Roland Garros: Andy Murray le métronome en quarts de finale punit la révélation russe Karen Khachanov

05/06/17 à 18:19 - Mise à jour à 18:33

Source: Belga

Le N.1 mondial Andy Murray a renvoyé lundi l'espoir russe de 21 ans, Karen Khachanov (ATP 53) à ses études en s'imposant 6-3, 6-4, 6-4 et accède pour la septième fois aux quarts de finale de Roland-Garros. La rencontre a duré 2 heures et 4 minutes.

Roland Garros: Andy Murray le métronome en quarts de finale punit la révélation russe Karen Khachanov

Andy Murray © REUTERS

Après une préparation inquiétante sur terre battue, le finaliste sortant vient de remporter son quatrième match consécutif - le 650e de sa carrière sur le circuit - autant que lors de ses trois précédents tournois à Rome, Madrid et Barcelone. A Paris, il a la régularité d'un métronome puisqu'il jouera contre le Japonais Kei Nishikori (ATP 9) ou l'Espagnol Fernando Verdasco (ATP 37) son sixième quart de finale d'affilée. Contre Khachanov, qui restait sur deux performances face au Tchèque Tomas Berdych (ATP 14) et à l'Américain John Isner (ATP 22), Murray a rendu une copie très propre. Il ne s'est pas seulement contenté de limiter l'impact du géant moscovite (1,97 m) au service (1 ace). Il a aussi commis peu de fautes directes (14) et n'a laissé que deux balles de break à son adversaire.

Il a par ailleurs gagné davantage de points sur ses deuxièmes balles que sur les premières, ce qui prouve sa solidité au service. Ses premiers mots, après le match, l'Ecossais les a adressés aux victimes des récents attentats de Londres et Manchester. "C'était une terrible tragédie à Londres et aussi à Manchester il y a quelques semaines. Paris a également été dramatiquement touché ces dernières années. Mes pensées et mes prières, comme les vôtres j'en suis certain, vont vers les victimes", a affirmé le N.1 mondial. "(Les attentats) ont touché une grande partie de l'Europe et du monde. J'apprécie que vous continuiez à venir nous voir et je suis reconnaissant de pouvoir continuer à jouer devant vous", a conclu le Britannique.

Nos partenaires