Roland-Garros - David Goffin: "J'avais dépensé trop d'énergie dans mon match d'hier"

03/06/18 à 21:52 - Mise à jour à 21:53

Source: Belga

(Belga) "J'étais un peu fatigué. Je n'ai pas trouvé l'énergie suffisante de me battre comme d'habitude". C'est ainsi que David Goffin (ATP 9) a commenté, dimanche soir, sa défaite en huitièmes de finale à Roland-Garros contre l'Italien Marco Cecchinato (ATP 72). Encore passé entre les mailles du filet, la veille, contre Gaël Monfils (ATP 37) après avoir sauvé quatre balles de match, le Liégeois n'a cette fois rien pu faire contre le Sicilien, 25 ans, qui s'est montré plus solide et plus conquérant que lui.

"J'avais bien dormi, mais je pense que j'avais dépensé trop d'énergie dans mon match d'hier, surtout mentalement. Cela avait été une grande bagarre. C'était vraiment à l'arrache aujourd'hui (sic) et je n'ai pas su élever mon niveau pour essayer de passer au-dessus de lui", raconte le Liégeois. "Lui a été très constant, il a même élevé son niveau de jeu, il bougeait très bien, il était très vif, très dynamique. Après, c'est sûr, quand on force un peu, je force un peu avec le bras, j'essaie de faire le point, ce qui n'est pas mon jeu, du coup je commence à faire des fautes. Mais je n'avais pas trop de jambes, pas de jus, c'était difficile, je perdais même la lucidité. Ce n'était pas un grand match..." Des fautes directes, David Goffin en aura commises 51 au total. Trop pour espérer s'en sortir une nouvelle fois, alors qu'il avait déjà fait de la corde raide dans le tournoi, au premier tour contre le Néerlandais Robin Haase (ATP 44) et samedi contre Gaël Monfils. "C'est sûr, je suis déçu aujourd'hui", poursuit-il. "On va essayer de travailler là-dessus. Je sais que c'est toujours la fraîcheur mentale qui est la plus dure à gérer dans des Grands Chelems. Cela use une énergie tellement folle, surtout cinq sets au premier tour, cinq sets sets hier, en 2 jours. Revenir sur le terrain aujourd'hui, c'est vraiment ça qui est le plus dur pour moi. Surtout avec mon style de jeu. Il suffit qu'il y ait un petit truc qui ne va pas, ça se ressent très vite parce qu'il faut que tout soit bien en place, que mes coups soient là, que je puisse courir partout et faire mal à l'adversaire. On va essayer de travailler là-dessus pour tenir plus longtemps et passer encore un cap", conclut le N.1 belge. (Belga)

Nos partenaires