Wimbledon: Bemelmans, battu en cinq sets par Isner: "C'est râlant, mais je peux être fier de moi"

05/07/18 à 18:55 - Mise à jour à 18:54

Source: Belga

"C'est râlant ! Je suis vraiment passé tout près. Mais bon, il faut vivre avec", a dit un Ruben Bemelmans (ATP 104) terriblement déçu après sa défaite cruelle contre John Insner (ATP 10), jeudi au 2e tour de Wimbledon.

Wimbledon: Bemelmans, battu en cinq sets par Isner: "C'est râlant, mais je peux être fier de moi"

© AFP

Le Limbourgeois, 30 ans, sorti des qualifications, s'est battu comme un lion pendant deux jours, 5 sets et 3h46 contre le géant Américain, 33 ans, pour finir par s'incliner 6-1, 6-4, 6-7 (8/6), 6-7 (7/3), 7-5 après avoir hérité de deux balles de match, écartées chacune d'un ace à plus de 200 km/h par son adversaire.

"C'est dommage, même si je considère que je ne peux pas me reprocher grand-chose", a expliqué le gaucher. "Je savais que j'allais prendre des aces, même si je n'imaginais pas qu'il en avait servi 64. C'est énorme. La seule petite chose que je regrette, c'est que sur la deuxième balle de match, j'ai changé d'avis au dernier moment. Je sentais qu'il allait servir extérieur et j'ai fini par aller du côté du T. Il était très nerveux et franchement, à partir du quatrième set, je trouve que j'étais le meilleur sur le terrain. Il faut que je continue dans cette voie." En effet, Ruben Bemelmans peut quitter le All England Club la tête haute après cette défaite contre Isner. Sorti des qualifications, il est passé à un fifrelin de battre son premier joueur du top 10 et de se hisser à nouveau au troisième tour. Même si à l'arrivée, cette défaite l'obligera sans doute à passer par les qualifications pour intégrer le tableau final de l'US Open, fin août. "Je pense que je peux être fier de moi", poursuivit-il.

"D'une position de battu, mercredi, lorsque j'étais mené deux sets à rien et 4-0 dans le tie-break, j'ai réussi à revenir et à faire vaciller un joueur du top 10, en obtenant même des balles de match ! Franchement, j'ai très bien joué. Sur les 16 sets que j'ai disputés ici, qualifs comprises, je n'en ai joué qu'un mauvais, le premier contre Isner. Avec Philipp Petzschner, mon nouveau coach, on utilise le mot 'commitment' (engagement, NDLR). Si je réussis à garder cette même intensité pendant mes matches, à être présent sur tous les points, je suis sûr que je vais encore progresser", a conclu Bemelmans.

Nos partenaires