Standard, qui fait quoi ?

15/02/16 à 15:05 - Mise à jour à 15:04

Source: Sportmagazine

La première saison de l'ère Venanzi s'annonçait compliquée. Elle l'est. Voici notamment pourquoi.

Standard, qui fait quoi ?

Bruno Venanzi, Bob Claes et Axel Lawarée, trois membres du quintette qui prend les décisions sportives à Sclessin. © BELGA

Outre le cas Victor Valdés qui bloque l'éclosion de Guillaume Hubert (c'est trop simple de dire qu'il progresse en s'entraînant avec ce grand nom), il y a eu des mouvements qu'on ne comprend toujours pas. La résurrection du Standard, en novembre et décembre, s'expliquait en partie par l'installation de deux duos costauds dans des zones clés : Alexander Scholz et Jorge Teixeira en défense centrale, Adrien Trebel et Sambou Yatabaré dans le milieu du jeu.

Pourquoi avoir laissé partir Teixeira et Yatabaré ? Même s'ils avaient des envies d'ailleurs, le Standard restait maître du jeu. Idem avec Anthony Knockaert. Le club a fait une excellente affaire en le vendant à Brighton pour 3,5 millions alors qu'il était arrivé gratuitement, mais la perte sportive est claire. On peut étendre le raisonnement à Julien de Sart qui aurait pu être utile suite au départ de Yatabaré. Le Standard a misé sur Giannis Maniatis mais ce n'est pas très concluant jusqu'ici. Il est à court de rythme mais il faut gagner des matches tout de suite.

Il y a eu treize départs et huit arrivées en janvier. On en revient à cette "direction sportive tricéphale". Qui prend aujourd'hui les décisions sportives au Standard ? Cinq personnes interviennent, c'est énorme : Bruno Venanzi, Bob Claes, Axel Lawarée, Daniel Van Buyten et Yannick Ferrera. L'agent Christophe Henrotay joue aussi un rôle important dans le recrutement. Pas étonnant, dans ces conditions, que la cacophonie s'installe.

On entend par exemple que Jean-Luc Dompé n'était pas souhaité par l'entraîneur, qui n'était pas fan de lui quand ils étaient ensemble à Saint-Trond. Et chacun veut montrer son utilité, son efficacité. Quitte à ce que ce soit démenti par une autre de ces personnes. Bob Claes dans la presse ce week-end : "J'ai lu que le transfert de Milos Kosanovic s'était réglé entre Olivier Renard et Daniel Van Buyten. C'est faux. C'est un transfert que j'ai réglé de A à Z. Quand je lis ça, dois-je réagir ?" C'est fait...

Et à la question "Daniel Van Buyten est-il intervenu dans le transfert de Victor Valdés ?", la réponse du directeur est nette : "Non." De son côté, Big Dan nous répète qu'il a bel et bien joué un rôle : "J'ai passé des coups de fil à Louis van Gaal et à Pep Guardiola. La presse ne dit pas la vérité sur ce transfert."

Par Pierre Danvoye

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré au Standard dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires