Zulte Waregem ne laisse pas Leye partir gratuitement

26/07/17 à 10:45 - Mise à jour à 10:44

Source: Sportmagazine

Zulte Waregem entame samedi le championnat sans Mbaye Leye, banni dans le noyau B. Il risque d'y rester encore un moment.

Zulte Waregem ne laisse pas Leye partir gratuitement

Mbaye Leye. © BELGA

Fin juin, dans une conférence de presse, Mbaye Leye a craché son venin, Zulte Waregem ne voulant pas lui accorder une prolongation de contrat de deux ans, à partir de 2018, compte tenu de son âge (34 ans) et de son salaire (800.000 euros). Leye a affirmé que le manager général Eddy Cordier lui avait promis que dans ce cas, il pourrait partir librement en été mais qu'il avait mangé sa parole. Pourtant, le Sénégalais avait signé un contrat stipulant qu'il ne pouvait s'en aller que si un club (étranger) versait 300.000 euros. Pour un club belge, le montant s'élèverait à 500.000 euros.

Leye a ajouté qu'il ne jouerait plus jamais pour l'Essevee et le club l'a renvoyé dans le noyau B. Eddy Cordier refuse de résilier le contrat de Leye comme de le laisser partir gratuitement, voire pour un montant limité. "Le contrat qu'il a signé mentionne son indemnité de transfert. Nous respectons nos obligations. Leye peut s'entraîner dans le noyau B sans jouer de matches. Il est même obligé d'être présent et il se tient à ce devoir."

Cordier attend des offres concrètes, en vain jusqu'à présent. "Tous les managers et les clubs savent ce que nous demandons. Nous ne laisserons pas Mbaye partir pour moins. La qualité a un prix et il n'est pas excessif pour un avant qui a inscrit 16 buts la saison passée. Leye a déjà 34 ans ? Et alors ? Bruges a payé 1,3 million pourPerbet, qui a marqué autant de buts pour Gand et qui a 32 ans. Quid si aucun club ne veut s'acquitter de cette somme d'ici fin août ? Je le répète : nous respecterons nos obligations contractuelles."

Dans ce cas, Zulte Waregem devra encore assumer le salaire de Leye quelques mois, alors qu'il aurait déjà détaché ce montant de son budget sportif... "C'est notre problème. Les autres clubs doivent aussi continuer à entretenir des footballeurs qui ne jouent pas."

Par Jonas Creteur

Nos partenaires