Standard, le pire est-il à venir?

20/10/15 à 14:27 - Mise à jour à 14:35

Source: Sportmagazine

Le déplacement à Charleroi s'annonce encore plus chaud que d'habitude. Voici pourquoi.

Standard, le pire est-il à venir?

Les supporters liégeois ne se satisferont que de trois points dimanche à Charleroi. © BELGA

Il y avait de quoi être étonné par le calme apparent et l'absence de débordements après l'humiliation vécue par les fans du Standard samedi soir. Certes, il y eut des chants menaçants (" ça va péter "), un feu de fumigènes à la sortie du parking des joueurs mais rien de comparable avec l'enfer vécu par Roland Duchâtelet il y a quasiment un an lors de la réception de Zulte Waregem où l'ex-président du Standard avait fui Sclessin. Face à Westerlo, le service d'ordre était conséquent et donc dissuasif. Mais ceci n'enlève rien au ras-le bol des supporters qui a atteint des sommets. Le salut des joueurs, entraîneur, dirigeants passe désormais par Charleroi. En cas de nouvelle défaite, on peut craindre le pire et les irréductibles du Standard ont déjà fait passer le message auprès des joueurs. D'ailleurs, une rencontre devrait avoir lieu entre joueurs et ultras avant ce match sous haute tension. Reginal Goreux et le dernier capitaine, Adrien Trebel devraient être désignés pour tenter d'apaiser les tensions. Il est peu probable que le capitaine " légendaire " Jelle Van Damme, soit de la partie. La fracture est bien réelle entre la partie la plus chaude de Sclessin et l'ex-international. Adrien Trebel semble être, lui, revenu à de meilleurs sentiments après avoir longtemps boudé le fait de ne pas avoir reçu son bon de sortie cet été. Depuis quelques jours, le rouquin des Rouches a pris conscience de la gravité de la situation et tente de ranimer la flamme au sein d'un groupe aux abois. A l'image de sa posture, couché à côté du banc de touche face à Westerlo, Van Damme semble lui totalement désintéressé par les derniers évènements et ignoré par une grande partie du groupe. Celui qui était annoncé comme le transfert de l'été, Ivan Santini, en tribune samedi dernier, remonte peu à peu la pente et bosse d'arrache-pied après avoir accusé le coup ces dernières semaines. Désormais, Yannick Ferrera a fait le tour de ses troupes et devrait s'en tenir à une équipe type et un système plus classique (4-4-1-1). Aujourd'hui plus question de tergiverser au risque de connaître un retour sur Liège dimanche prochain particulièrement animé.

Par Thomas Bricmont

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos