Sven Kums de retour à Anderlecht: "la boucle est bouclée"

02/06/17 à 17:12 - Mise à jour à 17:14

Source: Belga

(Belga) "Oui, si je reviens ici à Anderlecht, c'est en partie par nostalgie", a avoué vendredi après-midi en conférence de presse le milieu de terrain Sven Kums, 29 ans, qui retrouvait Neerpede où il a jadis été formé, avec un contrat valable pour les cinq prochaines saisons en poche.

"J'ai autrefois connu des moments fantastiques dans ce club où j'ai surtout énormément appris", a poursuivi le Soulier d'Or 2015. "Mais en même temps je n'étais pas assez mûr pour espérer m'y imposer. Je n'étais pas encore, loin s'en faut, le joueur que je suis aujourd'hui devenu. Rien qu'au plan physique, déjà, mais pas seulement. En plus de cela, il y avait une très forte concurrence qui me barrait le chemin de l'équipe première. Zetterberg, Baseggio et plus tard Biglia, cela vout dit quelque chose ? Je n'avais pas d'autre solution que de m'éloigner du Sporting. Cela dit je n'ai aucun regret. Même si c'est un peu par nostalgie que j'ai décidé de revenir. Il y avait d'autres clubs intéressés mais je savais ce que je voulais. J'habite tout près et je me vois bien finir ma carrière ici. Pour moi, la boucle est bouclée mais en football, on ne sait jamais ce qui va se passer demain, et encore moins après-demain...". Cédé à Watford par La Gantoise il y a un an, Kums évoluait la saison passée sous les couleurs de l'Udinese, où il était en prêt. Titulaire en début de saison, il est sorti du onze de base en janvier. Il a en tout disputé 29 rencontres en Serie A. "C'est vrai que j'attendais plus de mon aventure italienne", reconnaît-il. "A ma décharge, le système de jeu de l'Udinese ne me convenait pas du tout. Je n'étais en outre pas aligné à ma meilleure place. Mais tout cela m'a aussi permis de progresser. Il ne faut pas voir que le négatif. J'ai un peu suivi Watford dont le jeu n'est pas non plus ma tasse de thé. Pour m'exprimer pleinement, je dois évoluer au sein d'une équipe dominante et attractive...". Kums est présenté comme le successeur du néo-monégasque Youri Tielemans. "Deux joueurs identiques, cela n'existe pas", rappelle-t-il à ce sujet. "Mais bon, je vais faire tout mon possible pour qu'il ne soit pas trop regretté. Il est Diable Rouge, comme Dendoncker, et j'en ai déduit qu'il ne faut pas forcément jouer à l'étranger pour se faire remarquer par Roberto Martinez. J'espère que la Ligue des Champions me vaudra également ce privilège. Je sais d'ailleurs déjà que le sélectionneur national a jugé mon choix très judicieux", conclut Kums. (Belga)

Nos partenaires