"Sans un problème de contrat, Alejandro jouerait toujours au Bétis"

15/03/17 à 10:30 - Mise à jour à 14/03/17 à 16:06

Source: Sportmagazine

Les supporters du KRC Genk encouragent leur capitaine en entonnant " E viva España" . Ce n'est pas étonnant car Alejandro Pozuelo est le coeur de l'équipe mais d'où vient-il ? Sport/Foot Magazine a rencontré ses proches à Séville.

"Sans un problème de contrat, Alejandro jouerait toujours au Bétis"

Alejandro Pozuelo est devenu le joueur le plus important de Genk. © BELGA

Alejandro Pozuelo a joué pour le Real Betis de 7 à 21 ans. C'est un des deux principaux clubs de Séville. Avec quelque 40.000 socios, le Betis est un des plus grands clubs de football d'Espagne. Antonio Pozuelo, le père d'Alejandro, est supporter des Vert et Blanc depuis toujours. Le 2 octobre 2011, son coeur a fait un bond quand Alejandro a débuté en équipe-fanion des Béticos, à la 45e.

" Ça m'a fait quelque chose mais bon, j'ai deux fils. Pour moi, l'essentiel est qu'ils aient tous les deux un emploi et qu'ils mènent une existence stable. Le taux de chômage est très élevé en Espagne. " Antonio suit surtout les matches de son équipe favorite à la TV. " Je n'aime plus aller au stade. Les supporters sifflent sous n'importe quel prétexte et crient des insanités. Je ne supporte pas ça. Par contre, j'aime bien assister aux matches des jeunes. L'ambiance est nettement plus calme et le football est plus pur. "

Il ne le montre pas vraiment mais son coeur doit saigner, depuis que son fils ne distille plus ses passes à l'Estadio Benito Villamarin. " Alejandro était dans le noyau A depuis plus d'un an mais il avait toujours un contrat de jeune. Son manager a estimé que ça ne pouvait plus durer et il s'est adressé à la direction mais celle-ci ne voulait pas investir dans les jeunes de la cantera et a refusé.

Ça a abouti à un conflit entre la direction et une série de canteranos, car mon fils n'était pas un cas unique. Le pire, c'est que le club contrôlait la presse. Celle-ci a publié des articles disant qu'Alejandro ne voulait plus jouer pour le Betis. Il a très mal vécu cette situation car sans ce problème, je suis certain qu'il se produirait toujours à Séville. "

Ses prestations en équipe première avaient éveillé l'intérêt de quelques clubs. Les journaux avaient même évoqué Manchester United. Un jour, il a reçu une proposition concrète. " Swansea City s'est manifesté alors que les discussions sur son contrat traînaient. Michael Laudrup était devenu entraîneur du club gallois et voulait former une équipe autour de quelques joueurs espagnols comme Alejandro, Michu, Pablo Hernandez... Nous ne pouvions refuser pareille offre, financièrement et sportivement. "

Sous les ordres de Laudrup, Pozuelo a collectionné les sélections mais les résultats n'ont pas suivi. L'entraîneur danois a été limogé et son successeur, Garry Monk, prônait le kick and rush, sans place pour la frivolité espagnole. C'était la fin de l'aventure de Pozuelo en Premier League.

Par Steve Van Herpe à Séville

Retrouvez l'intégralité du reportage consacré aux racines d'Alejandro Pozuelo dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires