Standard: questions pour un champion?

15/07/15 à 12:42 - Mise à jour à 14:06

Source: Sportmagazine

Alors qu'il est en stage en Autriche, le Standard nouvelle mouture, avec un nouveau président et entraîneur, soulève la curiosité.

Standard: questions pour un champion?

Jonathan Legear, le come-back. © BELGAIMAGE

Alors que le Standard mène une préparation sans faute (quatre matches, quatre victoires) en toute sérénité depuis la reprise du club, tout le monde se demande ce que vaut cette équipe désormais drivée par Slavo Muslin. Sport/Foot Magazine tente de répondre aux principales questions que l'on se pose, à moins de dix jours de la reprise.

Le mercato est-il bien avancé ?

Oui. Et il a été fait avec rapidité et intelligence, ce qui tranche avec les années précédentes. Le Standard savait qu'il allait devoir s'atteler à une refonte de son secteur offensif puisqu'Imoh Ezekiel n'était que prêté (et n'avait que peu de chances de rester) et que le club avait promis à Igor de Camargo qu'il pouvait avoir son bon de sortie après lui avoir refusé son départ pour Al Arabi en février.

De Camargo est parti à Genk et a été remplacé par Ivan Santini qui évolue dans le même registre mais a l'avantage d'être plus jeune. Et depuis un mois, le club liégeois tente de dénicher un nouvel attaquant et de convaincre Mohamed Yattara qui joue à Lyon. Si le deal se fait, le secteur offensif sera couvert.

Dans l'entrejeu, le départ de Mehdi Carcela a été pallié par l'arrivée d'Anthony Knockaert qui a séduit lors de la préparation. Reste la question Geoffrey Mujangi Bia qui a crié haut et fort ses envies de départ mais qui reste toujours en cale sèche à Sclessin. Cela ne l'empêche pas d'être motivé, lui qui a inscrit neuf buts lors de la préparation.

Pour le reste, le Standard a réalisé un bon coup en attirant deux jeunes espoirs du Lierse, Ahmed El Messaoudi et Faysel Kasmi, 19 ans, très courtisés, avec une petite connaissance du championnat. Ces deux joueurs sont pétris de talent mais doivent encore acquérir davantage d'expérience.

Quant à la défense, bien rodée, elle n'a pas été touchée. Dans l'ensemble, seuls les départs d'Ezekiel et de Carcela constituent une réelle perte, De Camargo ayant été remplacé par un joueur du même acabit (si pas meilleur).

Legear peut-il faire oublier Carcela ?

"Carcela est un enfant de la maison, un chouchou, un garçon dont j'ai appris qu'il était apprécié par tout le monde dans le club", lâche l'entraîneur Slavo Muslin. "Mais j'ai l'habitude des bons joueurs qui partent à des moments qui ne m'arrangent pas nécessairement, c'est la vie d'un entraîneur. Le Standard est mon 19e club, et des départs importants, j'en ai connu un paquet. Je n'ai pas été surpris par le départ de Carcela, Roland Duchâtelet et Venanzi m'avaient prévenu, dès nos négociations, qu'il risquait fort de quitter le Standard. Ils m'ont dit qu'ils avaient le devoir de tenir leur club d'un point de vue financier et qu'ils analyseraient toutes les bonnes offres."

Dans un bon jour (et quand il était épargné par les blessures), Carcela était le meilleur joueur du championnat. "J'aimais bien son style", renchérit Muslin. "C'est un joueur rapide, un vrai joueur de couloir, il était souvent dangereux quand il rentrait dans le jeu et se mettait sur son pied gauche. Il savait dribbler, marquer, régler des problèmes tout seul."

Pourtant, l'entraîneur du Standard ne s'en fait pas trop et estime que des solutions de remplacement existent. "Il y a Knockaert, Legear. Ou peut-être que le départ de Carcela va permettre à un jeune de se révéler. Par exemple Beni Badibanga. Il a des qualités extraordinaires. Maintenant, il doit comprendre qu'il faut aussi travailler, que le talent ne suffit jamais si on n'y ajoute pas une très grosse dose de boulot au quotidien."

Le nom de Jonathan Legear est lâché. Lors de la préparation, il a montré qu'il était affûté et qu'il n'avait rien perdu de ses qualités. Il semble également animé d'un bon esprit. Lui, Liégeois pur jus, peut devenir la nouvelle idole de Sclessin. Muslin sera-t-il l'homme qui va le relancer ?

"J'espère que je vais y parvenir. Je ne sais pas pourquoi ça ne marche pas pour lui depuis autant de temps. Je ne dis pas que ses entraîneurs ne lui ont pas fait confiance parce que je n'en sais rien. Je ne dis pas qu'il n'a pas tout fait pour revenir parce que je n'en sais rien. En tout cas, pour l'instant, ça marche bien. Il est irréprochable, partout : sur le terrain à l'entraînement, en match, en dehors du terrain.

Je vois qu'il fait des efforts à tous les niveaux, il est pro à 100 %, rien à redire. Je n'ai aucun souvenir de lui avec Anderlecht, par contre je l'ai vu quelques fois avec le Terek. Il ne jouait pas beaucoup, mais comme je visionnais tous les matches de la D1 russe, je l'ai forcément aperçu de temps en temps. Et ce que j'ai vu de lui, ça me plaisait."

Retrouvez toutes les questions dans le Sport Foot Magazine de cette semaine.

Nos partenaires