Le Kremlin dénonce les propos "dégoûtants" de Johnson

22/03/18 à 11:50 - Mise à jour à 11:50

Source: Afp

Le Kremlin a dénoncé jeudi les propos "dégoûtants, insultants et inacceptables" du ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson, qui a comparé la Coupe du monde de football en Russie avec les Jeux olympiques de Berlin en 1936 sous Hitler.

Le Kremlin dénonce les propos "dégoûtants" de Johnson

Le Kremlin a dénoncé jeudi les propos "dégoûtants, insultants et inacceptables" du ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson (photo). © AFP

"Il s'agit d'une déclaration complètement dégoûtante. Elle ne convient pas à un ministre des Affaires étrangères, quel que soit le pays. Elle est insultante et inacceptable", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

En pleine crise diplomatique avec la Russie, Boris Johnson a trouvé "juste" de comparer le Mondial-2018 prévu cet été en Russie aux Jeux olympiques de Berlin organisés trois ans avant le début de la Deuxième guerre mondiale par Adolf Hitler. Il a également estimé que le président russe Vladimir Poutine allait utiliser la Coupe du monde pour "se glorifier".

La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, avait déjà estimé mercredi que de tels parallèles étaient "inadmissibles et indignes d'un chef de la diplomatie d'un Etat européen".

Les relations entre la Russie et les Occidentaux traversent une crise sans précédent depuis la Guerre froide depuis l'empoisonnement par un agent toxique le 4 mars en Angleterre de l'ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille, hospitalisés dans un état grave. Londres a désigné Moscou comme responsable de cet empoisonnement, expulsé 23 diplomates russes de son territoire et annoncé le gel des relations bilatérales.

La Russie, qui clame son innocence et accuse Londres de ne "pas vouloir entendre les réponses" de Moscou, a ordonné en représailles l'expulsion de diplomates britanniques et la fin des activités du British Council sur son territoire. "Nous constatons toujours le refus de la Grande-Bretagne de coopérer véritablement en vue de la résolution de cet incident et en vue d'établir qui se tient réellement derrière" cet empoisonnement, a poursuivi M. Peskov jeudi.

Le porte-parole du Kremlin a une nouvelle fois accusé Londres de "refuser de fournir quelque information que ce soit" à Moscou dans cette affaire et de ne baser ses accusations sur "absolument aucune preuve et le plus souvent en dépit de toute logique".

Nos partenaires