Víctor Vázquez: "Preud'Homme est aussi fanatique que Guardiola"

15/07/15 à 12:28 - Mise à jour à 12:28

Source: Sportmagazine

Le numéro 7 du Club parle avec beaucoup d'enthousiasme et de conviction de la saison qui s'annonce, et pourtant quelque chose le tracasse. "J'ai 28 ans, je dois tout doucement commencer à penser à l'avenir de ma famille."

Víctor Vázquez: "Preud'Homme est aussi fanatique que Guardiola"

Victor Vazquez © Belga / Bruno Fahy

Celui qui recherche un peu d'animation, ne doit pas venir à Garderen. Il ne se passe rien dans ce petit village néerlandais de 2.000 habitants. On passe le temps en allant manger des glaces chez le glacier local. En revanche, cette région boisée est très prisée des touristes qui recherchent un peu de tranquillité. Et c'est précisément ce que recherchait le Club Bruges afin de préparer au mieux la nouvelle saison. L'équipe de Michel Preud'homme séjourne à l'hôtel Bilderberg, à environ un kilomètre de la route, en pleine forêt. Víctor Vázquez nous rejoint au Grand Café de l'hôtel, d'un pas décidé. L'entretien peut commencer. Extraits.

Comment se passe la communication avec Preud'homme ?

Très bien. Nous communiquons surtout en anglais, parfois aussi en espagnol, car il parle un peu le portugais. Je trouve que Preud'homme est le meilleur entraîneur que j'aie eu à Bruges et je le classe certainement parmi les trois ou quatre meilleurs de ma carrière (Vázquez a notamment travaillé avec Guardiola, Luis Enrique et Vilanova à Barcelone, ndlr). Il m'a beaucoup appris sur le plan footballistique : par exemple, apporter un peu plus ma contribution aux tâches défensives ou aider l'équipe à mieux faire circuler le ballon. Et, surtout, il m'a beaucoup fait progresser sur le plan mental. J'étais typiquement le genre de joueur qui baissait parfois les bras lorsque tout ne tournait pas comme je le souhaitais. J'éprouvais alors des difficultés à me reconcentrer sur le match. Il m'a beaucoup aidé en parlant avec moi - parfois déjà pendant le repos, souvent après le match - et en me donnant des directives simples.

C'est important, la communication avec l'entraîneur ?

(il interrompt) Très important, le plus important qui soit.

Preud'homme a-t-il un point commun avec Guardiola ?

Certainement son fanatisme. Il visionne des vidéos toute la journée et n'arrête pas de travailler. Et surtout, aussi : la communication avec les joueurs. A l'entraînement, nous discutons beaucoup des phases de jeu, de la manière dont nous allons jouer, de l'aspect technique, tactique. Et lorsque vous avez un autre avis que lui et qu'il apparaît que vous avez raison, il l'admet. Il n'y a jamais de dispute, c'est du dialogue, de la communication.

Il parle avec tout le monde ?

Oui, mais surtout avec les joueurs qu'il estime importants pour l'équipe : Timmy, Tom, Ruud, Rafa, Maty (Mathew Ryan, ndlr)... C'est aussi l'une des raisons pour lesquelles je me sens si bien avec lui. Il vous fait sentir que vous êtes important. C'est presque une relation père-fils.

Retrouvez cette interview complète dans le Sport Foot Magazine de cette semaine.

En savoir plus sur:

Nos partenaires