Je t'aime, moi non plus

17/10/17 à 21:00 - Mise à jour à 12:43
Du Sport/Footmagazine du 18/10/17

Aucun public de Belgique n'est plus critique que celui d'Anderlecht. La liste des joueurs sifflés est longue et Sofiane Hanni est le dernier en date. Pourquoi les supporters en veulent-ils à leur capitaine ?

"Chers supporters, c'est 0-1 par Pieter Gerkens sur passe de Sofiane Hanni. " C'est sans la moindre joie que la speakerine du FC Malines annonce l'ouverture du score, vendredi dernier, lors de la rencontre face à Anderlecht. Pour Hanni, c'est le début d'un match agité et très émouvant. Avant le repos, l'Algérien place son équipe sur la voie du succès grâce à deux assists géniaux et, au moment de son remplacement, des applaudissements émanent même de la tribune réservée aux visiteurs. Comme si les supporters d'Anderlecht, qui l'avaient sifflé quelques semaines plus tôt face au Standard, voulaient passer l'éponge. Mais Hanni n'était pas au bout de ses émotions. Alors que ses équipiers sont rentrés au vestiaire depuis longtemps, il entame un tour d'honneur du stade AFAS, au rythme des applaudissements des supporters locaux. À la fin de son parcours, il distribue quelques high five aux moins valides. Aucun Malinois ne songerait à siffler Soso : ils l'adorent. Lorsqu'il jouait à Malines, c'était leur chouchou. Il lui arrivait parfois de rester une heure après le match pour signer des autographes et à faire des selfies. Celui qui commettait une faute sur lui courait le risque d'être pris à partie par le public. Comme quoi on peut être un demi-dieu à Malines et un zéro à Anderlecht.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Sport/Footmagazine bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Sportfootmagazine.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires