Thibaut Courtois : "Les médias cherchent à nous opposer Cech et moi"

27/03/15 à 11:26 - Mise à jour à 11:26

Source: Sportmagazine

En concurrence avec Petr Cech à Chelsea, le Diable Rouge s'est confié à Sport/Foot Magazine sur sa première saison en Angleterre. Extrait.

Thibaut Courtois : "Les médias cherchent à nous opposer Cech et moi"

Thibaut Courtois serein face à la concurrence. Que ce soit Petr Cech ou Simon Mignolet. © BELGA

Ta première année ici est une grosse réussite. A part le talent et le travail, les ingrédients, c'est quoi ?

Thibaut Courtois : Dans la tête, je suis costaud aussi ! J'étais très fort mentalement quand je suis rentré de mes trois saisons en prêt à l'Atletico. Je suis venu avec un objectif : jouer, devenir le titulaire dans le but de Chelsea. J'ai plein de confiance en moi. Et j'ai pris plein d'expérience en Espagne, notamment en jouant des finales. Donc, j'ai l'impression que je continue à progresser.

Ton calme est toujours incroyable, ça t'aide aussi ?

Evidemment. Quand tu as à côté de toi un gardien de classe mondiale comme Petr Cech, ce n'est pas nécessairement facile à gérer. Dans certains clubs, ça ne se passerait sans doute pas bien. Ici, il n'y a pas de souci. C'est aussi ça, la classe de Chelsea.

Et c'est ça aussi, la classe de Cech...

Tu as raison. On collabore très bien. Notre relation est chouette. Il me pousse à m'entraîner encore mieux. A jouer encore mieux.

Tu ne sens pas qu'il est frustré d'avoir perdu sa place ?

A l'entraînement, je ne remarque rien. Maintenant, s'il est frustré quand il rentre chez lui, quand il retrouve sa femme, je trouve ça normal...

Tu pourrais être à sa place sur le banc. Ou alors, tu avais exigé des garanties pour revenir de Madrid ?

On ne m'avait rien promis mais je suis venu pour jouer, point à la ligne. Si c'était pour me retrouver sur le banc, je préférais être prêté une saison de plus. Quand le premier match de la saison est arrivé, je ne dis pas que j'étais sûr à cent pour cent d'être dans le but mais je pensais bien quand même...

José Mourinho a quand même eu l'air d'hésiter en début de saison...

Peut-être qu'il a hésité. Et aujourd'hui encore, je sais que si je fais deux moins bons matches, je sors de l'équipe.

Il y a un gros changement pour toi cette saison : tu as une grosse concurrence qui n'existait pas à l'Atletico.

C'est vrai que c'est différent. A Chelsea, c'est un peu comme en équipe nationale avec Simon Mignolet. Je suis conscient que j'ai à côté de moi un très bon gardien qui voudrait aussi jouer tous les matches.

Le préparateur des gardiens de Chelsea dit que Cech est au sommet et que tu t'en rapproches. Comment tu comprends ça ?

(Il réfléchit). Je ne vois pas trop ce qu'il veut dire. Peut-être que Cech est à son top vu qu'il a 32 ans et que les meilleures années d'un gardien sont soi-disant de 27 à 32 ans ? Moi, je n'en ai que 22, ça veut alors dire que je peux encore pas mal progresser. C'est déjà bien d'avoir le niveau que j'ai mais je trouve que je suis encore loin d'être parfait. Il y a encore beaucoup de choses que je peux améliorer dans les prochaines années.

La presse anglaise aime bien les statistiques et les comparaisons. Elle a par exemple mis l'accent sur ton pourcentage de mauvaises passes et de mauvais dégagements, elle a signalé que tu sortais moins de ballons que Cech la saison dernière. Tu as l'impression qu'elle t'a cherché ?

Je ne sais pas, mais les statistiques... Prends un gardien qui est moins bon, si tu ne sors que certaines stats bien précises, tu peux arriver à la conclusion qu'il est le meilleur. Et on ne peut de toute façon pas comparer deux années. Cette saison, Chelsea joue un foot plus offensif que l'année dernière, ça s'explique notamment par le retour de Cesc Fabregas et l'arrivée de Diego Costa. Moi, si je ne dois retenir qu'une seule statistique, je te la donne : on est en tête du classement et on peut gagner le championnat...

Tu penses qu'on cherche à vous opposer, Cech et toi ?

Bien sûr. Des médias cherchent la sensation, ils croient sans doute qu'ils vont arriver à nous opposer, aussi à diviser d'autres joueurs de Chelsea. Ici, on gère très bien tout ça.

Par Pierre Danvoye, à Londres

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Thibaut Courtois dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires