Wimbledon - Van Uytvanck, qui défie l'Estonienne Kontaveit: "J'adorerais être en deuxième semaine"

06/07/18 à 22:05 - Mise à jour à 22:07

Source: Belga

(Belga) "J'adorerais être en deuxième semaine ici à Wimbledon. Et je vais tout faire pour rendre cela possible", a-t-elle confié. Alison Van Uytvanck (WTA 47) va tenter, ce samedi, de continuer sur la lancée de sa brillante victoire contre Garbine Muguruza (WTA 3) au deuxième tour, pour se hisser pour la première fois en huitièmes à Wimbledon. La Grimbergeoise, 24 ans, affrontera l'Estonienne Anett Kontaveit (WTA 27), 22 ans, qui a de son côté battu l'Américaine Jennifer Brady (WTA 74) 6-2, 7-6 (7/4).

"Je ne savais même pas que je devais jouer contre elle", sourit-t-elle. "Je regarde match par match. C'est une très bonne joueuse. Elle sert bien, elle a d'excellents coups de fond et elle est également très agressive. Elle n'a pas terriblement bien joué en prélude à Wimbledon, mais je ne crois pas que le gazon soit une surface qui ne lui convienne pas. Sans quoi, elle ne serait pas au troisième tour ici. Je m'attends un peu à un match similaire à celui contre Muguruza, mais je pense que je peux l'embêter avec mes variations..." Après l'euphorie liée à sa victoire contre Garbine Muguruza (WTA 3), le plus difficile pour Alison Van Uytvanck sera peut-être d'enchaîner. C'est que souvent, après une grande victoire, il y a une certaine décompression qui s'installe et il n'est pas toujours évident de se remettre en selle. Une chose est sûre en tout cas, c'est avec le moral au zénith que la Brabançonne devrait monter sur le court n°12 contre Anett Kontaveit, qu'elle a déjà rencontrée à deux reprises (une victoire chacune). "J'ai beaucoup travaillé ces derniers mois et cela me conforte de voir que j'ose jouer mon tennis. Je me suis épatée contre Muguruza. Il fallait la faire courir et avec mes slices et des amorties, je l'ai très bien fait. J'ai le sentiment que le niveau du tennis féminin s'est équilibré et que dans un bon jour, tout le monde peut battre tout le monde. Moi également. J'ai déjà atteint les quarts de finale à Roland Garros (NdlR : en 2015), c'est quelque chose qu'on ne pourra plus m'enlever, mais ici, il s'agit d'un autre tournoi. Maintenant, la confiance est là et je joue bien ces derniers temps. Je vais tout faire pour être dans les meilleures dispositions contre Kontaveit et aller le plus loin possible", conclut-elle. (Belga)

Nos partenaires