Tour de France - L'étape de Wanty-Groupe Gobert réussie avec le prix de la combativité pour Yoann Offredo

02/07/17 à 21:01 - Mise à jour à 21:02

Source: Belga

(Belga) L'équipe Wanty-Groupe Gobert a inauguré son statut de 'petit poucet' du Tour de France, où elle en est sa première expérience, en décrochant dès la deuxième étape le prix de la combativité grâce à l'échappée fleuve de son coureur français Yoann Offredo.

La première en ligne du Tour de France 2017, disputée dimanche, en grande partie sous la pluie, entre Düsseldorf et Liège, a vu naître, après à peine un quart d'heure de course, une échappée de 4 hommes: Laurent Pichon (Fortuneo-Oscaro), Taylor Phinney (Cannondale), Thomas Boudat (Direct Energie) et le Français Yoann Offredo dont l'équipe Wanty-Groupe Gobert en est à sa première expérience dans le Tour de France. Offredo a été le dernier, avec Phinney, à résister au retour du peloton, à 2 kilomètres de l'arrivée. Le Français avait pensé à la victoire d'étape. Yoann Offredo, dont on se souviendra d'une sérieuse altercation en avril dernier avec un conducteur alors qu'il était à l'entraînement, avait étudié à fond le parcours de l'étape. "J'ai compris immédiatement que les routes étaient propices à une échappée qui partait tôt", a expliqué le coureur français. "Une fois devant, je me suis demandé dans quelle galère je m'étais aventuré, pourquoi j'avais pris l'échappée. Il pleuvait mais les sensations étaient bonnes quand même. Alors je me suis dit que c'était pour ça, pour le public, que j'étais là. Je savais que si on basculait en tête de la dernière bosse, il y avait quelque chose à faire. On pouvait jouer la victoire d'étape avec Taylor Phinney. Cette échappée n'était pas du tout une échappée publicitaire, comme certains pourraient le penser. Je pensais à un autre intérêt, à la victoire d'étape. Une étape comme aujourd'hui, je ne pouvais pas la gagner au sprint. Et je ne peux pas gagner au sommet d'un col non plus. Je fais donc avec mes moyens! Je compte bien recommencer, mais pas demain." "Cette première échappée fait automatiquement baisser la pression que nous ressentons", a ajouté le grimpeur wallon de Wanty-Groupe Gobert Thomas Degand, qui en est, lui aussi, à son premier Tour de France. "L'équipe nous a donné pour mission première de prendre les échappées et c'est déjà mission accomplie après deux étapes. J'espère que nous pourrons encore nous joindre aux échappées plusieurs fois sur ce Tour." (Belga)

Nos partenaires