Tour de Wallonie - Si Benjamin Thomas doit perdre le maillot jaune "ce sera avec les armes à la main"

22/07/17 à 19:05 - Mise à jour à 19:06

Source: Belga

(Belga) La première victoire et le premier maillot jaune du 38e Tour de Wallonie sont revenus à un jeune coureur français, Benjamin Thomas (Armée de Terre), double champion du monde sur piste, pour qui la saison 2017 est celle de l'éclosion sur la route.

Le Français Benjamin Thomas a surpris tout le monde, samedi sur les hauteurs de Marchin où ont été attribués les premiers lauriers du 38e Tour de Wallonie. Le puncheur que tout le monde attendait à l'avant dans la côté d'Ereffe s'est révélé être un spécialiste de la piste, champion du monde en titre de l'américaine et de l'omnium, adepte de l'effort court et intense qui l'avait déjà porté au sommet du podium aux 4 Jours de Dunkerque et qui l'a hissé en solitaire victorieux dans la première étape du Tour de Wallonie. "Cette première étape du Tour de Wallonie a été difficile avec du vent de côté toute la journée et j'ai même été pris dans une cassure à 90 kilomètres de l'arrivée", a expliqué Benjamin Thomas. "Mes équipiers m'ont ramené, j'ai pu récupérer. Dans le circuit final, je me bien placé et je suis resté attentif alors que l'équipe Katusha imposait un gros tempo dans la côte d'Ereffe. Il y a eu une première attaque que j'ai contrée à 500 mètres du sommet d'Ereffe dans le circuit final. J'ai enchaîné seul dans la descente et les poursuivants ne m'ont presque rien repris. J'aime ces efforts où, comme sur la piste, il faut donner le maximum sur quelques minutes, j'ai placé mon attaque au meilleur moment, il fallait juste tenir." Benjamin Thomas, néophyte dans les épreuves belges sur route, en est à sa première participation au Tour de Wallonie. "Je découvre le Tour de Wallonie. J'ai certes couru le Tour du Limbourg et le Grand Prix Cerami mais les côtes n'ont rien à voir avec celles du TRW. Je suis donc très heureux de gagner tout en découvrant les courses belges. Je suis le premier maillot jaune du Tour de Wallonie, je n'ai pas la prétention de déjà dire que je vais jouer le classement général mais, si je perds le maillot jaune, ce sera les armes à la main. J'arrive en très bonne forme au Tour de Wallonie, je sors d'un stage et j'ai travaillé le rythme sur la piste. Ma 4e place du GP Cerami m'a mis en confiance. Je pense qu'on peut dire que c'est l'année de l'éclosion pour moi sur la route, où je gagne mes premières courses. La piste et la route sont conciliables. La route occupe certes la majeure partie de mon calendrier et la piste me permet de travailler pendant l'hiver et de garder le rythme." (Belga)

Nos partenaires