Vizorek : " J'ai servi le champagne dans les loges du PSG "

09/03/16 à 10:30 - Mise à jour à 08/03/16 à 16:48

Source: Sportmagazine

Humoriste, chroniqueur radio pour la RTBF et France Inter, Alex Vizorek partage son temps entre Bruxelles et Paris. Mais question foot, pas d'hésitation entre Anderlecht et le PSG, son coeur est mauve.

Vizorek : " J'ai servi le champagne dans les loges du PSG "

Alex Vizorek, supporter d'Anderlecht. © BELGA

Tu as été abonné à Anderlecht ?

Vizorek : Oui, dans le kop, quand j'étais étudiant pendant 5-6 saisons. C'était au moment de la fameuse épopée européenne avec la victoire contre Man United. Je suis rentré complètement bourré à 4h du mat' après être allé saluer Bertrand Crasson devant chez lui au milieu de la nuit. Il avait bien pris ça, il est même venu nous serrer la main gentiment, c'était classe ! On buvait des bières, on attendait les joueurs pour prendre des photos avec eux. J'adorais cette ferveur. En revanche, je ne supportais pas les cris racistes. A l'époque, quand l'Antwerp se déplaçait, ça chantait 'Joden op de trein, olé, olé'. Inadmissible ! Par contre les autres insultes... 'Dante Brogno est une jeanette, olé olé', c'était un peu rigolo, même si je ne saisissais pas la portée homophobe à l'époque.

Tu as fait des déplacements européens ?

Vizorek : J'ai étéune fois à un match européen du Standard parce que mon père... est devenu rouche. Il a rencontré des amis Standardmen et il s'est pris au jeu un peu avant qu'ils ne soient champions. Il avait des places, donc j'y suis allé et j'ai vécu une sensation totalement inédite car j'avais l'impression que tout le monde savait que j'étais mauve. L'ambiance était chouette, le Liégeois a le sens de la fête mais je trouve qu'on exagère quand on dit qu'à Anderlecht, c'est mort. D'accord, il y a la rangée de bourgeois bruxellois qui paient cher leurs places et ne chantent pas mais j'adore l'ambiance dans les cafés le long du stade. C'est important. A Paris tu n'as pas ça par exemple, j'ai pu le constater quand j'étais au cours Florent : je servais le champagne dans les loges du Parc des Princes comme job étudiant.

Tu as aussi un passé de journaliste sportif.

Vizorek : J'ai fait un stage en radio à la RTBF à la fin de mes études. On m'y a rappelé par après pour faire occasionnellement un JournaldesSports et on m'a envoyé aussi faire des matches. Mon premier c'était Capellen - Sprimont à l'occasion du tour final de D3. J'ai mis un terme à ça pour aller faire le cours Florent à Paris puis, à mon retour, j'ai fait la Radio Academy de Bel RTL. C'est comme ça que je me suis retrouvé aux commentaires des matches de D1 pour eux. Ça me plaisait, je faisais mes petites interviews, mes montages, etc. Puis, ça a commencé à marcher pour moi en humour sur Vivacité, donc j'ai laissé tomber. Mais j'ai quand même combiné les deux pendant quatre mois, j'utilisais le nom de ma mère pour le foot.

Par Jules Monnier

Retrouvez l'intégralité de l'interview d'Alex Vizorek dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires