Felix Denayer avant les quarts : « Le groupe a faim, je sens un mélange de calme et d’ambition »

-

Felix Denayer, en bon capitaine, a abordé le moral de ses troupes deux jours avant de disputer les quarts de finale de la Coupe du monde de hockey. L’expérimenté milieu de terrain, 32 ans, estime que l’équipe nationale est « très calme » avant d’entamer la ligne droite du tournoi indien.

Terminer à la première place de notre groupe et éviter les cross-overs nous a donné davantage de calme », a d’abord estimé celui qui compte 364 matchs avec les Red Lions. « Je dois dire que le groupe est très calme mais a aussi extrêmement faim. Pouvoir se battre pour un titre mondial, c’est la chance d’une vie et on s’en rend compte. Je pense que nous avons un bon mélange entre quiétude et ambition », a ajouté le milieu de terrain dimanche lors d’un temps de presse à l’hôtel des Belges à Bhubaneswar.

   En début d’après-midi, l’équipe de Michel van den Heuvel est montée sur le terrain annexe du Kalinga Stadium, lieu de son sacre mondial en 2018, pour y effectuer une session légère mais pas dénuée d’intérêt. « L’entraînement n’a pas été trop intense. Nous sommes revenus samedi de Rourkela et c’est fatiguant, il faut en tenir compte. » En fin d’entraînement, les Red Lions ont notamment travaillé tactiquement. « Notre futur adversaire doit encore jouer alors que nous pouvons déjà nous préparer. C’est un avantage dont on doit tirer profit, notamment en préparant certaines choses. »

   Les Belges connaitront dimanche leur opposant en quarts de finale, l’Inde ou la Nouvelle-Zélande. « D’un point de vue sportif, nous n’avons pas vraiment de préférence. Mais si nous pouvions affronter l’Inde chez elle, dans un stade rempli, ce serait super. Nous sommes tous impressionnés par l’organisation ici. C’est fantastique de jouer au hockey en Inde. Pour ça, ce serait agréable mais la Nouvelle-Zélande aura aussi des atouts à faire valoir », a ponctué Denayer, impatient de voir le match.