Standard, le calme presque plat

23/01/18 à 15:00 - Mise à jour à 15:23

Les derniers jours de mercato ne devraient pas chambouler l'effectif du Standard.

Standard, le calme presque plat

Ricardo Sa Pinto devra vraisemblablement terminer la saison avec les moyens du bord. © BELGA

Lors des deux derniers mercatos d'hiver, le Standard avait pris la mauvaise habitude de déforcer son effectif. Cette fois, le club principautaire ne devrait pas connaître trop de chamboulements alors que les prochaines semaines seront décisives dans la course aux PO1.

Ricardo Sa Pinto aurait pourtant aimé voir son effectif être renforcé par plusieurs éléments dont un indispensable numéro 8. Le technicien portugais attend toujours et devra vraisemblablement terminer la saison avec les moyens du bord. Et des moyens, il n'y en a plus beaucoup au Standard.

Ce message, la direction a tenté à plusieurs reprises de le faire comprendre à son entraîneur. À Sclessin, on parle davantage de départs que d'arrivées. Avant la fin de l'année, il avait été signalé à Alexander Scholz qu'il pouvait se trouver un nouveau club. Mais le montant espéré (2,5 millions) en a refroidi plus d'un. Parmi les clubs intéressés, seul Bruges s'est montré véritablement concret mais le Club propose une offre bien inférieure (1,4 millions) à celle espérée.

Le Standard préférerait voir partir son ex-capitaine vers l'étranger que risquer de le voir se relancer chez un concurrent, ce qui mettrait davantage encore en lumière les errements sportifs liégeois. Le transfert de Dieumerci Ndongala l'hiver dernier était le symbole des nombreuses divergences entre Daniel Van Buyten et Olivier Renard.

L'ex-conseiller sportif du président n'avait jamais compris l'utilité d'un tel passage. Douze mois plus tard, difficile de lui donner tort. Ndongala n'a jamais retrouvé son niveau de jeu du temps de Charleroi, alors que Sa Pinto se plaint d'un manque d'intensité aux entraînements, même si sa mentalité n'est pas à remettre en cause.

Aujourd'hui, Ndongala ne fait plus partie des plans du Standard et on ne le retiendra pas. Mais que ce soit pour les deux joueurs précités (Scholz et Ndongala), ou d'autres plus bankables, les offres ne pleuvent pas sur le bureau de la direction liégeoise.

Par Thomas Bricmont

Nos partenaires