommet de la pyramide. On continue à investir massivement. Même au Bayern Munich, un monstre pourtant réputé pour sa sagesse financière, fruit d’une direction de gens de foot. De toutes les grandes équipes en Europe, c’est le Bayern qui a été le plus actif sur le marché estival en dépensant environ 170 millions et en montant ainsi sur le carrousel de la démesure. Le Bayern a consacré 28,5 millions (bonus compris) au recrutement de Mathys Tel, un gamin de 17 ans qui était à Rennes. La saison dernière, ce Tel a joué en tout et pour tout 49 minutes en sept très courtes apparitions en Ligue 1.

Charles De Ketelaere à l’AC Milan? Le bon choix!

Il est censé remplacer, à terme, la légende Robert Lewandowski. Le buteur polonais a passé huit ans à Munich, avant d’animer le triste feuilleton de l’été et de vider finalement son casier sans le moindre état d’âme. Ça en dit long sur l’évolution de ce milieu. Tout tourne plus que jamais autour du fric. Barcelone est criblé de dettes et a imaginé une construction rocambolesque pour l’attirer.

Les montants de transferts continuent à exploser. Les salaires suivent la même courbe. Mais on n’a pas encore atteint les limites, tandis qu’une harmonisation à l’échelle européenne reste un vieux fantasme. Il y a pourtant des clubs qui essaient de construire une vraie équipe stable et arrêtent de dépenser sans compter. On est surpris que ce soit le cas du Paris Saint-Germain, pourtant réputé pour faire tout l’inverse. Ce club et son nouveau directeur sportif, Luís Campos, étaient intéressés par Milan Skriniar, le défenseur slovaque de l’Inter Milan. Mais ils ont renoncé quand les Italiens ont fixé son prix à septante briques.

Charles De Ketelaere
Charles De Ketelaere© getty

KylianMbappé avait entre-temps prolongé son contrat en allant toujours plus loin dans la démesure, avec un salaire d’une cinquantaine de millions par saison. Et, au passage, une prime à la signature de cent millions. Tout ça dans l’espoir, pour le PSG, d’accrocher enfin cette fameuse Ligue des Champions.

Plus que jamais, le football vit dans deux mondes opposés. Et nos clubs ne cessent de reculer. Les mentalités ont aussi évolué, et pas dans la bonne direction. De plus en plus, on voit des joueurs très peu concernés. Il y a eu, récemment, les Anderlechtois au Cercle et les Brugeois à Eupen. C’est le genre de scène qu’on ne voit pratiquement jamais au plus haut niveau européen. C’est une question de professionnalisme et d’entraîneurs qui, au top, ont tout sous contrôle. On voit que tous les grands clubs sont menés à la baguette par des coaches d’exception. Chez nous, on en voit beaucoup qui arrivent à peine à installer des lignes directrices dans leur équipe.

Les joueurs deviennent meilleurs après avoir quitté notre championnat, du moins s’ils font les bons choix. C’est le cas, a priori, de Charles De Ketelaere, fraîchement recruté par l’AC Milan. C’est un environnement qui doit lui convenir, un jeu fait pour lui avec de la technique et du mouvement. Et un entraîneur, Stefano Pioli, qui aime bosser avec les jeunes et leur fait passer un palier. Charles De Ketelaere va progresser à Milan, même si la pression risque d’y être énorme. Notre compétition vient en tout cas de perdre un nouveau fleuron. Cette saignée annuelle ne s’arrêtera jamais. Une question de philosophie: la Belgique forme et/ou achète pour vendre et faire gonfler les caisses.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici