Le tennis féminin belge n'arrive plus à gagner

02/07/15 à 16:26 - Mise à jour à 16:36

Il n'y a déjà plus aucune représentante belge au tournoi de Wimbledon. Le constat est clair, la Belgique peine à briller sur le circuit féminin depuis les retraites de Justine Henin et Kim Clijsters. La seule éclaircie Alison Van Uytvanck est insuffisante, le tennis féminin belge n'arrive plus à gagner. Eclairage.

Le tennis féminin belge n'arrive plus à gagner

Yanina Wickmayer tête basse, une image que l'on a trop souvent vu cette saison... © BELGA

Les temps sont durs pour...

Kirsten Flipkens (WTA 96) : Il semble loin le temps où l'Anversoise était désignée sportive belge de l'année 2013. Eliminée au deuxième tour de Wimbledon par Victoria Azarenka, Flipper devrait végéter au delà du top 100 dans quelques jours. Demi-finaliste de l'épreuve il y a deux ans, Kirsten Flipkens n'a pas réussi à contenir les assauts de la joueuse biélorusse malgré une belle résistance dans ce match.

Un match encourageant qui sonne comme une éclaircie dans un début de saison marqué par une spirale de défaites contre des joueuses à priori à sa portée. Sa dégringolade au classement en témoigne, cette année 2015 est décevante. A 29 ans, Kirsten Flipkens ne doit plus perdre de temps. Arrivée sans coach à Wimbledon suite aux problèmes de genou de son désormais ex-coach Michiel Antheunis, elle devra faire le point dans son entourage pour essayer de revenir au meilleur niveau.

Yanina Wickmayer (WTA 88) : Complétement déboussolée après sa défaite au premier tour de Wimbledon face à Elizaveta Kulichkova (WTA 109), la joueuse belge, en larmes, s'est lâchée au micro de la RTBF : "Vous pouvez avoir mes raquettes". Son coach, Michel Bouhoulle, préoccupé par ses vacances à Saint-Tropez était absent à Wimbledon. C'est Carl Maes, l'ancien coach de Kim Clijsters qui fait office de dépanneur depuis les tournois de préparation de Notthingham et Birmingham où Michel Bouhoulle manquait déjà à l'appel. Réputée exigeante avec ses entraineurs, l'ancienne numéro douze mondiale ne sait pas encore quel avenir donner à son entourage. Retombée dans les profondeurs du Top 100, l'Anversoise de 25 ans devra à nouveau gérer une crise interne pour retrouver son tennis après un Australian Open séduisant en janvier dernier.

Les temps sont prometteurs pour...

Alison Van Uytvanck (WTA 46) : Son élimination précoce à Londres n'enlève rien à son exceptionnelle année 2015. Battue en simple par l'extravagante Béthanie Mattek-Sands (WTA 158), tombeuse d'Ana Ivanovic au tour suivant, Alison surfe encore sur les vagues de son quart de finale à Roland-Garros. La protégée d'Ann Devries est entrée dans le top 50 pour la première fois suite à ce beau parcours et semble avoir franchi un cap dans sa carrière. La joueuse de Grimbergen, réputée fragile au niveau mental, a prouvé qu'elle pouvait élever son niveau de jeu face à des adversaires mieux classées. Gare néanmoins au retour de bâton, Alison est désormais attendue lors de chaque apparition sur le circuit WTA. A 21 ans, il s'agira pour elle de continuer son ascension à son rythme en évitant une Goffinite aiguë, sorte de complexe pour les joueurs belges après un exploit dans un Grand Chelem.

Chaque chose en son temps pour....

An-Sophie Mestach (WTA 111) : La gagnante de l'Open d'Australie junior en simple et en double attend son heure pour véritablement exploser. Flirtant avec le Top 100 depuis deux ans, la Gantoise de 21 ans trace sa route dans les tournois ITF en espérant passer un tour ou deux dans les tournois WTA. Qualifiée directement dans le tableau final d'un Grand Chelem pour la première fois de sa carrière cette année (Open d'Australie), elle n'a cependant pas pu forger l'exploit face à la numéro 10 de l'époque, Ekaterina Makarova.

Ysaline Bonaventure (WTA 199) : Vainqueur de deux tournois WTA en double en 2015, la Liégeoise de 20 ans est entrain de confirmer les espoirs placés en elle. Décidée à encore progresser en simple, elle a choisi de s'attaquer aux qualifications de tournois plus huppés que les ITF pour encore grimper dans la hiérarchie mondiale. Elle rêve d'accrocher pour la première fois une qualification pour un tableau final d'un Grand Chelem.

Elise Mertens (WTA 217) : Principalement active sur les tournois ITF, la joueuse de 19 ans commence son parcours chez les seniors cette année. Arrivée au dernier tour des qualifications de Wimbledon pour sa toute première apparition en Grand Chelem, elle devra confirmer ses débuts intéressants dans des tournois WTA.

Gillian Hermand

En savoir plus sur:

Nos partenaires