US Open: Federer rejoint Djoko pour une finale explosive

12/09/15 à 10:27 - Mise à jour à 10:27

Quelques heures après le cataclysme de l'élimination de Serena Williams, Novak Djokovic et Roger Federer ont expédié vendredi leurs adversaires des demi-finales pour se défier dans une finale de rêve, dimanche.

US Open: Federer rejoint Djoko pour une finale explosive

Roger Federer © Reuters

L'US Open aura bien son feu d'artifice: il ne sera pas déclenché par la N.1 mondiale Serena Williams qui a chuté, à la grande consternation du public de Flushing Meadows, face à l'Italienne Roberta Vinci 2-6, 6-4, 6-4. Mais il aura de l'allure avec incontestablement les deux meilleurs joueurs actuels et peut-être de l'histoire du tennis masculin.

Djokovic et Federer n'ont pas fait de détails.

Le Serbe a écrasé le tenant du titre Marin Cilic, il est vrai diminué par une cheville droite douloureuse, en trois sets 6-0, 6-1, 6-2 et une heure et vingt-cinq minutes.

Privé de sa principale arme, le service (4 aces, 45% de premières balles), Cilic qui restait sur douze victoires de suite à Flushing Meadows, n'a jamais été en mesure d'inquiéter Djokovic.

"J'ai réfléchi à ne pas jouer cette demi-finale, mais j'ai décidé de jouer et de donner le meilleur de moi-même, car c'est un tournoi du Grand Chelem", a admis le N.9 mondial.

Onzième finale pour Djokovic

"Si cela avait été un autre tournoi, quel qu'il soit, j'aurais probablement déclaré forfait pour ne pas aggraver cette blessure", a-t-il conclu.

Djokovic, lui, poursuit sur le rythme incroyable de sa fabuleuse année 2015: il va disputer sa onzième finale sus ses onze derniers tournois, dont les quatre du Grand Chelem!

Le Serbe dont le "pire" résultat de l'année est un quart de finale en janvier, a remporté l'Open d'Australie et Wimbledon, mais espère mettre fin à une série de revers en finale à "Flushing" où il n'été été sacré qu'une fois, en 2011.

"Je suis venu ici avec une mission, à savoir atteindre la finale et me battre pour le trophée", a insisté "Djoko", battu en finale à New York à quatre reprises (2007, 2010, 2012 et 2013).

Federer a lui aussi une mission: mettre un terme à trois années de disette en Grand Chelem, une éternité pour l'ancien N.1 mondial qui compte 17 titres majeurs à son palmarès.

Le Suisse n'a pas fait fait de sentiment face à son compatriote Stan Wawrinka qui l'avait stoppé en quart de finale à Roland Garros en juin.

"Fed" a surclassé le N.5 mondial en trois sets 6-4, 6-3, 6-1 et n'a toujours pas perdu le moindre set depuis son arrivée à New York.

'Peut-être mon meilleur tennis'

Comme depuis son arrivée sur le continent nord-américain, mi-août, Federer domine son sujet et ses adversaires: il a distillé 29 points gagnants, remporté 22 points au filet et servi dix aces.

"Cela fait longtemps que je ne l'avait pas vu jouer aussi bien", a admiré Wawrinka.

Son duel face à Djokovic s'annonce de toute beauté: ils se sont déjà affrontés à cinq reprises en 2015, à chaque fois en finale --3-2 en faveur de Djokovic--, mais leur dernier affrontement, sur le ciment de Cincinnati, a tourné à la démonstration 7-6 (7/3), 6-3.

"Je suis très content de mon tournoi jusqu'à présent, je sers bien et je produis peut-être même mon meilleur tennis", a-t-il admis.

Son bilan face à Djokovic est quasiment à l'équilibre avec 21 victoires à 20 sur le circuit, mais le Serbe mène par sept succès à six en Grand Chelem.

"Novak réalise une superbe saison, c'est le joueur qui bouge le mieux sur le court, il va être dur à battre, mais je suis prêt à relever le défi", a lancé le quintuple vainqueur de l'US Open, incontestable nouveau chouchou du public new-yorkais.

Avec l'AFP

Nos partenaires