Van Meir : "Ce serait impardonnable qu'une équipe pareille ne finisse pas dans le top 6"

25/01/17 à 10:30 - Mise à jour à 24/01/17 à 15:53

Source: Sportmagazine

Ils ont tous un passé rouche, commentent le Standard d'aujourd'hui et anticipent sur celui de demain. Les Experts viennent au crachoir, et parfois ça dézingue. Extrait.

Van Meir : "Ce serait impardonnable qu'une équipe pareille ne finisse pas dans le top 6"

La défaite face à Bruges a été un coup dur pour les Rouches. © BELGA

ERIC VAN MEIR : " Le profil type d'un joueur du Standard, c'est un gars qui manifeste un engagement extrême dans chaque match. Bon, normalement, ça devrait être le profil de n'importe quel footballeur, qu'il joue au Standard ou ailleurs... Dans l'équipe de cette saison, on ne peut pas dire que tout le monde soit insuffisamment motivé. Ça n'a pas été frappant dans tous les matches. Mais c'est clair qu'il y a des soirs où on a pu se poser des questions. Plus dans les matches en déplacement qu'à Sclessin.

Pour moi, les joueurs ne sont pas les seuls responsables. Il ne faut pas s'arrêter à l'équipe. Un club, ça doit être un bloc. On doit faire bloc entre coéquipiers. Les joueurs doivent se sentir solidaires de l'entraîneur. Et ils doivent sentir que la direction est avec eux. Bref, tout le monde doit avoir l'impression de tirer sur une même corde. Au Standard d'aujourd'hui, clairement, c'est compliqué. On a du mal à tout donner quand on sent qu'il y a continuellement des changements à plusieurs niveaux. On ne s'identifie plus de la même façon aux couleurs. Dès le début de cette saison, on a senti que ça risquait de mal se passer à tout moment. Quand l'entraîneur est isolé comme Yannick Ferrera l'était, c'est difficile d'avoir une équipe qui fait bloc. Comment veux-tu que les réservistes se sentent impliqués et donnent tout à chaque entraînement quand ils savent que le coach risque de voler dehors après le premier mauvais résultat ? Certains de ces gars ont toutes les chances de raisonner autrement : -Dès qu'il sera viré, je recevrai peut-être ma chance et je la prendrai. Ce n'est pas sain. En parlant d'engagement, on peut aussi revenir sur le cas Trebel. Il veut forcer son départ, alors il boycotte le stage et il arrive à ses fins. Pour lui, c'était peut-être la seule méthode possible pour être libéré, mais ce n'est pas correct. Un capitaine ne fait pas ça.

Quand on parle de bloc, on doit aussi inclure les supporters. Et ceux du Standard, ils en ont clairement marre que ça ne marche pas en championnat depuis un an et demi. Leur comportement à Charleroi, c'est peut-être une réaction face à tout ça.

Ce serait en tout cas incompréhensible et impardonnable qu'une équipe pareille ne finisse pas dans le top 6. Quand tu as Benito Raman, Ishak Belfodil, Edmilson, Orlando Sá... Tu ne peux pas passer à côté. Mais le problème, c'est qu'il se passe toujours quelque chose au Standard. Quand ce n'est pas sportif, c'est extra-sportif. Pendant longtemps, il y avait le malaise Roland Duchâtelet. Il est à peine parti, et on commence avec autre chose, on met le rôle de Daniel Van Buyten en doute, on l'oppose à Olivier Renard, on parle d'autres problèmes encore. Je suis sûr que tout cela a une incidence sur le comportement des joueurs qui, à nouveau, n'ont pas le sentiment de jouer dans un club uni et en font inconsciemment un peu moins sur le terrain. Quand Yannick Ferrera dit que c'était impossible de bien travailler au Standard en début de saison, c'est fort mais c'est peut-être un bon résumé. Un club de foot doit suivre une ligne, ne pas en dévier au premier contretemps. Mais là-bas, la ligne, elle change tout le temps. Et ça en empêche peut-être certains de devenir des guerriers. Même dans les compositions, je ne vois pas toujours une ligne directrice. Un joueur fait un bon match, son deuxième est moins bon et il retourne directement sur le banc. Un cas qui m'interpelle : Renaud Emond. On sait ce qu'il vaut et on voit dans ses yeux qu'il a faim. Il a le regard du gars qui pense : -Je vais me la faire, cette place. Mais qu'est-ce qu'il a comme temps de jeu ? OK, ça peut aussi s'expliquer : il a Sá et Belfodil devant lui, et c'est le meilleur duo d'attaque du championnat. C'est encore un des paradoxes du Standard : il y a trop de bons joueurs pour certains postes et pas assez pour d'autres. Le noyau n'est pas bien bâti, en tout cas ça ne saute pas aux yeux. Tout ça fait parler et ça ne dégage pas beaucoup de positivisme vers l'extérieur. Par exemple, j'ai l'impression que tout le monde souhaite que Malines joue les play-offs, et pas le Standard. Ça ne vient pas de gens qui sont anti-Standard à la base, c'est simplement une réaction au C4 de Yannick Ferrera, que le public continue à trouver injuste. "

Par Pierre Danvoye

Retrouvez les avis d'autres anciens du Standard dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires