Ricardo Sa Pinto, je t'aime moi non plus

22/05/18 à 21:00 - Mise à jour à 11:25
Du Sport/Foot Magazine du 23/05/18

Malgré le succès en Coupe et les fantastiques résultats en PO1, la relation, parfois tumultueuse, entre le Standard et Ricardo Sa Pinto ne pouvait durer plus d'une saison. Explications.

Les belles histoires tiennent souvent à très peu de choses. Une frappe venue d'ailleurs, un coup d'éclat individuel ou à un changement décisif. À Ostende, le 11 mars dernier, Mehdi Carcela a permis à tout un club de vivre une fin de championnat chantante et heureuse, tout en replaçant, enfin, le Standard sur la carte du football belge. Cette montée au jeu a tout changé. Vraiment tout. En 45 minutes, le staff, les joueurs, la direction et les supporters sont passés de la sinistrose à la joie et l'allégresse. Du purgatoire des play-offs 2 aux affiches et médiatiques play-offs 1. Et pourtant, la direction liégeoise est tombé de sa chaise sur laquelle elle pensait être confortement assise quand elle a reçu la feuille de match de cette rencontre capitale. Pas de Carcela au coup d'envoi alors que l'international marocain avait réalisé un come-back en trombe depuis son retour en cité ardente, début février. Quelques heures plus tôt, Ricardo Sa Pinto avait expliqué à son joueur qu'il débuterait sur le banc. Dans le camp Carcela, cette décision est très mal vécue. Elle intervient au pire moment. La perspective d'une non-participation à la prochaine Coupe du Monde augmenterait fortement en cas de non-qualification pour les PO1.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Sport/Foot Magazine bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Sportfootmagazine.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires