Les successeurs de l'ECC (en images)

20/10/17 à 11:07 - Mise à jour à 11:07

La disparition de l'ECC n'a pas sonné le glas du tennis international en Belgique. Dès 1999, le modeste Flanders Women Open s'est tenu sur les terrains du Beerschot, misant sur l'éclosion des jeunes Kim Clijsters (15) et Justine Henin (16). Celle-ci y décrochait d'ailleurs son premier titre WTA.

Deux autres éditions suivaient, après quoi Bob Verbeeck, CEO de l'agence de marketing sportif Octagon-CIS, surfait sur la vague des succès de Clijsters et Henin et reprenait l'épreuve en 2002 pour en faire les Proximus Diamond Games au Sportpaleis, avec une nouvelle raquette en diamants d'une valeur d'un million.

Venus Williams remportait les deux premières éditions (2002/03), imitée par Kim Clijsters (2004) et trois fois Amélie Mauresmo (2005/07) qui, comme, Ivan Lendl, gagnait le droit d'enfermer la raquette dans son coffre.

Henin remportait la dernière édition (2008) et en 2015, après trois éditions du Brussels Open (2011/12/13), Golazo relançait une tentative au Sportpaleis avec Kim Clijsters comme directrice du tournoi. Mais l'enfant était mort-né.

En 2016, Tennium, une société internationale spécialisée en tennis, lançait un nouveau tournoi masculin : l'European Open, remporté par le Français Richard Gasquet et qui a lieu cette année pour la deuxième fois à la Lotto Arena d'Anvers. Le prize-money total est de 589.185 euros mais il n'y a pas de raquette. Pour admirer celle de l'ECC, vous devez vous rendre au Museum aan de Stroom (MAS), à Anvers.

Nos partenaires