"Jamais je ne pensais aller aussi loin, c'est magnifique"

26/01/17 à 16:03 - Mise à jour à 16:02

Source: Belga

Le Suisse Roger Federer (N.17) a repoussé le retour de son compatriote Stan Wawrinka (N.4) pour se qualifier pour la finale de l'Open d'Australie dès son tournoi de retour à la compétition en cinq sets 7-5, 6-3, 1-6, 4-6, 6-3, jeudi à Melbourne.

"Jamais je ne pensais aller aussi loin, c'est magnifique"

Roger Federer © BELGAIMAGE

Il s'agira de la première finale du Suisse en Grand Chelem depuis l'US Open 2015 et en Australie depuis son quatrième succès en 2010. Son dernier titre majeur date de Wimbledon en 2012.

Il affrontera dimanche l'Espagnol Rafael Nadal (ATP 9) ou le Bulgare Grigor Dimitrov (ATP 15), qui se disputeront le deuxième billet pour la finale vendredi.

Pour sa 6e finale à Melbourne, la 28e de sa carrière, Roger Federer, 35 ans, vainqueur de 17 titres en Grand Chelem, avait pris six mois de repos pour soigner une blessure au genou de juillet à janvier. Il n'avait disputé qu'un tournoi-exhibition, la Hopman Cup, avant d'arriver à Melbourne.

"Jamais je ne pensais aller aussi loin en Australie. C'est magnifique", a-t-il dit. "A partir du troisième set, je n'ai plus aussi bien servi et il a lâché ses coups", a commenté Federer. Wawrinka avait pris un temps mort médical après deux sets pour se faire poser un bandage sous un genou, Federer en a fait de même après quatre manches.

"J'ai quelque chose à la jambe depuis le début du tournoi, je me suis dit +je ne prends jamais de temps mort médical et Stan a déjà pris le sien, alors...+", a-t-il expliqué avec un sourire.

"Dans le cinquième, Stan avait la main dans l'échange, il fallait que je reste dans le coup, je savais que ça pouvait tourner en prenant un risque sur quelques retours. Je ne peux pas dire que je méritais de faire le break au moment où ça s'est produit, mais c'est ainsi", a-t-il reconnu.

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos